Posté le 29 mars 2017 Par Dans 100%

[Complétion] Platine n°120 & 100% : Rise Of The Tomb Raider 20th Anniversary

Un platine de plus à ma collection, ça faisait longtemps, avec un 100% sur tous les DLC qui plus est, et sur le très bon Rise Of The Tomb Raider. Récit de ma progression.

Platine Rise Of The Tomb Raider

Un article sur un nouveau platine, on avait presque oublié la rubrique sur le blog… il faut dire qu’avec toutes les sorties de jeux dans lesquelles je me suis engagé (et encore, je suis passé à côté de pas mal de titres), les sorties de DLC très chronophages et surtout de grosses difficultés à trouver du temps et de l’énergie pour jouer, c’est très compliqué pour moi de garder le cap en ce moment.

Reprenons l’aventure Rise Of The Tomb Raider du début. J’ai reçu le jeu pour test avec du retard (erreur de livraison), si bien que j’ai pu me mettre sérieusement dessus fin octobre 2016. Je rappelle que sur PS4, le jeu est sortit dans une édition 20ème anniversaire qui comprenait l’ensemble des DLC. La liste de trophées comprend pas moins de 125 trophées !

Je me suis lancé dans l’histoire principale en difficulté Survivant, avec dans l’idée de progresser un maximum sur les collectibles et les défis avant de changer de zone. Le système du jeu est bien fait pour cela depuis le reboot, puisqu’en cherchant un minimum dans tous les recoins, vous pouvez trouver pas mal de collectibles, mais surtout des cartes avec les emplacements. Par contre, le level design prévoit des zones inaccessibles au début, pour lesquels il vous faudra revenir plus tard avec un équipement spécifique. Le menu pause liste les défis, ce qui permet de deviner leurs objectifs. Il n’est donc pas toujours possible de terminer une zone à 100% avant de la quitter la première fois, mais je m’efforçais de faire le maximum à chaque fois, et d’y revenir avec le déplacement rapide des feux de camps lorsque je savais que je pourrais récupérer ce qu’il me manquait.

En procédant de la sorte, j’ai pu monter rapidement mes compétences, si bien que la difficulté ne m’a pas posé de problème particulier. C’est même presque dommage, mais une fois que l’on a de bonnes compétences au corps à corps, les combats qui partent en cacahuète peuvent être facilement maitrisés avec le piolet et un bandage. Et encore, quand ça dégénère, mais la plupart du temps il est possible de faire le ménage de manière furtive avec des flèches en pleine tête. J’ai d’ailleurs eu une partie des trophées spécifiques de combat sans en connaitre les objectifs, juste en jouant. Comme le DLC Baba Yaga propose une histoire annexe qui a lieu et se déclenche depuis une zone de l’histoire principale, je me suis lancé dedans lorsque j’en ai eu l’occasion. C’était un peu plus difficile que si j’avais fait le DLC après avoir terminé le jeu, mais ça restait très abordable. J’ai tenu à obtenir tous les trophées (hors mode Score) avant de poursuivre l’histoire principale. J’ai un peu galéré avec 2 documents que je voyais sur la carte mais pour lesquels je ne trouvais pas l’accès, mais pour le reste, pas de souci. Dès que j’ai eu terminé cette histoire annexe, je me suis équipé de la tenue Spectre pour débloquer Le Spectre de Sibérie en éliminant 50 ennemis.

Je vais vous la faire courte car il y a pas mal à dire sur l’ensemble du jeu, mais je suis arrivé à la toute fin avec 98% de progression collectibles et défis. Je ne vous cache pas que pour certains défis d’objets à détruire j’ai fini par m’aider de vidéos trouvées sur Youtube. Pour le reste j’ai tout fait tout seul comme un grand. Il me manquait uniquement 1 artéfact et 2 documents dans la toute première zone, sur laquelle on ne peut revenir qu’après avoir terminé le jeu. Remuer ciel et terre qui consiste à débloquer le jeu à 100% est donc tombé moins de 20 minutes après Survivant ultime. Dans l’ensemble j’ai bien aimé cette aventure, le côté crafting et je ne me suis pas lassé des collectibles malgré leur grand nombre.

J’ai ensuite complété les trophées spécifiques de combat qu’il me manquait en m’appuyant du guide de THC dans le mode Exploration. C’est assez rapide et facile puisque l’on peut rejouer les combats que l’on veut et qui correspondent à la configuration que l’on souhaite.

J’ai ensuite laissé le jeu de côté, et j’y suis revenu en janvier pour attaquer les DLC. J’ai commencé par Le Manoir des Crofts dont la première partie est jouable au PSVR (je l’avais d’ailleurs testé au lancement du PSVR). Dès que j’ai pu débloquer le déplacement normal je l’ai activé car le déplacement par mini téléportation n’est pas très immersif. Il suffit de bien explorer tous les recoins du manoir, pas de difficulté particulière. La seconde partie du DLC est plus dans l’action et la survie. J’ai eu quelques moments de stress mais là encore pas de difficulté particulière pour les trophées.

Motivé, j’ai enchainé avec le DLC Réveil glacial. C’est un mode qui mélange exploration et survie et qui introduit le système de carte bonus/malus et défis. Il y a 9 défis à réaliser, ce qui est faisable en 2 parties, sauf que le guide THC est de très mauvais conseil sur l’ordre à choisir, et j’ai manqué 2 défis sur ma première partie découverte. Je me suis ensuite tourné vers le guide de PSN Profiles qui est à mon sens plus logique et efficace dans ses conseils (mais en anglais). Ce mode est pas si mal mais il n’aurait pas fallut que ça prenne plus de temps.

Dans la foulée, je me suis lancé dans le mode Endurance, en coopération avec jblaster. Il y a 2 DLC Endurance, un solo et un coop, mais les objectifs du solo sont faisables dans le mode coopératif. C’est plus sympa à 2, on peut discuter durant les parfois longues minutes de marches dans ces cartes générées aléatoirement. J’avais posé tous les objectifs sur papier pour essayer d’optimiser au mieux nos parties. En coop, on peut en choisir 4 (contre 5 en solo mais uniquement ceux du mode solo). Côté bonus/malus et difficulté, comme cela na pas d’impact sur les défis, nous prenions toujours des bonus (flèches empoisonnées et/ou inflammables, équipement au max, plus de ressources etc). Niveau difficulté nous pensions avoir choisi le plus facile, mais nous nous sommes trompé sur nos premières sessions, ce qui nous a valu un bel échec face à 3 ours sur une exploration de 10 jours avec des défis assez longs et pénibles, à recommencer. Nous avons également loupé une fois le défi de Pilleur compétent qui consiste à explorer 5 cryptes sans déclencher de piège, dans la 5ème crypte en voulant aller trop vite, et parce que nous n’avions pas vu qu’il était possible de désactiver les pièges au sol en tirant dessus avec une arme à feu (tous les autres pièges peuvent se désactiver avec l’arc). Pour l’optimisation, à vous de voir, il y a plusieurs possibilités, comme par exemple prendre le fait de sortir au bout de 5 7 ou 10 jours de la forêt, ou combiner celui des 10 jours avec d’autres qui requièrent 10 jours et un nombre d’artéfacts, ou 10 ou 20 artéfacts qui demanderont de toutes façons de tenir une dizaine de jours. Tous les défis d’élimination d’animaux peuvent en revanche se faire en quelques minutes, à combiner avec des défis exigeant moins de temps à rester dans le jeu.

Pour le reste, nous avons installé au fil de nos parties une progression bien rodée. Toujours une lampe à huile à la main lors de nos déplacements pour rester au chaud (à laisser à l’entrée des cryptes pour les récupérer en sortant), toujours un qui suit l’autre pour éviter de se perdre ou se retrouver en difficulté seul face à la faune sauvage, et toujours un qui ouvre la marche dans les cryptes pour éviter de se faire avoir bêtement dans les pièges. Au final en 5-6 sessions de 1 à 3h les 2 DLC étaient bouclés. On aurait pu faire mieux mais c’était plutôt pas mal.

Il ne me restait plus que les trophées relatifs au mode Score à faire, pour le platine et pour terminer le DLC Baba Yaga. Ce mode me rebutait tellement rien que par son nom que je n’étais pas du tout motivé pour y jouer. Je m’imaginais déjà y passer je ne sais combien de soirées à refaire le jeu dans cette sorte de speedrun scoring, tout ce que je déteste. Et puis mon ami Ashesheart s’est lancé et m’a rassuré sur la durée (il y a passé 3 heures) et les objectifs. Il m’a même envoyé un tableau qui liste les 29 niveaux à faire (dont 2 pour le DLC Baba Yaga) avec le score cible pour l’Or et le score à faire au minimum en jeu en fonction du coefficient défini par les cartes bonus/malus.

Je me suis donc décidé le week-end dernier de faire ces fameux trophées, alors que je trouvais péniblement l’énergie et la motivation de faire les trophées des DLC de Resident Evil 7 (là aussi des modes scores, décidément !). Le jeu est plutôt bien pensé car plutôt que de chercher vous même les cartes à utiliser, vous pouvez passer par le classement mondial et choisir d’utiliser les mêmes cartes que les autres joueurs. En plus de cette préparation, je me suis appuyé sur les vidéos de PeSe4Sana2 sur Youtube (voir la playlist complète à cette adresse). Pour chaque niveau j’ai fait en sorte de choisir les mêmes cartes que lui, puis je regardais son parcours et j’essayais de reproduire le même. Dans ce mode, il faut récupérer des bonus multiplicateurs, des trésors et ressources et progresser dans le niveau le plus rapidement possible pour ne pas perdre le combo. Au final le jeu est assez permissif et hormis 2 ou 3 niveaux qui exigent un parcours quasi parfait, la plupart du temps j’avais atteint le score minimum avant la fin du niveau, ce qui me permettais de relâcher un peu la pression et de m’autoriser des erreurs et surtout d’assurer les phases de plateforme. En effet la plupart du temps parmi les cartes malus il y a celle qui n’autorise pas de mourir durant le niveau, ce qui m’a permis d’obtenir Invulnérable. En fin de compte, les 29 niveaux sont assez rapides et abordables dans ces conditions. Cela aurait été tout autre chose s’il avait fallu faire son deck de cartes et découvrir le parcours idéal soit-même, mais imiter quelqu’un qui dépasse largement le score est finalement le moyen le plus efficace de rendre l’exercice supportable pour qui n’aime pas ce genre de mode (je ne pense pas être un cas isolé). C’est moins glorieux, mais j’avoue que je m’en moque royalement pour le coup, et puis c’est tout de même moi qui ai joué et obtenir les score Or à tous les niveaux. Finalement le plus long, c’était de regarder les vidéos pour s’en inspirer. J’ai été plus long qu’Ashesheart, j’ai mis 3 sessions soit environ 5 heures. Petit détail sans importance, comme je voulais obtenir Bravo et Enfance dorée en même temps (terminer tous les niveaux en mode Score avec un score de bronze ou mieux, et avoir l’Or partout) en même temps et comme derniers trophées avant le platine, et comme pour certains niveaux j’avais déjà des scores Bronze ou Argent (j’imagine que j’avais bien joué sur ma partie principale), j’ai joué à ces niveaux pour avoir l’Or avant d’en faire où je n’avais pas de score. Je n’ai donc pas joué aux 29 niveaux dans l’ordre.

C’était long, j’ai cru à un moment ne jamais me lancer dans le mode Score, mais j’ai finalement décroché tous les trophées :

Platine Rise Of The Tomb Raider  Platine : Débloquez tous les trophées du jeu. (28/03/2017)

J’avais bien apprécié le reboot de Tomb Raider, et j’ai encore plus apprécié cette suite. Elle n’est pas exempte de défaut mais j’aime bien la façon dont on combine l’histoire principale et les à côtés, et même si cela prend du temps et même si je me serais bien passé de certains DLC, l’ensemble est abordable sans être trop simple ou trop difficile, et la satisfaction du 100% est bien là.

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , , , ,

3 Réponses

  1. Bien joué, c’est gratifiant de voir un 100% sur un jeu avec autant de trophées.

  2. Bien joué, il est aussi sur ma liste, j’avais vraiment aimé le reboot.

  3. Et bien un grand merci sur ce cheminement et cette patience, 100% chapeau bas ! Et bah je vais refaire ce tomb raider Rise en mode difficile et essayer d’obtenir les armes à 100% je lâcherai pas l’affaire ! Grande merci 😉 cela me permettra de prouver par le biais de ton exemple que finir un jeu à 100% c’est juste possible 😉 merci 😉

Laisser un commentaire