Gravity Rush 2

Posté le 19 février 2017 Par Dans PlayStation 4

[Test] Gravity Rush 2

Après un premier jeu qui avait marqué à l’époque les joueurs PSVita, puis une version remasterisée prouvant que le gameplay à la dualshock 4 sur PlayStation 4 était tout aussi voire plus adaptée, la naïve gravitéenne Kat revient dans Gravity Rush 2 dont voici mon test.

Gravity Rush 2

Merci à PlayStation France pour l’envoi du code du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test)
  • Date de sortie : 18/01/2017
  • Développeur : SIE Japan Studio
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Action aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Oui (partage de score et photos)
  • PEGI : 12
  • Périphériques : PlayStation Vita ou autre support pour Remote Play.

Histoire & Mode de jeu

Suite aux évènements qui se sont déroulés dans Gravity Rush, Kat se retrouve sans aucune nouvelle de ses amis dans un endroit qu’elle ne connait pas, très loin d’Hekseville que personne ici ne semble connaitre. Cette fois, elle n’a pas perdu la mémoire, en revanche elle n’a plus aucun pouvoir. Elle n’a guère d’autre choix que de s’adapter à son nouvel environnement, et elle se retrouve donc à extraire des minerais dans des zones dangereuses pour le compte des habitants de Banga. Dur dur pour cette héroïne. Mais le passé va la rattraper très vite avec la présence des méchants Nevis et le retour de son chat qui va lui permettre de retrouver ses pouvoirs.

Gravity Rush 2

Bien que ce ne soit pas totalement indispensable, il est tout de même préférable d’avoir joué à Gravity Rush avant de s’attaquer à ce second volet. Non pas pour le gameplay qui est habilement redécouvert progressivement, mais surtout pour bien appréhender l’histoire qui fait très souvent référence aux évènements et aux personnages autrefois rencontrés. Moi-même qui n’ai pas rejoué au premier depuis sa sortie sur PSVita, j’étais un peu perdu par moment avec des personnages que j’avais totalement oublié. Rien de bien méchant ceci dit.

Quoiqu’il en soit, j’ai été agréablement surpris de retrouver une Kat moins gamine, bien que toujours naïve, dans une histoire toujours assez tarabiscotée mais plus facile à suivre et comprendre. Il est bon de rappeler qu’au-delà de l’originalité du gameplay de cette licence, j’avais eu beaucoup moins d’enthousiasme que la plupart des joueurs avec Gravity Rush, les aspects négatifs de mon test de l’époque m’avaient même valu des posts d’insultes et de critiques sur les forums de jv.com. J’ai trouvé les évènements et les interactions avec les personnages de Gravity Rush 2 plus facilement abordables et plus cohérents, sans pour autant dénoter complètement avec l’esprit originel de la licence. Sans doute aussi que j’étais mieux préparé à cet esprit très japonais.

Le jeu propose une histoire principale sous forme de chapitres rejouables à loisir, accompagnée de missions secondaires nombreuses (plus de 40) et variées, ainsi que des fameux défis, qu’il est toujours préférables de faire en fin de partie mais qui sont toutefois plus abordables que dans le premier sans avoir complété ses arbre de compétences. 3 niveaux de difficulté sont proposés au lancement de sa partie.

Commandes & Jouabilité

L’originalité de Gravity Rush vient de son gameplay, directement lié aux étranges pouvoir de Kat. Accompagnée de son chat magique Poussière, elle peut supprimer la gravité autour d’elle, et la réactiver dans la direction qu’elle souhaite. Cette capacité peut alors donner l’impression qu’elle vole, même si on est très loin d’un vol maitrisé d’un superhéros. Disons plutôt qu’elle tombe dans la direction qu’elle veut. Son pouvoir est en réalité un peu plus complexe, car elle pourra également glisser au sol (ou contre un mur ou un plafond, selon l’orientation de sa gravité) et contrôler la gravité des objets et personnes proches d’elle. Elle pourra même par la suite activer des attaques spéciales, et finir les boss avec une attaque finale dévastatrice.

Jusque là, pas de grosse surprise avec le premier jeu, si ce n’est que le gameplay se révèle plutôt efficace à la dualshock 4. Ceux qui ont joué au remaster de Gravity Rush en avait déjà fait l’expérience, pour ceux qui en étaient restés à la version PSVita ou qui découvre la licence, ils seront vite à l’aise avec les commandes et la possibilités d’ajuster l’orientation de la gravité avec l’inclinaison de la manette. Cette option est toutefois désactivable et pas forcément compatible avec votre position pour jouer. Et si les commandes réagissent au doigt et à l’œil, la mise en pratique peut s’avérer parfois hasardeuse voire désastreuse, quand l’environnement est restreint avec des murs et des obstacles partout. La caméra devient alors votre pire ennemi et vous serez parfois complètement perdu. Même avec la touche  pour vous remettre dans dans l’axe normal (le ciel vers le haut, le sol vers le bas) certaines situations deviennent vites compliquées et agaçantes.

Ces désagréments seront encore plus vrais lors des combats. Si l’on peut se réjouir d’avoir un bestiaire qui s’étend au-delà des Nevis, on pestera très vite face aux ennemis volants et rapides. Réussir à les frapper tient alors plus du hasard et de la chance que de vos habilités de joueurs, et vous vous battrez surtout avec les commandes.

Il aurait fallu que la caméra suive plus naturellement l’action et s’oriente toujours vers votre objectif, car même lors de phases à priori simples et sans pouvoirs, comme un combat au corps à corps ou des déplacements dans des endroits escarpés, elle fera des siennes et vous fera pester. Heureusement les points de sauvegardes sont nombreux et rapprochés, et mourir à cause de ces difficultés de gameplay n’est pas trop pénalisant dans votre progression.

Comme expliqué dans le chapitre précédent, vous pourrez vous amuser avec l’histoire principale, qui propose des missions très variées (même si les premières se ressemblent et rappellent beaucoup le premier jeu), mais aussi avec une foultitude de missions secondaires elles aussi originales et variées, ainsi que les fameux défis glissade, courses, combats etc.

Gravity Rush 2

On retrouve également la carte et les icônes de missions, mais tout est accessible directement depuis le menu pause. Vous pourrez également améliorer vos compétences dans différents arbres à l’aide des gemmes que vous devrez récupérer.

Gravity Rush 2

Il y a même un système de talismans qui améliorent légèrement vos capacités et que vous pourrez modifier en combinant des coquillages que vous trouverez aléatoirement en ramassant les gemmes. Pas de quoi chambouler vos compétences, mais de quoi vous aider peut-être dans certaines missions ou défis.

Gravity Rush 2

Gravity Rush 2

Parmi les nouveautés, sans vouloir vous spoiler mais parce que c’est important dans le gameplay, sachez juste que Kat se découvrira de nouvelles capacités, toujours liées à la gravité, en altérant cette dernière de manière plus lourde ou plus légère.

Une mode photo fait également son apparition, et donnera lieu à une épreuve en ligne. En effet, vous pourrez partir à la recherche de coffres au trésor à partir de photos prises par d’autres joueurs en guise d’indice. Des petites séquences rafraichissantes qu’on prend plaisir à faire en relançant le jeu.

Gravity Rush 2

Gravity Rush 2

Graphisme & Animation

Gravity Rush 2

Le passage à la PlayStation 4 fait du bien à Gravity Rush 2 qui est très joli bien qu’assez simple. Ces environnements en îles et citées volantes ont tous un côté poétique, qu’ils inspirent la joie ou la crainte, qu’ils soient lumineux ou sombres. La profondeur de champ est très appréciable, et de voir des gemmes au loin cachés sous des bâtiments vous éloignera souvent de votre objectif en vous faisant partir en collecte improvisée.

Gravity Rush 2

Les séquences intermédiaires façon bande dessinée sont également très esthétiques.

Gravity Rush 2

Le seul bémol vient des personnages secondaires, que l’on retrouvera rapidement en de multiples exemplaires au sein d’une même zone, ainsi que les ennemis qui, hormis quelques boss originaux, manquent de variété.

Bande son

Le modèle reste identique au premier jeu, à savoir des musiques d’ambiances douces (ou énergiques, selon la situation), agréables jusqu’à ce qu’elles sonnent comme trop répétitives à nos oreilles (lorsque l’on reste longtemps dans une même zone). Les dialogues sont doux et pas surjoués, et fort heureusement traduits (pas toujours très bien), ce qui n’est malheureusement pas le cas de toutes les boites d’informations qui sont parfois en anglais.

Gravity Rush 2

Ouch la vilaine faute !

 

Gravity Rush 2

Durée de vie

Gravity Rush 2 est généreux. L’histoire principale vous occupera à elle seule une bonne vingtaine d’heures, ce qui est déjà plus que ce à quoi je m’attendais. Avec les nombreuses missions secondaires et les défis, vous pouvez facilement doubler ce temps de jeu. Un très bon point donc.

Trophées

Sans surprise, vous devrez terminer le jeu, ainsi que toutes les missions et les défis. Prévoyez donc un bon paquet d’heures de jeu. Les quelques trophées liés à des actions spécifiques pourront être réalisés en rejouant des missions si vous ne les avez pas déjà obtenus par hasard.

Le plus fastidieux sera la collecte de 60 000 gemmes, puisque même en ayant tout terminé et en ayant complété vos arbres de compétences, vous serez encore loin du compte. Les plus pressés farmeront à se dégouter un peu du jeu, les plus patients attendront peut-être les DLC à venir même si je doute qu’ils offrent l’occasion de récupérer toutes les gemmes qu’il vous manquera. Le platine reste toutefois abordable, question de temps.

Trailer

 

Verdict


Alors que j’avais eu du mal avec certains aspect de Gravity Rush premier du nom, et bien que ce Gravity Rush 2 reprenne dans les grandes lignes le même schéma, j’apprécie beaucoup plus ce second épisode. Sans doute que je m’étais préparé à faire face à ce qui me dérangeait. Kat, bien qu’encore naïve, est plus mature et plus supportable. L’histoire est intéressante et pleine de surprises et de rebondissements, même si elle est très loin de ce que j’imaginais et qu’elle parte parfois très loin dans le bizarre. Il y a beaucoup à faire dans le jeu, et passés les premiers chapitres qui rappellent un peu trop le premier jeu dans leurs actions, la variété est assez bien dosée pour que l’on ne se lasse pas au fil du temps. Finalement, la seule chose pénible, c’est la caméra qui rend certaines situations plus compliquées qu’elles ne sont, et certaines actions de missions secondaires pas franchement adaptées au gameplay et à cette fameuse caméra.

Une très bonne suite, et un bon jeu pour découvrir cet univers énigmatique (mais si vous commencez par le 2, le premier risque d’être difficile à faire jusqu’au bout).

Les :

  • Une histoire et des personnages moins « gnian gnian »
  • Des objectifs variés
  • Des tonnes de chose à faires

Les :

  • La caméra est votre pire ennemi
  • La collecte de gemme un peu exagérée
  • Une difficulté encore mal dosée
  • Des problèmes de traduction

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , ,

Laisser un commentaire