Worms W.M.D

Posté le 2 septembre 2016 Par Dans PlayStation 4

[Test] Worms W.M.D

La licence Worms existe de puis 21 ans et nous revient pour un n ième épisode baptisé W.M.D (Weapon of Mass Destruction). Durant toutes ces années il y a eu du très bon comme du mauvais, alors qu’en est-il de ce Worms W.M.D ? Voici mon test.

Worms W.M.D

Merci à Team 17 pour l’envoi d’un code du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test), Xbox One, PC
  • Date de sortie : 23/08/2016
  • Développeur : Team17
  • Editeur : Team17
  • Type de jeu : Action
  • Nb de joueurs : 1 à 6
  • Online : Oui
  • PEGI : 12
  • Périphériques : PSVita en remote play

Histoire & Mode de jeu

Worms W.M.D ne s’embête pas avec un scénario comme c’était le cas dans Worms Battlegrounds, mais on s’en fiche, ça n’a pas d’importance. On n’aurait pas craché en revanche sur quelques cinématiques humoristiques de plus comme au bon vieux temps, il y en a trop peu.

Worms W.M.D

Le jeu propose en revanche un mode solo complet, avec 20 entrainements pour se familiariser avec les armes, 30 missions avec à chaque fois différents objectifs à accomplir, ainsi que 10 défis qui sont en fait des affrontements contre des « Boss » que vous débloquez en trouvant leur avis de recherche dans les missions.

Bien évidemment vous pouvez aussi jouer à plusieurs (jusqu’à 6 joueurs), hors ligne ou en ligne, en match classé (en 1 contre 1) ou privé et personnalisé.

Worms W.M.D

L’interface mériterait un peu plus d’ergonomie mais la navigation est claire, et le système de personnalisation des vers est assez poussé. Worms W.M.D inclut des rangs que l’on gagne en terminant les différents entrainements et missions, ce qui permet de débloquer de nouveaux éléments de personnalisation. Il y a en parallèle des rangs par rapport à votre progression en multijoueur.

Worms W.M.D

Commandes & Jouabilité

Les touches sont paramétrables selon 2 types mais les commandes sont simples et inchangées depuis quasiment le premier épisode : vous déplacez vos vers en tour par tour, vous pouvez sauter ou double sauter pour passer des obstacles, choisir une arme parmi une liste assez complète, ni trop petite ni trop importante. Vous visez, vous tirez en tenant compte du vent et de l’inertie en fonction du type d’arme, et boum ! Très vite on constate malheureusement que la visée est trop sensible, surtout si vous voulez faire du tir de précision avec une arme à feu sur un ennemi assez éloignée. Même un tout petit coup sur le stick vous fera bouger la mire bien trop vite.

Côté armes et équipements, Worms W.M.D reprend les classiques et indémodables : bazooka, grenades, fusil à pompe, parachute, jet-pack, poutre, corde etc etc, même chose pour les « super » : mouton, super mouton, banane, tapis, âne de béton ou encore la fameuse sainte grenade. On retrouve quelques nouveautés ou armes qui sont apparues plus récemment mais qui ont fait leurs preuves. Le smartphone défectueux est assez redoutable face à un groupe d’ennemis rapprochés qui se feront tous électrocuter à la chaine.

Une des 3 grosses nouveautés de cet épisode, c’est la possibilité de fabriquer et customiser ses armes. En effet il y a des caisses à ramasser qui contiennent des ingrédients (de 4 sortes). pendant votre tour ou celui de votre ennemi, vous pouvez démanteler une arme pour récupérer des ingrédients supplémentaires ou bien si vous en avez suffisamment en fabriquer une nouvelle. Chaque arme à sa propre « recette », c’est-à-dire un nombre requis de chaque sorte d’ingrédient. Vous pouvez fabriquer des armes de base, ou bien des versions améliorées. La plupart des armes possèdent 1 ou 2 versions améliorées. Par exemple vous pouvez fabriquer une grenade, ou bien une grenade à poison, une pichenette ou un poussée à deux mains, un raid de tapis ou bien des tapis poussiéreux qui rendent malade etc. Il faudra attendre 1 tour à compter du moment de la fabrication avant de pouvoir l’utiliser.

Worms W.M.D

La seconde grosse nouveauté, c’est l’intégration de véhicules. Il y a un tank, un hélicoptère et un meca. vous pouvez d’une simple touche entrer dans un véhicule proche et profiter de ce nouvel arsenal ainsi que d’une meilleure protection aux dégâts. Mais n’importe quel vers ennemi près de vous pourra à son tour venir prendre les commandes et vous en sortir comme un malpropre. Ces nouveaux joujoux sont sympa à utiliser et ne viennent pas pour autant déséquilibrer complètement la partie, du fait que toutes les équipes peuvent facilement les utiliser d’une part, et du fait également que vous n’êtes ni immortel une fois dedans, ni surpuissant. Alors oui le meca avance très vite, fait de grands bons et plane, mais en frappant il n’enlève pas plus de points de vie qu’un bon bazooka bien placé. Finalement avec un jet-pack et une arme de base on pourrait arriver au même résultat, mais c’est assez fun de piloter ces engins.

La troisième nouveauté, c’est que les terrains comprennent des bâtiments à l’intérieur desquels il est possible d’entrer. On voit alors des couloirs, et bien souvent il y a des caisses d’ingrédients, d’arme ou de soin à ramasser, et parfois des avis de recherche pour débloquer les défis contre les Boss.

Worms W.M.D

Je parlais des modes solo tout à l’heure, ils sont très appréciables et intéressants. Les entrainements proposent un score basé sur le temps, avec des récompenses bronze, argent et or et un classement mondial, dont certains résultats sont juste hallucinants. C’est un bon moyen de se faire la main avec les armes du jeu.

Worms_W_M_D_04

Les missions sont intéressantes également car assez stratégiques avec 3 à 4 objectifs vous obligeant à vraiment réfléchir et planifier vos actions. Les défis contre les Boss sont également très intéressants, car il y a généralement une seule méthode pour venir à bout de l’ennemi, avec très peu d’équipement. Ce sont des vrais épreuves de réflexion, toutes différentes et originales.

Précision, pour ceux qui se poseraient la question, la vers sont « normaux ». Il n’y a pas de vers costaux, agile ou intelligent comme dans certains épisodes précédents. Un retour aux fondamentaux est finalement une bonne chose.

Graphisme & Animation

Je parlais de retour aux fondamentaux juste avant, mais côté graphismes aussi Team 17 est revenu sur du classique niveaux en 2D. Même si certains épisodes 3D étaient intéressants, les meilleures expériences sur Worms restent sur des niveaux en 2D. Les vers ont un style moderne et carré mais finalement plus proche des tout premiers que ce que l’on a pu avoir ces dernières années. Personnellement j’aime bien, surtout avec les masques et autres éléments de personnalisation. Les décors sont très soignés, comme dessinés, à des années lumières de ce que proposait Worms Battlegrounds et on ne va pas s’en plaindre, c’est vraiment très joli.

Worms W.M.D

Les animations des vers sont rigolotes même si j’ai l’impression qu’il y en a moins que d’ordinaire.

A mi-chemin entre un look à l’ancienne et un look moderne, ce Worms W.M.D fait plaisir à voir.

Bande son

Côté musique, rien de surprenant, toujours ces musiques douces qu’on entend à peine mais dont on ne demande rien de plus. C’est côté voix que l’on se tourne et la liste des voix de personnalisation est assez grande, avec pas mal de nouveaux styles.

Worms W.M.D

Les bruitages des armes sont toujours les mêmes mais là encore il n’y a aucune raison d’en changer, ça a un côté nostalgique et rassurant d’entendre les mêmes sons d’un épisode à l’autre depuis tant d’années.

Remote Play (PSVita)

Les commandes sont assez simples et se prêtent volontiers à la PlayStation Vita en dépannage, même si la lecture des environnements sera toujours plus facile et agréable sur un grand écran et que la précision au stick de la console portal sera amoindrie.

Durée de vie

Le mode solo à lui seul offre déjà pas mal d’heures de jeu et une rejaoublitié assez bonne pour les entrainements pour qui aime le scoring, grâce au classement mondial (même si la plupart des résultats sont déjà complètement craqués).

Évidemment l’intérêt du jeu se porte surtout sur le multijoueur qui lui promet de longues heures, il est très difficile d’estimer la durée de vie d’un tel jeu, mais assurément elle sera plus grande que pour les derniers épisodes qui n’étaient pas très motivants.

Trophées

Worms W.M.D propose une liste de trophées complète avec un platine à la clé. Il n’y a rien d’insurmontable mais vous devrez compléter entièrement le mode solo et ses objectifs, et faire pas mal de parties en ligne (50 minimum) pour débloquer les derniers éléments de personnalisation. Le reste, des objectifs d’élimination avec telle ou telle arme, dans telle ou telle condition, devrait se débloquer naturellement en jouant.

Reste la fabrication au moins une fois de chaque arme, mais plusieurs missions offrent la possibilité d’en fabriquer plusieurs. En étant méthodique et en consultant la liste des recettes dans le menu principal, vous devriez venir à bout de ce trophée sans mal.

Trailer

Verdict

appre_ciation_5-2
Worms W.M.D est en quelque sorte la renaissance de la licence, après quelques épisodes franchement à oublier. Ici on revient à l’essence même du jeu qui nous a fait marrer il y a des années de ça, en faisant abstraction de tout les récents ajouts superflux ou dénaturant le titre, pour revenir à quelque chose de plus simple, mais tellement efficace. Et les nouveautés sont appréciables sans s’imposer sur le reste du jeu.

Pour ne rien gâcher Worms W.M.D propose une campagne solo intéressante qu’on a vraiment envie de faire à fond avant d’aller se friter en ligne contre d’autres joueurs. Je suis clairement réconcilié avec la licence.

Les :

  • Une base proche des premiers Worms
  • Une campagne solo bien faite avec un peu de challenge
  • Un style graphique moderne et classe
  • Le plaisir d’antan retrouvé

Les :

  • La navigation dans les menus mériteraient d’être optimisé
  • La visée trop vive qui agace quand on doit être très précis

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , , ,

Laisser un commentaire