Evolve

Posté le 6 mars 2015 Par Dans PlayStation 4, Tests

[Test] Evolve

Vous vous sentez l’âme d’un prédateur ou d’un chasseur ? Vous aimez défiez seul plusieurs joueurs ou vous préférez jouer en équipe ?

Evolve propose tout cela.

Merci à 2K France pour l’envoi du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test), Xbox One, PC
  • Date de sortie : 02/02/2015
  • Développeur : Turtle Rock Studios
  • Editeur : 2K Games
  • Type de jeu : FPS/multijoueur coopératif
  • Nb de joueurs : 1+4 en ligne
  • Online : Oui
  • PEGI : 16
  • Périphériques : remote play/ application mobile Evolve: Hunters Quest

Menus & Modes de jeu

Dans l’espace, lorsque les êtres humains veulent coloniser de nouvelles planètes, ils doivent parfois faire face à des environnements hostiles, et parfois très hostiles, avec des créatures très dangereuses. Certaines créatures peuvent même évoluer et devenir encore plus puissantes et dévastatrices, et tentent elles aussi de conquérir de nouveau territoires.

Face à cette menace, il n’y a pas d’autres solutions que de faire appel aux meilleurs chasseurs de la galaxie.

Evolve n’a pas vraiment d’histoire si ce n’est la ligne directrice sus citée. Evolve, c’est avant tout un concept simple : une équipe de 4 chasseurs affrontent un monstre capable d’évoluer pour devenir plus fort.

Autour de ce concept viennent se greffer des éléments de jeu et des idées qui en font un jeu complet.

Avant toute chose, sachez que ce concept est la base du jeu et ne change à aucun moment, quel que soit la situation ou le mode de jeu choisi. En effet, que vous jouiez en solo, en multijoueur, en partie normale ou personnalisée, vous aurez toujours la configuration suivante : 4 chasseurs (1 soigneur, 1 soutien, 1 trappeur, 1 assaut) contre 1 monstre.

En solo, si vous êtes du côté des chasseurs, les 3 autres chasseurs sont gérés par l’IA (vous pouvez changer le personnage contrôlé à loisir en cours de partie).

En multijoueur, tous les rôles qui ne sont pas occupés par des joueurs sont gérés par l’IA. Si un joueur quitte la partie en cours de route, l’IA prend le relais. Si des personnages sont gérés par l’IA, des joueurs peuvent rejoindre la partie et prendre les postes disponibles.

Avec ce principe, aucun déséquilibre ne survient suite au départ d’un rageux ou à cause d’un manque de joueurs au lancement d’une partie. Et tant mieux car l’équilibre entre les 2 « équipes » est la clé de voute de la réussite de ce jeu justement. Reste après le comportement de l’IA et de certains joueurs…

Côté mode de jeu, même si la base repose sur l’affrontement entre le monstre et les 4 chasseurs, quelques objectifs supplémentaires permettent de proposer différents modes :

  • Chasse : la base, les 4 chasseurs doivent éliminer le monstre. Le monstre doit éliminer les chasseurs. Il doit éliminer les 4 avants que certains d’entre eux ne réapparaissent (largage régulier). Pas de temps de durée de partie, mais si le monstre atteint le stade 3, il peut aller détruire le générateur central pour mettre un terme à la partie.
  • Nid : il y a 6 œufs sur la carte. Les chasseurs doivent détruire les 6 œufs dans un temps imparti. Le monstre peut faire éclore les œufs (un seul à la fois) en sbire, un monstre type Goliath niveau 1 qui l’aidera à éliminer les chasseurs.
  • Sauvetage : les chasseurs doivent sauver des survivants par groupe et les faire évacuer, dans un temps imparti. Le monstre doit éliminer un certain nombre de personnes pour mettre un terme au sauvetage.
  • Défense : le monstre doit détruire le générateur central de la base. Mais il doit au préalable détruire 2 générateurs pour désactiver des barrières de protection. Il est aidé par des vagues de 2 sbires. Les chasseurs doivent évidemment défendre le générateur jusqu’à la fin du temps imparti.

Il existe un dernier mode, Evacuation, qui est en fait un enchainement de ces différents modes sur 5 jours (=5 parties), une sorte de campagne. A l’issue de chaque partie, l’équipe gagnante obtient un bonus sur la partie suivante. Le jour 1 est une chasse, le jour 5 une défense, les jours 2, 3 et 4 l’activité est laissée au vote des 5 joueurs entre 2 modes parmi Chasse, Sauvetage et Nid.

Tous ces modes de jeu peuvent également être joués en partie personnalisée (solo ou multi), afin de modifier les paramètres, et pourquoi pas donner des avantages à une équipe plutôt qu’à une autre, en l’absence d’un choix de la difficulté.

Présenté comme cela, on pourrait penser que cela fait peu de contenu, mais le jeu propose 3 monstres et 3×4 chasseurs avec chacun leurs caractéristiques. Le tout combiné, il y a de quoi s’occuper à mettre en place et performer ses tactiques de chasse.

Commandes & Jouabilité

Chaque personnage a ses particularités, comme je le disais, et pour nous aider à nous familiariser avec tout cela, le jeu propose un didacticiel vidéo à regarder à chaque fois que l’on utilise pour la première fois un personnage.

Avant cela, au lancement du jeu, il faut impérativement passer par la case didacticiel en pratique du Golitah, puis un second, optionnel, pour l’assaut Markov. Ces didacticiels sont rejouables à loisir et proposent même un speedrun avec une récompense d’xp à la clé (et des succès/trophées) selon le temps réalisé. De quoi bien commencer à prendre en main les 2 types de gameplay.

Ces didacticiels ne sont vraiment pas là pour faire joli, et celui qui voudra les passer sans s’y intéresser risque d’être un peu perdu en partie par la suite.

Côté monstre, en vue à la troisième personne, vous apprendrez à vous déplacer, grimper, sauter, vous déplacer furtivement, renifler, attaquer, vous nourrir. Cette dernière action est indispensable pour renforcer votre cuirasse (=bouclier que les chasseurs doivent détruire avant d’attaquer vos points de vie) et espérer évoluer au stade 2 ou 3.

Chaque monstre connait 4 attaques spéciales. Au stade 1, il dispose de 3 points à répartir comme bon lui semble parmi les 4 attaques spéciales. Il peut en prendre 3 au niveau 1, 1 au niveau 2 et 1 au niveau 1 ou bien 1 au niveau 3. En atteignant le stade 2 il gagnera 3 points supplémentaires, puis 2 autres s’il parvient à évoluer au stade 3.

Ces attaques sont bien différentes pour les 3 monstres. Le Goliath, monstre terrestre pur, est plutôt adepte du corps à corps, avec des charges, des attaques sautées, des jets de pierre et des flammes.

Le second monstre, le Kraken, qui a la capacité de voler sur de courtes distances, possède des attaques ciblées, des attaques répulsives, idéales pour disperser les chasseurs, une attaque de zone et des mines.

Le troisième monstre, le Spectre, peut se téléporter sur de courtes distances, enchainer des coups incapacitants au corps à corps, emporter et affaiblir un chasseur. Très rapide et puissant, il a en contrepartie une cuirasse moins épaisse et des points de vie plus réduits.

A vous de jouer avec ces différences et de trouver les meilleures stratégies à adopter, en fonction de la situation. Bien que très imposant, vous déplacer furtivement vous permettra parfois de passer tout près des chasseurs sans qu’ils vous repèrent. Même si vous faites mal, foncer sur eux comme une brute dès le début de la partie finira rarement par une victoire. D’une manière générale, si les chasseurs ont mis à mal votre cuirasse, envisagez une retraite le temps de vous refaire une santé.

Il faut jouer avec les environnements, chasser les animaux pour se nourrir, en sachant que cela va donner des indications sur votre position aux chasseurs. Certains animaux confèrent des bonus comme la régénération de santé, il est parfois judicieux de prendre le risque de s’attaquer à certains d’entre eux (ils ont un symbole sur eux s’ils sont susceptibles de lâcher un bonus en mourant).

Comme en tant que monstre vous commencez une partie avec 30 secondes d’avance sur les chasseurs, utilisez-les du mieux possible.

Côté chasseur, en tant qu’assaut dans le didacticiel, en vue à la première personne, vous apprendrez à vous déplacer, sauter grâce au jetpack, grimper, esquiver, et à utiliser vos différentes attaques. Il n’y a pas de didacticiel pour les autres classes, il faudra apprendre sur le tas.

Il faut donc distinguer 4 classes : Soigneur, Soutien, Trappeur et Assaut. Pour chaque classe, vous avez le choix parmi 3 personnages (en réalité 1 au départ, puis 2 autres à débloquer).

  • Soigneur : rôle clé dans l’équipe, ses compétences tournent sur 2 axes : aider son équipe, en soignant, remettant sur pied ; et affaiblir le monstre, en le ralentissant, en créant des points de faiblesse dans sa cuirasse etc.
  • Soutien : son rôle sera d’aider son équipe, soin en protégeant ses coéquipiers, soit en aidant à localiser le monstre ; en parallèle il pourra causer des dégâts assez importants. Tous les soutiens possèdent un camouflage effectif pour toute l’équipe.
  • Trappeur : c’est lui qui doit normalement traquer le monstre, grâce à un familier ou des détecteurs ; le confiner lorsque c’est possible dans une arène (tous les trappeur en ont une), l’empêchant de s’échapper ; et le bloquer à l’aide de harpons. Il peut également causer des dégâts mineurs.
  • Assaut : c’est le gros bras de l’équipe, c’est lui qui doit impérativement tirer sur le monstre pour lui détruire sa cuirasse et le tuer. Pour cela, il dispose d’armes à feu, à laser, de lance-flamme ou autre arguments efficaces, ou bien encore de pièges comme des mines de proximité. Il peut également au besoin mettre en place un bouclier personnel.Si le jeu impose un personnage de chaque classe dans chaque partie, ce n’est pas pour rien. C’est essentiel à l’équilibre du jeu, et à l’efficacité du groupe. Et il est primordial que chaque joueur tienne son rôle au mieux. Si le soigneur préfère tirer quelques balles inutiles plutôt que de soigneur ses coéquipiers, ou que le trappeur n’immobilise jamais le monstre, ou pire si les joueurs ne se soutiennent pas en se réanimant, ils peuvent oublier tout espoir de venir à bout du monstre. L’esprit d’équipe est la compétence commune à tous les chasseurs qu’il est impératif de maitriser.Et c’est malheureusement là que l’équilibre du jeu est mis à mal, lorsque vous jouez avec des inconnus qui ne tiennent pas correctement leur rôle ou qui ont un comportement égoïste, en n’essayant même pas de vous ranimer lorsque cela est possible. Et ce problème arrive très fréquemment dans une équipe « pick up » (= dont les membres sont déterminés aléatoirement lors du matchmaking).

Maintenant que tous les types de personnages sont présentés, comme est organisé le jeu ? Vous choisissez de jouer en solo ou en multi, puis en partie normale ou personnalisée. De là, en multijoueur, vous établissez un classement de préférence des classes que vous voulez jouer (monstre + les 4 classes de chasseur). Il s’agit de vos souhaits, mais vous pouvez très bien vous voir imposer votre 5ème choix. Si vous jouez avec 2, 3 ou 4 amis et que vous êtes en party tchat, aucun de vous ne pourra jouer le monstre. En solo vous choisissez la classe que vous voulez et vous pourrez même changer en cours de partie en utilisant la croix directionnelle (chaque direction correspondant à une classe).

Pour laisser un peu d’avance au monstre, ce dernier commence donc la partie avec 30 secondes d’avance. Tous ces réglages entrainent plusieurs temps de chargement, heureusement des cinématiques nous aident à patienter.

Une fois dans la partie, vous savez à présent quoi faire, mais ajoutons que vous devrez également penser à réaliser certains objectifs pour gagner de l’expérience d’une part, pour améliorer le niveau de votre personnage d’autre part. Chaque personnage, chasseur ou monstre, a 3 niveaux de compétences. Au niveau 1, en général, il y a 3 ou 4 objectifs qui consistent à utiliser chaque attaque ou habilité un certain nombre de fois. Vous devez remplir à 100% tous les objectifs d’un niveau pour débloquer le suivant. Au niveau 2, vous débloquez le personnage suivant, et les objectifs se corsent un peu. Toujours basés sur l’utilisation des attaques et habilités, ils sont plus exigeants. Par exemple un monstre devra faire des dégâts avec ses attaques mais sur plusieurs ennemis à la fois.

Chaque objectif rempli à 100% confère un % de bonus sur l’attaque ou l’habilité concernée, il est donc intéressant de monter les niveaux de ses personnages, même si certains objectifs sont difficiles ou longs à réaliser.

A noter que si vous possédez un smartphone IOS ou Android, vous pouvez jouer sur l’application Evolve Hunters Quest et récupérer des bonus qui vous remplissent automatiquement jusqu’à 50% de vos objectifs de personnage, ce qui est loin d’être négligeable.

A côté des niveaux de vos personnages, vous avez un niveau commun à tous, monstres et chasseurs, allant de 1 à 40. Ce dernier augmente avec l’expérience gagnée à l’issue des parties (les évacuations donnent plus d’xp que d’enchainer des parties simples). Gagner des niveaux permet de débloquer des bonus en jeu (augmentation des dégâts, du temps de rechargement des compétences etc) et des éléments de personnalisation d’un badge.

Qu’en est-il de l’IA dans tout cela ? Comme expliqué précédemment, que l’on joue en solo ou en multi, l’IA peut être présente, au travers des chasseurs ou des monstres, si il n’y a pas 5 joueurs humains, puisqu’il y a systématiquement 1 monstre et 4 chasseurs dans une partie.

L’IA gère-t-elle bien son rôle ? Oui, trop bien même, et cela en devient souvent un défaut. Surtout quand c’est le monstre qui est géré par l’IA en multi. Aucune hésitation sur quoi faire, la direction à prendre, l’action à réaliser. Pas de mauvais mouvement, de saut raté. Très vite, le monstre atteint le stade 2 ou 3 sans avoir vraiment laissé de trace ou s’être fait rattraper. En combat, le monstre va directement s’attaquer au soigneur, là encore sans hésitation. Si jamais le soutien aide trop, c’est lui qui va en faire les frais, si l’assaut fait trop mal, il va rapidement être calmé. Les sbires sont tout aussi redoutables, heureusement qu’ils ne peuvent pas évoluer. Alors oui sur le papier, ce comportement est celui que doit adopter un joueur qui incarne le monstre, sauf qu’un joueur, il peut se tromper, il peut avoir des difficultés à analyser la situation, à identifier le soigneur etc. L’IA elle, ne fait jamais d’erreur. Il est tout de même possible de gagner contre le monstre géré par l’IA, mais ce ne sera pas sans mal.

Côté solo, ce sera moins délicat car les chasseurs gérés par l’IA tiendront bien leur rôle. Si vous êtes Trappeur ou Assaut, vous devriez apprécier le travail du Soutien et du Soigneur.

Par contre en solo en tant que monstre, vous allez vous retrouver face à une équipe très soudée, quasi sans faille, et sans atteindre le stade 3 d’évolution vous aurez bien du mal à les décimer.

Cela peut sembler étrange de dire cela, mais pour une fois, dans un jeu, l’IA mériterait d’être moins parfaite, plus humaine, et d’intégrer des notions d’erreurs, d’hésitation.

Et l’équilibre, si important et mis en avant dans les chiffres donnés par 2K ? Un tel jeu ne tiendrait pas la route 5 minutes si l’équilibre entre les 2 équipes n’était pas établi. A quoi bon jouer monstre si on avait toutes les chances de mourir à chaque partie, et inversement ?

Les différents chiffres annoncés, aussi bien sur la beta que maintenant que le jeu est lancé, tendent à prouver cet équilibre quasi parfait. Notons tout de même que les victoires du monstre sont proportionnelles à son stade d’évolution à la fin de la partie.

Sans avoir tenu de compte, en jouant, on n’a effectivement pas d’impression désagréable qu’une équipe est toujours plus forte qu’une autre. Sauf peut-être lorsque l’on tombe face à un Spectre, assez redoutable. Peut-être aussi parce que l’équipe de chasseur qui doit y faire face n’est pas encore composée des derniers personnages. C’est un peu comme tomber sur un joueur prestige dans ses premières parties, ce n’est forcément pas gagné pour le noob, ça ne signifie pas pour autant que le jeu n’est pas équilibré.

Mais globalement, l’équilibre est là, du moment que l’on joue à 3 ou 4 amis en tant que chasseurs, contre un monstre géré par un joueur humain. Le déséquilibre survient dès lors que des joueurs humains inconnus n’ont pas cerné la philosophie du jeu et l’esprit d’équipe et ou que le monstre est contrôlé par l’IA.

Peut-être que les déplacements seraient à revoir également, car trop souvent en mode Chasse les parties durent plus de 15 minutes dont au moins 10 se résument à des chasseurs qui courent après un monstre sans le rattraper, ce qui lassera rapidement les joueurs les moins investis dans le jeu. A l’inverse il ne faudrait pas non plus que les monstres ne puissent jamais distancer les chasseurs sans quoi le fameux équilibre ne serait plus.

L’environnement parfois très hostile tant aussi parfois à désavantager les chasseurs.

Graphisme & Animation

Le jeu est plutôt joli, dans son style. L’environnement est volontairement sombre en général et un peu terne au niveau des couleurs, pour permettre au monstre de se cacher plus facilement et rendre la chasse plus intéressante. Cela vaudra souvent aux chasseurs de passer trop près d’une plante carnivore ou d’un Tyran des marais d’ailleurs.

En tant que monstre en vue à la troisième personne, les chasseurs apparaitront assez petits et avec une aura, il faudra observer leurs attaques pour distinguer les classes (ou reconnaitre leur nom si c’est l’IA, les pseudos si ce sont des joueurs).

Ce style visuel rend parfois l’action un peu confuse, mais comme c’est le cas dans les 2 camps, ça compense. Et des graphismes avec plus de contraste, de netteté et de couleurs seraient certes plus agréables à l’œil, mais nuiraient au concept et à l’équilibre du jeu.

Les environnements sont variés et plus ou moins vastes selon les niveaux, le décor vit au cours de la partie, avec la végétation qui se détruit sous les tirs et les passages du monstre, les cadavres des animaux qui se décomposent etc.

La faune sauvage fait également sa petite vie pendant votre traque.

Il faudra tout de même quelques parties pour se familiariser avec cette ambiance et les différents indicateurs à l’écran.

Le gros bémol étant la carte qui s’affiche de manière optionnelle en plein milieu de l’écran, ce qui la rend difficilement utilisable. Choix délibéré ou erreur d’ergonomie, elle est en l’état à oublier, et c’est dommage car elle pourrait aider les chasseurs à mettre en place des tactiques de « tenaille » ou autre encerclement. Cela réduirait peut-être les poursuites incessantes dans les traces du monstre.

En partie multijoueur, on note parfois quelques lags.

Bande son

Après une intro avec une bande-son musclée et sa musique prenante (un brin trop forte comparativement au reste du jeu), il faudra surtout compter sur les dialogues et les bruitages. En effet, la musique n’est pas un élément très présent ni marquant dans Evolve. Pas sûr que l’on aurait apprécié quelque musique que ce soit d’ailleurs pendant que l’on traque la bête, à l’affût du moindre bruit révélateur.

D’ailleurs l’ambiance sonore joue un rôle essentiel dans l’immersion et le gameplay. Il faudra bien être attentif aux bruits des animaux aux alentours, aux bruits du monstre et aux indicateurs des personnages, tous ces éléments seront utiles et encore plus avec une bonne installation (home cinéma ou casque 5.1 ou plus) pour être le meilleur chasseur possible.

Les dialogues des personnages, en français, sont sympathiques, voir amusants, et feront patienter durant les temps de chargement avant largage des troupes.

On regrettera cependant que certaines répliques se déclenchent un peu prématurément, notamment lorsque le personnage annonce voir le monstre et être proche alors qu’à l’écran, il est encore loin voir non visible.

Globalement la bande-son tient la route, sans être exceptionnelle.

Remote Play

Bien que disponible, la fonction remote play dans l’état est injouable. La raison est toute simple, les touches L et R correspondent aux touches L1 et R1 de la PS4, ce qui fait que les touches L2 et R2 qui servent à viser et tirer se retrouvent sur les parties haut gauche et haute droite du pavé tactile arrière. Il est très difficile dans ces conditions de tirer, d’autant que le viseur et la caméra sont très sensibles.

Il est possible de modifier les commandes dans le menu pause, mais pas à sa guise, et aucune configuration ne prévoit une autre touche que R2 pour tirer.

D’ordinaire les jeux de tir prévoient la possibilité d’inverser L1/R1 et L2/R2, ce qui permet d’utiliser le remote play convenablement. Peut-être que Turtle Rock Studios n’a pas pensé que la communauté de joueur sur PSVita en remote play pouvait être importante, et c’est bien dommage.

Durée de vie

La durée de vie du titre dépendra de l’intérêt que vous y porterez et de vos objectifs. Déjà, si vous jouez exclusivement seul, à moins d’être excellent en tant que monstre et d’aimer botter les fesses d’un groupe de joueurs, vous risquez de rapidement en avoir marre de jouer avec/contre l’IA ou avec des joueurs qui jouent parfois n’importe comment.

Si vous avez 1 ou 2 amis, il y aura déjà matière à s’amuser plus en groupe de chasseurs, à condition de bien tomber niveau coéquipiers et adversaire.

Si vous avez 3 amis, l’intérêt sera grandement amélioré et vous pourriez bien y jouer régulièrement sur plusieurs mois.

Si vous avez 4 amis, vous pourrez en plus envisager plus sereinement la quête du platine, mais à moins que l’un d’entre vous aime vraiment jouer le monstre, ce rôle risque d’être tiré à la courte paille ou être attribué à celui qui arrive en retard et si les 4 autres jouent bien en équipe, ce rôle sera rapidement ingrat et indésiré.

Quoiqu’il en soit, le concept et le contenu offrent de quoi s’occuper de nombreuses heures sans aucun problème.

Trophées

La lecture des trophées peut faire peur, car il y a des objectifs difficiles, et d’autres assez longs. Finalement, en jouant, on s’aperçoit que l’on peut en obtenir une bonne partie en jouant normalement, certains avec de la chance ou un peu de skill, d’autres en jouant sur les réglages de parties personnalisées.

Enfin sachez qu’une bonne partie des trophées peut-être boostée pour les moins courageux, et il est même possible d’avoir un joueur qui incarne le monstre même si vous n’êtes pas 5 joueurs, il suffit de ne pas utiliser la party chat de la console. Ce dernier n’entendra pas les autres joueurs, il faudra donc se coordonner avant de lancer la partie ou utiliser un moyen externe pour communiquer.

Finalement le plus long sera de monter toutes les compétences des 12 chasseurs et des 3 monstres. Il est fortement recommandé de jouer à l’application mobile pour aider la progression. Et là encore il sera toujours possible de booster entre amis sur les objectifs les plus pénibles.

Trailer Officiel

Verdict

Evolve repose essentiellement sur un concept de gameplay asynchrone 1 joueur contre 4. L’idée est alléchante, le contexte chasse de monstre attrayant. Jusque-là tout va bien.

Dans les faits, le pari est réussi, sous certaines conditions. En effet, jouer en solo, ce sera sympa au début pour se faire la main et débloquer des trophées, mais jouer contre ou avec des personnages qui ne font pas d’erreur, avec des comportements trop évidents, on aura vite envie de quelque chose de plus humain.

Et en multijoueur, le plaisir de jouer dépendra de la composition d’une partie. Si vous n’êtes pas 4 joueurs amis, bien souvent vous devrez vous contenter de compagnons gérés par l’IA et d’un monstre sans faille, surtout si vous souhaitez faire des évacuations. En parties simples il sera plus facile de trouver des joueurs, mais alors attendez-vous vous à avoir des coéquipiers qui joueront les mercenaires solitaires. Ce n’est évidemment pas systématiquement le cas, et il pourra y avoir de très bonnes parties.

Ceci dit, ce n’est pas vraiment le jeu qui est en cause, sauf peut-être sur l’IA qui mériterait d’être retravaillée, mais plutôt la communauté de joueur.

Evolve a été plutôt bien pensé, plutôt bien développé, son avenir est entre les mains des joueurs.

Les :

  • Gameplay asynchrone 4v1 original
  • Bonne ambiance (look des persos, dialogues, le concept de chasse)
  • Des modes de jeu et des éléments qui ne résument pas le jeu à un simple 4v1
  • L’application mobile pour booster ses persos et voir les replays
  • La nécessité que chaque joueur joue son rôle pour réussir

Les :

  • Une IA trop artificielle et mécanique, très loin d’un comportement humain
  • L’ergonomie de la carte catastrophique
  • Un concept qui repose sur la communauté de joueur
  • Le matchmaking pas franchement au top
  • Un équilibre parfois bancal, le Spectre un brin cheaté
  • Le remote play injouable

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , , ,

1 Réponse

  1. C’est exactement mon ressenti.
    Je t’invite à découvrir (du moins je pense) un youtubeur « Chroniqueur » qui pourrais intéresser dont voici sa dernière vidéo qui est très intéressante au début (le passage du cercle vicieux) : https://www.youtube.com/watch?v=SswJM3qFkSE

Laisser un commentaire