[Test] Degrees of Separation

Et si vous êtiez liés à un inconnu, distant, mais sans pouvoir progresser sans lui, et lui sans vous ? Cette dépendance, avec l’impossibilité pourtant de se rapprocher, vous le viveriez comment ? Sans être autant philosophique, c’est d’une certaine façon ce que propose Degrees Of Separation.

En plus de mon test, je vous invite à lire celui d’Ashesheart avec qui j’ai joué l’intégralité du jeu : https://www.ashesheart.fr/degrees-of-separation-un-puzzle-game-onirique-qui-vaut-le-detour/

Degrees Of Separation

Merci à Warning Up pour l’envoi d’un code du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test), PS4 Pro, Xbox, Switch, PC
  • Date de sortie : 14/02/2019
  • Développeur : Moondrop
  • Editeur : Modus Games
  • Type de jeu : Plateforme/Reflexion
  • Nb de joueurs : 1 ou 2
  • Online : Oui
  • PEGI : 3
  • Périphériques : aucun

Histoire & Mode de jeu

C’est l’histoire de 2 êtres, vivant chacun dans son monde, seul, sans lien apparent avec l’autre. Jusqu’au jour où ils se retrouvent finalement liés par un pouvoir étrange. Ils n’auront d’autre choix que de s’aider pour avancer et peut-être retrouver leur liberté.

Degrees Of Separation

L’histoire sur fond de poésie est assez simple, bien que difficile à suivre puisque narrée en anglais pendant que vous jouez. C’est tout de même intéressant à suivre et on n’en attend pas plus d’un jeu de ce gabarit.

Le jeu est jouable seul, ou à deux, hors ligne ou en ligne. Il est découpé en 5 mondes auxquels ont peut accéder librement (mais progressivement) depuis une zone principale. On peut retourner à loisir dans n’importe quel monde.

3 emplacements de sauvegarde sont disponibles.

Commandes & Jouabilité

La base du jeu repose sur le fait qu’il y a deux personnages dans le même environnement, mais ils sont séparés par une ligne comme s’ils étaient dans deux mondes différents. L’un est dans un environnement coloré en lien avec la chaleur, le feu, tandis que l’autre évolue dans un environnement orienté plutôt vers le froid. L’objectif sera de progresser dans le niveau en s’aidant de ces capacités pour débloquer les passages, ou en s’entraidant malgré la séparation.

Degrees Of Separation

Si le jeu est jouable seul en incarnant alternativement les 2 personnages, il est très nettement plus agréable et intéressant de le faire à deux. Mais s’il n’y a que très peux de passages qui demandent vraiment un rythme et beaucoup de coordination entre les 2 protagonistes, jouer seul pourra parfois être contraignant voire rageant. Et puis, c’est tellement plus agréable de réfléchir ensemble à une solution et de réussir des acrobaties alors que l’on ne contrôle que la moitié des gestes.

Degrees Of Separation

Une fois passé le premier monde et ce premier degré de séparation, les mondes suivants vont explorer de nouveaux pouvoirs : feu/glace, pour glacer l’eau et pouvoir marcher dessus, faire apparaitre des souffles de feu pour être projeté à des endroits inaccessibles etc. La séparation sera amenée à changer elle aussi, jusqu’à disparaitre complètement, ou pas.

Degrees Of Separation

Chaque monde est un niveau assez long avec parfois plusieurs embranchements, et des collectibles sous forme d’écharpes à récupérer. Lorsque vous êtes sur un checkpoint, qui sert aussi de voyage rapide vers les précédents checkpoints, vous pouvez apercevoir en haut de l’écran une sorte de constellation qui affiche la récupération ou non des collectibles. Une bonne idée pour pouvoir tous les chasser, sans laisser le joueur chercher bêtement, et sans donner trop d’indice non plus.

Degrees Of Separation

Globalement le jeu est assez simple à prendre en main et la découverte des nouveaux pouvoirs se fait toujours sous forme de tutoriel. Cependant la maniabilité n’est pas optimale, et il ne sera pas toujours évident de grimper correctement à une paroi ou de sauter là où on le souhaite vraiment. Rien d’insurmontable, mais il est toujours agaçant de ne pas réussir des énigmes ou des passages de plateforme non pas à cause de nos capacités, mais à cause des défauts d’un jeu. Les énigmes en elles-mêmes sont assez bien pensées, certaines  demandent pas mal de réflexion mais la difficulté est croissante et bien dosée. Dommage encore une fois que la difficulté vienne parfois de la maniabilité hasardeuse. Même si vous n’êtes pas chasseur de trophée, ne négligez pas la quête des collectibles, cela représente un bon tiers des énigmes présentes dans les niveaux.

Degrees Of Separation

En jouant en ligne, le jeu est plutôt stable, et il est à priori possible de « croiser » des sauvegardes avec des joueurs n’ayant pas la même progression. Mais j’avoue ne pas avoir testé de peur d’avoir des soucis avec les trophées. Nous avons toujours joués ensemble Ashesheart et moi, et n’avons rencontrés aucun souci.

Graphisme & Animation

Degrees Of Separation se présente en 2D avec un style dessin, ajoutant une touche de poésie à l’histoire qui l’est déjà. C’est agréable, mais ça n’est pas aussi soigné que nombre de jeux qui sont dans ce style. Tout comme les animations des personnages qui sont assez minimalistes et rigides, ce qui n’arrange pas les soucis de maniabilité évoqués précédemment.

Degrees Of Separation

La dualité du monde feu/glace est malgré tout plutôt belle, elle manque juste de finition.

Bande son et langue

J’en parlais au début, le jeu est raconté en anglais. Certes il y a des sous-titres en français, mais c’est assez difficile à suivre car l’histoire est racontée alors même que vous êtes en train de progresser dans le niveau. C’est un peu dommage, j’ai moi-même manqué une bonne partie de ce qui était raconté.

Les musiques sont douces et collent parfaitement à l’ambiance visuelle.

Durée de vie

Je ne sais plus exactement combien de temps nous avons passé sur le jeu, je dirais environ 1 heure minimum sur chaque niveau, en prenant bien le temps de chercher les collectibles qui sont tous récupérables dès le premier passage dans un monde. En effet, chaque monde a son pouvoir bien défini, il n’y a pas besoin d’y retourner comme dans un Metroid par exemple. La zone intermédiaire entre les mondes a elle aussi pas mal de recoins à découvrir. Ce qui nous amène donc à 6 à 8 heures de jeu en tout.

Degrees Of Separation

La rejouabilité est en revanche quasi nulle, surtout si vous avez encore une fois bien ramassé tous les collectibles avant de quitter un niveau.

Trophées

Pas de trophée platine, cela aurait pourtant été envisageable si on compare aux jeux « Ratalaika ». Les objectifs sont assez classiques et évidents : terminer tous les niveaux, et trouver tous les collectibles. Il y a également quelques trophées d’actions spéciales avec des zones cachées à trouver. A noter que si vous jouez à 2 et que l’un des joueurs trouvent un collectible ou une zone secrète, les 2 joueurs obtiennent le trophée correspondant.

Degrees Of Separation

Le 100% est accessible sans aide si vous avez un minimum l’habitude de ce type de jeu, mais il sera toujours possible de trouver des guides vidéos sur la toile si vraiment vous êtes bloqué.

Video

 

Verdict

Degrees Of Separation est de ces jeux à faire à 2 de préférence, et qui propose de passer un moment agréable avec de la réflexion bien dosée et des idées d’énigmes originales. La progression est bien pensée, mais laisse peu de place pour ne pas dire aucune à la rejouabilité.

Tout n’est pas parfait mais l’ensemble tient bien la route.

Les :

  • Une gameplay original et variant
  • De la coopération en ligne (il aura fallut attendre 1 an)

Les :

  • Une réalisation qui manque de finesse
  • Pas de trophée de platine

Laisser un commentaire