Spy Chameleon

Posté le 3 août 2017 Par Dans PlayStation 4, PlayStation Vita

[Test] Spy Chameleon : RGB Agent

Qui n’a jamais rêvé d’être un espion en mission d’infiltration ? C’est ce que vous propose Spy Chameleon, bien que la situation est un peu particulière et que vous n’êtes pas un agent comme les autres. Voici mon test de ce puzzle game.

Spy Chameleon

Spy Chameleon : RGB Agent était offert via l’offre du PlayStation Plus en juin, vous l’aviez peut-être mis dans votre panier par principe sans savoir de quoi il s’agissait. Si ce n’est pas le cas, il est actuellement disponible en promotion au prix de 1,99 euros (4,99 habituellement), que vous pouvez régler à l’aide de Cartes PlayStation Store. Il est également disponible sur d’autres plateformes où le règlement par cartes prépayées est également possible.

Crédits

  • Plateforme : PS4, PSVita (support du test), Xbox One, Wii U, PC, Mac
  • Date de sortie : 24/05/2014
  • Développeur : Unfinished Pixel
  • Editeur : Unfinished Pixel
  • Type de jeu : Puzzle
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Oui (score)
  • PEGI : 3
  • Périphériques : PlayStation Vita ou autre support pour Remote Play.

Histoire & Mode de jeu

Comme dit en préambule, vous êtes un espion et vous avez pour mission de vous infiltrer dans un bâtiment afin de recueillir des informations sur des objets particuliers. Mais vous aussi êtes particulier. En effet, vous êtes un caméléon, et vos aptitudes naturelles vous seront très utiles pour déjouer les alarmes et autres pièges dont regorgent les pièces que vous devez traverser.

Un concept simple mais efficace, un jeu qui n’a pas besoin d’une grande histoire mais qui trouve tout de même de quoi placer un brin d’humour entre quelques niveaux.

Le menu vous propose de (re)jouer les 75 niveaux, de régler quelques éléments comme le son et de consulter les statistiques complètes du jeu. Il y a également une liste de trophées intégrés (« achievements » selon les plateformes).

Le jeu est accessible en deux niveaux de difficulté que vous pouvez modifier par la suite.

Commandes & Jouabilité

Prenons le principe de base : vous devez traverser des pièces, d’une entrée vers une sortie (en vue du dessus). Vous pouvez déplacer le caméléon à l’aide du joystick gauche ou de la croix directionnelle (les commandes peuvent varier selon la plateforme sur laquelle vous jouez). On note d’ailleurs une sensibilité plus forte et donc une précision moins évidente avec une PlayStation Vita, en comparaison avec une manette Dualshock 4 sur PS4.

Mais quel serait l’intérêt du jeu s’il suffisait d’aller d’un point A vers un point B en ligne droite ? Vous êtes un espion, ne l’oublions pas, et vous n’êtes pas le bienvenu dans ces lieux. Il y a des caméras qui ratissent la pièce, vous pouvez apercevoir leur zone de détection. Vous devez donc éviter d’être repéré. Les choses se compliquent dans les niveaux suivants, lorsque les zones de détections se croisent et ne laissent aucun moyen de passer sans vous faire repérer… à moins de pouvoir prendre la couleur du tapis au sol. Ça tombe bien  vous êtes un caméléon, changer de couleur, ça vous connait ! Vert par défaut, vous pouvez changer de couleur en appuyant sur une touche. 4 couleurs sont possibles en tout, elles varient selon la plateforme sur laquelle vous jouez. Par exemple sur console PlayStation, vous pouvez être vert avec la touche , rouge avec , bleu avec et rose avec . Cela correspond aux couleurs des boutons, c’est donc assez naturel et pratique pour changer et c’est tant mieux car il faudra bien souvent être très rapide.

Spy Chameleon

Sur les 75 niveaux que propose le jeu, pas mal d’autres éléments viendront s’ajouter au gameplay, augmentant petit à petit la difficulté et la nécessité d’avoir de bons réflexes. Sans tout vous dévoiler pour garder un peu de surprise, je peux citer les agents qui se déplacent, les panneaux à déplacer pour se protéger des faisceaux de détection, les cases qui changent de couleur etc. Il y a beaucoup de bonnes idées et cela permet de vraiment varier les énigmes de ce puzzle game. Pour les niveaux les plus longs et périlleux, des checkpoints vous éviteront de recommencer depuis le début du niveau si vous venez à vous faire repérer.

Spy Chameleon

Nous avons donc un jeu avec une base bien définie, à laquelle le studio Unfinished Pixel a ajouté une notion de rejouabilité et de scoring intéressante. En effet, il y a 3 objectifs pour finir chaque niveau. Le premier, c’est en ramassant les 10 mouches qui y sont disséminées. Vous êtes un caméléon après tout. La disposition de ces mouches vous aide en général à découvrir le niveau et à appréhender le chemin le plus évident. Une fois le niveau terminé une première fois, vous débloquez les coccinelles. Elles sont au nombre de 1, 2 ou 3 et sont en général placées dans des endroits plus difficiles d’accès, vous obligeant à prendre de plus grands risques. Enfin, vous pourrez essayer de terminer le niveau le plus rapidement possible, pour battre un temps de référence, voire mieux, si vous visez le challenge ultime qui est d’être sous les 18 minutes de temps cumulé (en Difficile) sur les 75 niveaux. Si le défi de rapidité est accessible dès votre premier essai sur un niveau, je le mets en dernier car c’est le dernier temps réalisé sur un niveau qui est gardé en référence, et non le meilleur temps réalisé (pourtant mémorisé et affiché dans le récapitulatif de chaque niveau). C’est assez embêtant car si vous rejouer un niveau (pour les coccinelles ou un trophée par exemple), il faudra penser à refaire un super chrono ensuite. Ce dernier défi est intéressant car il vous oblige à penser complètement différemment chaque niveau, pour bien souvent s’apercevoir qu’il est possible de traverser la pièce et ses obstacles sans s’arrêter, mais avec énormément d’agilité et d’adresse.

Spy Chameleon

Spy Chameleon

La difficulté varie d’un niveau à l’autre, mais pas forcément de manière croissante entre le niveau 1 et le 75. En général l’introduction d’un nouvel élément de gameplay (comprenez un nouvel élément de détection) se traduit par quelques niveaux simples faisant office de tutoriels, avant d’avoir des niveaux plus complexes reprenant des anciens éléments en plus du nouveau. Le mode de difficulté va quant à lui modifier la vitesse de déplacement des éléments, l’amplitude des faisceaux etc. Il est à noter que le support sur lequel vous allez jouer impactera également la difficulté. J’ai pour ma part joué sur PlayStation Vita, et plusieurs éléments rendent le jeu plus difficile que sur PS4 : le joystick plus sensible et moins précis comme évoqué précédemment, mais aussi la résolution d’écran plus petite qui rendra à l’œil moins évident la limite des zones de détections. Et dans certains niveaux lors du défi chrono où tout se joue au pixel près, je peux vous assurer que ça change tout. Rien n’est impossible pour autant, juste que sur un grand écran avec une bonne manette, ce sera plus facile.

Graphisme & Animation

Le jeu est assez simple dans sa réalisation, il n’y a pas de quoi s’émerveiller en regardant les graphismes. Ça n’est pas moche non plus, les décorations des pièces sont bien faites, le personnage rigolo, mais c’est plus fonctionnel que beau.

Je ne sais pas pour les autres versions, mais sur PlayStation Vita, sur les niveaux complexes, j’ai noté quelques baisses de framerate. Bien évidemment cela survient alors que vous tentez un défi chrono sur un passage très difficile et cela se traduira bien souvent par une tentative ratée avec le caméléon qui continue droit dans un faisceau. Ça n’est pas dramatique mais ça peut faire parfois rager.

Le jeu est propre, l’action lisible, la délimitation du personnage et des éléments très nette, bien que moins évidente à voir sur petit écran comme la PSVita.

Bande son

Les musiques jazzy s’enchainent en guise de musique d’ambiance, sans forcément de lien avec ce qui se passe dans les niveaux. Si vous recommencez, c’est un autre morceau qui sera joué. La playlist n’est pas très fournie et vous retomberez rapidement sur les mêmes morceaux. Ils ne sont pas désagréables en soit, ils ne sont pas mémorables non plus. Disons qu’ils remplissent leur rôle.

Les petits sont lors du gobage des mouches, des repérages ou lorsque vous arrivez en fin de mission (tous les 15 niveaux) sont plus dans l’esprit de l’espionnage par un caméléon.

Durée de vie

Ne soyez pas inquiet par les 18 minutes dont je parlais tout à l’heure, il s’agissait d’un objectif de temps cumulé des 75 niveaux. Sachant que la découverte de chaque prendra bien souvent plus de temps que le temps de référence du défi chrono, qu’il y a 3 objectifs de fin de niveau, à faire au minimum 3 fois donc, et que les défis coccinelles et chrono vous demanderont certainement pas mal de tentatives, vous pouvez compter 8 à 10 heures facilement, voire plus selon votre habileté.

Spy Chameleon

Trophées

Les trophées sur consoles PlayStation, ou succès sur Xbox One sont calqués sur les achievements présents dans le jeu, à savoir qu’il faudra jouer en mode Difficile, réussir les 3 défis sur chacun des 75 niveaux (mouches, coccinelles et chrono), et réussir un temps cumulé sur l’ensemble des niveaux de moins de 18 minutes. En sachant qu’être juste sous le temps de référence de chaque niveau ne suffit pas. Il faudra bien souvent changer complètement d’approche pour terminer le niveau et prendre des risques important pour traverser la pièce en beaucoup, beaucoup moins de temps que l’on pourrait imaginer la première fois.

En faisant cela vous aurez naturellement les 3/4 des autres trophées qui sont liés à la progression dans les niveaux et les collectibles. Il restera quelques trophées spécifiques, comme faire un niveau en particulier sans changer de couleur (alors que c’est d’usage pour le terminer). Attention toutefois si vous faites ces trophées avant les fameuses 18 minutes, pensez à refaire les niveaux concernés avec des chronos très bas car les précédents ne seront pas conservés.

Spy Chameleon

Avec un platine à la clé, le challenge est intéressant, accessible sans être trop facile (si vous bloquez, vous aurez toujours la possibilité de trouver des vidéos sur internet), il serait dommage de ne pas tenter.

Video

 

Verdict

Moi qui suit friand des puzzle games et des jeux avec un gameplay évolutif, je suis plutôt bien servi avec Spy Chameleon : RGB Agent. Un jeu avec des énigmes intéressantes, qui demande de l’adresse, de la réflexion, de la patience, et qui se renouvelle tout du long, avec une bonne rejouabilité et des objectifs agréables, la recette est très bonne.

Le seul vrai reproche que j’aurais à faire concerne la maniabilité sur PSVita qui n’est pas évidente, mais qui n’est pas de la faute du jeu, mais bien du support en lui même.

Les :

  • L’originalité du gameplay
  • Des énigmes intéressantes, avec 3 lectures des niveaux pour 3 défis
  • Les achievements
  • Les scores des amis
  • Le cross-save PS4/PSVita

Les :

  • Quelques rares lags
  • Le défi chrono invalidé si vous rejouez ensuite en étant moins rapide

Mots-clés : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire