Posté le 30 mars 2012 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] SSX

Aujourd’hui je vais vous parler de ce jeu de snowboard que j’ai eu la chance de gagner lors d’un concours sur le PlayStation Forum.

Je dédie cet article à mon cousin Hervé qui nous a quitté prématurément il y a 3 ans maintenant lors d’un tournage d’une vidéo de ski avec des professionnels en Alaska.

Je précise que je découvre la série SSX avec cet opus, mes expériences vidéoludiques de snowboard se limitant à Cool Boarders 3 sur la PlayStation première du nom.

Histoire

Vous incarnez le Team SSX, et un de vos ancien camarade, Griff, vous a fait faux bond pour jouer cavalier seul.

Vous allez devoir faire vos preuves sur les monts du monde entier pour redorer le blason du team et mettre la pâté à Griff.

Voilà pour les grandes lignes, cela se traduira par un enchainement d’épreuves réparties en 3 catégories : course, tricks, survie ; sur 9 régions différentes (+1 une en bonus de précommande).

Lors des courses, vous devez arriver en tête (dans les 3 premiers sur 4 en mode histoire).

Lors des épreuves tricks, vous devez réaliser le meilleur score de figures en combinant les sauts et les grinds (glissades sur des rails).

Lors des épreuves de survie, vous devez parvenir au bout de pistes dangereuses, nécessitant l’utilisation d’accessoires indispensables à votre survie : piolet, lampe torche, oxygène ou encore une wingsuit vous permettant de planer tel un rapace.

En plus du mode histoire, le jeu propose un mode exploration, proposant encore plus d’épreuves à réaliser pour obtenir les meilleures médailles et battre vos amis.

C’est également le cas des épreuves monde, qui sont elles à durée limitée dans le temps.

Cette compétition entre amis (dont je ne suis pas fan personnellement) se passe au travers du Ridersnet, qui est l’équivalent de l’Autolog des derniers Need For Speed. Cela permet de suivre en live les performances de ses amis, de les défier ou de les battre.

Commandes & Jouabilité

Les commandes sont assez simples, les riders que vous incarnez ne sont pas des manches, il n’y a par exemple aucune difficulté à grinder sur une barre de plusieurs dizaine de mètres de long.

La difficulté du jeu vient dans le choix du matériel et la gestion du tracé idéal.

Vous dirigez le snowboarder à l’aide du stick gauche. Pour les figures, vous avez le choix entre les touches et le stick droit, chaque direction principale (, , et ) correspondant aux touches (, , et ).

Ces commandes correspondent aux mains et à leur positions sur la planche.

Reste le boost/tweak (), l’accessoire (), le grind () et le rewind ().

Cette dernière action consiste à revenir en arrière pour rejouer un passage manqué. Mais cela vous pénalise en temps et en point puisque pendant que vous remonter le temps de votre personnage, le temps de la course et les actions des autres concurrents continue de se dérouler normalement.

C’est donc un atout qui a ses inconvénients, à utiliser judicieusement.

Graphisme & Animation

Même si les décors ne sont pas hyper fournis (en même temps, on parle de piste de ski), l’ensemble est plus que correct, l’effet poudre est très joli, on a une bonne impression de glisse.

Les différentes régions offrent des paysages variés malgré tout.

Bande son

Il en faut pour tous les goûts, mais les musiques d’SSX ne sont pas du tout aux miens. On est loin des bandes sons des NFS, je n’aime pas les musiques, et même si globalement, en étant concentré sur mes tricks, je n’y prête pas trop attention, celles que je déteste reviennent souvent à mes oreilles.

Heureusement, il est possible de lire sa propre playlist.

Les voix des personnages et les commentaires animent le jeu mais ne resteront pas dans les annales.

Durée de vie

La durée de vie est plutôt bonne, si l’on joue le jeu des trophées et des badges qui sont proposés.

Finir le mode histoire, le mode exploration et s’amuser sur le mode online vous occupera plusieurs dizaines d’heures.

Trophées

La difficulté d’obtention du platine tiendra à 2 choses : la date à laquelle vous jouerez, puisqu’un badge demande à ce que vous participiez à une épreuve rassemblant au moins 50 000 joueurs, ce qui ne risque pas d’arriver tous les jours pendant des années. Le second élément important, c’est votre habileté à ce type de jeu.

J’ai des amis qui gèrent comme des bêtes et pour qui ce sera relativement facile. Moi personnellement, j’ai un peu de mal sur certaines épreuves. Avec l’entrainement, ça commence à venir, mais je sais que ce platine sera pour moi plus difficile à obtenir que pour un Batman Arkham City par exemple, alors que pour d’autres joueurs la difficulté sera tout autre.

Les trophées vont de paire avec les badges (qui sont eux même des objectifs à réaliser) mais ne se copient pas. Vous aurez un trophée pour avoir eu tous les badges d’une catégorie, mais vous n’aurez pas de trophée qui demande la même chose qu’un badge, contrairement à d’autres jeux.

Le challenge et l’intérêt sont au rendez-vous, les trophées accompagnent très bien le jeu et sa durée de vie.

Divers

Il reste 2 choses importantes dont je n’ai pas parlé. La première, ce sont les géotags, des éléments que le jeu vous invite à trouver, ils sont cachés un peu partout sur les pistes. Vous devez les trouver, et en déposer vous-même. En effet, ils sont cachés là où d’autres joueurs les déposent.

Quelque soit le niveau et le mode dans lequel vous jouez, vous avez accès aux géotags des joueurs du monde entier.

C’est un peu Pâques avant l’heure, et le jeu consiste à les cacher de manière à ce que les autres ne les trouvent pas. Le concept est amusant.

La seconde chose, c’est la façon dont se déroule le multijoueur. Vous n’affrontez jamais directement les autres. Ce sont les fantômes que vous affrontez.

Alors certes, cela casse l’ambiance pour ce qui est d’organiser une soirée entre potes, mais d’un autre côté, le gros avantage de cela, c’est que vous jouez à votre rythme. Vous pouvez faire une pause pendant une partie online, vous pouvez recommencer un run s’il ne vous plait pas, et tout cela sans devoir attendre ou faire attendre les autres joueurs, qui vont eux aussi à leur rythme.

Trailer Officiel

Verdict

Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de snowboard (en vrai comme en jeu), et c’est plutôt avec plaisir que je surfes depuis une semaine, même si je ne suis pas un très bon joueur et que la difficulté est parfois ardue pour moi.

Les musiques m’agacent un peu, mais l’ensemble est très bon et on prend beaucoup de plaisir à jouer à SSX.

Les :

  • De bonnes sensations de glisse
  • Les vols en wingsuit
  • Un jeu de snowboard « next-gen »
  • Un multijoueur original offrant plus de confort de jeu

Les :

  • Les musiques (mais il est possible de lire sa playlist personnelle)
  • Des blocages dans les roches et les entrées de tunnels parfois qui cassent le fun
  • Devoir pousser constamment le stick en avant dans les jeux fatigue le pouce et abîme le caoutchouc (j’ai déjà 2 Dualshock 3 de flinguées au niveau du champignon gauche)
  • Pas de multijoueur en live

SUGGESTION

Mots-clés : , , , ,

Laisser un commentaire