The Order 1886

Posté le 20 février 2015 Par Dans Evènements

[Évènement] Présentation de The Order: 1886

Compte-rendu de la soirée de présentation du jeu The Order: 1886 organisée par PlayStation France.

Attention certaines informations peuvent spoiler le contenu du jeu.

Londres, février 1886

Cela faisant quelques temps maintenant que j’étais installé sur Londres, et que j’entendais des histoires de crimes étranges, de bêtes sauvages, de Lycans, d’hommes-loups qui hanteraient les rues de la Capitale britannique. Intrigué par ces histoires étranges, j’avais commencé à mener mon enquête, jusqu’au jour où je reçu un courrier estampillé d’un curieux logo.

L’ordre. L’ordre m’invitait le soir du 18 février dans un lieu tenu secret afin de s’entretenir avec moi. 2 jours avant l’évènement, je reçu un second courrier avec davantage d’indications sur le lieu de rendez-vous. Clairement, ils avaient besoin de moi autant que j’avais besoin d’eux dans cette affaire, je décidai donc de me rendre sur place.

Accompagné de mon fidèle ami jblaster, qui avait été contacté par un autre organisme (WAP), nous nous rendîmes sur place, avec presque une heure d’avance, afin de repérer les lieux. Il n’était pas question de nous faire piéger ou de tomber dans une embuscade. L’endroit était dans une rue passante, mais la façade de l’immeuble ne laissait aucunement soupçonner que quelque chose de spécial se préparait, jusqu’à ce que d’autres civils viennent attendre de plus en plus nombreux derrière nous.

Deux vigiles vinrent alors garder l’entrée, seuls quelques habitués des lieux étaient autorisés à entrer en montrant patte blanche.

Un peu après l’heure du rendez-vous, sur vérification de nos identités, les vigiles nous invitèrent à entrer. Il faisait froid et nous étions impatients d’en savoir plus sur cette étrange histoire.

Après avoir déposé nos manteaux au vestiaire, nous découvrons un lieu très spacieux, avec un grand balcon et une ambiance très Britannique. Aucun doute, nous sommes bien à Londres. Même la brume est omniprésente.

Au rez-de-chaussé, des tableaux étranges sont disposés et montrent des scènes animées, c’est très curieux. On retrouve également sur des murs des coupures de journaux relatant des faits divers, ceux-là même qui m’avaient amené jusqu’ici. Un accès au sous-sol est fermé, on aperçoit toutefois une jolie cave tout en pierres apparentes.

A l’étage, il est possible de se restaurer, de nombreux clubs sandwichs charcuterie ou saumon nous sont proposés, ainsi que des chips au vinaigre, et des boissons. Parmi les classiques bières, orangeades et soda au cola, une étrange fiole qu’on nous présente comme de l’eau noire. Curieux, je m’y essaie. C’est épicé, relevé mais plutôt bon (au gingembre). Quant à ses effets, je n’en ai pour l’instant pas la moindre idée.

Par la suite, au cours de la soirée, d’autres mets seront également mis à disposition : soupe froide petits pois-menthe, original et rafraichissant, mais visiblement pas au goût de tous les convives, beignets de poulet ou poisson pané façon Fish’n’Ships accompagné de pommes de terre, puis pour les amateurs de sucré, brownies au chocolat et bonbons à la réglisse.

Mais nous n’étions pas là pour nous restaurer, mais bien pour rencontrer l’Ordre et en apprendre davantage sur ces histoires de Lycans.

Parmi les convives, quelques visages me semblent familiers : Tom Novembre, Cyril Drevet, Julien Tellouk et ses comparses Kayane, Kythis et Gen1us, Julien Chièze, Carole Quintaine, Bertrand Amar, et des connaissances plus proches : Damonx, Sonyvores, Community Mag etc.

Une fois la majeure partie des invités arrivés, l’un des co-fondateur de l’Ordre, Ru Weerasuriya, est intervenu pour nous présenter la situation. La menace à laquelle nous devons faire face ne sont pas exactement des Lycans, mais plutôt des humains victimes d’une mutation dont les changements physiques leur donne cette apparence rappelant celle des loups-garous de nos contes. On les nommeras des hybrides.

Cela n’enlève rien au fait qu’ils sont une menace pour l’humanité, c’est pourquoi les chevaliers de l’Ordre luttent contre ce fléau depuis des décennies, et qu’ils ont besoin de notre aide.

Ru Weerasuriya nous présente brièvement les acteurs principaux de l’Ordre : Galahad, Igraine, Perceval, le marquis De Lafayette… Il nous explique également que certains de ces chevaliers de la table ronde officient depuis des années, car ils ont pu accroitre leur longévité grâce à une étrange boisson : l’Eau noire. Moi-même qui en ai bus plus tôt dans la soirée, je devrai voir ma longévité augmenter. Malheureusement, cela ne rend pas immortel pour autant, il faudra donc bien s’équiper et se préparer avant de partir au combat.

L’Ordre bénéficie des connaissances technologiques d’un dénommé Nikola Tesla grâce à qui ils ont pu concevoir des armes spéciales. Lors d’une démonstration, certaines d’entre elles se sont révélées dévastatrices.

Malgré toutes ces révélations pour le moins exotiques et difficiles à encaisser, nous poursuivons notre initiation. Les fameux tableaux animés dont je parlais précédemment permettent de s’immerger dans un monde très proche de la réalité, du moins visuellement. Un drôle de boitier dans les mains, nous pouvons diriger une reproduction de Sir Galahad dans une reproduction de Londres très fidèle. C’est l’occasion de découvrir les différentes armes que nous aurons à disposition, et rapidement les ennemis auxquels nous devrons faire face.

Tous les écrans ne présentent pas la même séquence d’entrainement, il est donc possible de s’essayer sur plusieurs démonstrations.

Alors que jusque-là, malgré la situation pour le moins atypique, nous étions plutôt dans un état de confiance, 2 hybrides ont surgit des escaliers du sous-sol. Terrifiants, menaçants, ils semblaient à la fois curieux d’analyser la situation, et inquiets d’un possible danger. Après quelques instants, ils disparurent aussi vite qu’ils étaient apparus, puis ce sont les chevaliers de l’Ordre en personne qui ont débarqué dans la salle, sur les traces des 2 sauvages. Encore abasourdis par ce que nous venions de vivre, nous eûmes droit à la même situation à plusieurs reprises, jusqu’à ce que les chevaliers parviennent à neutraliser les Lycans.

Nous ne pouvions pas imaginer ce que nous allions vivre ce soir là, et ce n’était que le début. En effet, en quittant les lieux pour un repos bien mérité, des agents de l’Ordre nous remettaient à chacun un kit pour nous préparer à la suite des évènements.

Jamais je n’oublierai cette soirée.

Paris, 18 février 2015

Revenons quelques instants à la réalité, même si vous aurez je l’espère au travers de ce récit compris et apprécié comment la soirée de présentation s’était déroulée, pour parler plus concrètement de certains éléments.

Lors de sa présentation, Ru Weerasuriya est revenu sur l’historique du studio Ready at Dawn dont il est le co-fondateur. Avant The Order: 1886, le studio a pu faire ses preuves sur des portages et adaptations de grosses licences sur PSP, poussant la console jusqu’à ses derniers retranchements, une manière de montrer à Sony leur volonté de bien faire les choses, et pour obtenir d’eux le feu vert pour bosser sur un vrai gros projet. Pari réussi puisqu’ils se sont lancés sur The Order: 1886 sur PlayStation 4. Leur philosophie de proposer le meilleur possible les a bien évidemment poussé à se focaliser sur une exclusivité à une console. Et contrairement à la plupart des studios qui présentent durant la campagne de promotion un objectif très léché voire trop beau, puis d’essayer d’y arriver, souvent sans y parvenir, Ready at Dawn a pris le contrepied en montrant au fur et à mesure où ils en étaient, avec pour objectif de présenter toujours mieux la fois suivante.

Avec The Order: 1886, ils ont souhaité reproduire le plus fidèlement possible Londres du 19ème, allant jusqu’à photographier en long, en large et en travers les pavés et les bâtiments. Le résultat, de ce que l’on a pu voir sur les différentes démos à disposition, est vraiment bluffant. Le rendu est superbe, l’ambiance steampunk excellente et l’univers promet d’être très marquant.

Côté histoire le jeu mêle faits historiques, légendes et fiction.

J’ai été en revanche perturbé par une visée difficile. Peut-être ai-je abusé de Destiny et de sa visée trop assistée, je le verrai bien sur la version finale du jeu puisque j’ai eu la chance de repartir avec un magnifique press kit que je vous présenterai dans un second article.

Je remercie PlayStation France pour l’invitation à cette excellente soirée, le cadre était magnifique, l’animation superbe (les 2 lycans étaient criant de réalisme), et We Are PlayStation pour avoir permis à des joueurs dont mon camarade jblaster de venir assister à l’évènement.

Le test du jeu suivra rapidement.

SUGGESTION

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire