Posté le 3 juin 2014 Par Dans PlayStation Vita, Tests

[Test] [Multiplateforme] FEZ

FEZ propose une aventure énigmatique à la découverte d’un monde en 3D avec une vision 2D. Voici le test en détail.

A noter que le jeu est cross-buy PSVita/PS3/PS4, il suffit donc de l’acheter 1 fois pour pouvoir y jouer sur n’importe laquelle de ces 3 consoles, et même de commencer une partie sur une console et de poursuivre sur une autre grâce au cross-save/cross-play.

Crédits

  • Plateforme : PSVita (supports du test), PS3, PS4 (supports du test), Xbox 360, PC, Mac
  • Date de sortie : 01/05/2013, 26/03/2014 (selon support)
  • Développeur : Polytron Corporation
  • Editeur :
  • Type de jeu : Plateforme réflexion
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Oui (classement)
  • PEGI : Tous publics
  • Périphériques : aucun

Menus & Modes de jeu

FEZ, c’est l’histoire une petite créature, Gomez, qui vit paisiblement dans son village en 2D, sorte d’ile flottante en plusieurs morceaux rattachés par des ponts, des racines etc.

Elle est sympa la vie de Gomez et ses amis, mais elle manque cruellement de relief, c’est qu’on en a vite fait le tour de ce village…

Et puis un beau jour, le sage du village révèle à Gomez l’existence d’une troisième dimension dans ce monde qu’il pensait à plat.

Avec cette dimension supplémentaire, il est alors possible de voir d’autres perspectives de son village, et bien plus encore : un accès à d’autres mondes…

En réalité, la vision du monde reste à plat, mais il est possible d’effectuer une rotation de 90°) autour de l’axe des ordonnées, laissant apparaitre les choses différemment.

C’est ainsi que Gomez par à l’aventure, en explorant de nouveaux endroits qui mènent à de nouveaux endroits qui mènent à de nouveaux endroits. Sur sa route, il trouvera des Cubes, qui assemblés forment de plus gros cubes. Pour réussir à ouvrir certaines portes, il aura besoin d’un certain nombre de ces cubes, ou de clés.

En bref, il n’en a pas fini d’explorer tout ce nouveau monde qui s’offre à lui.

Une fois 32 cubes récupérés, vous aurez la possibilité de terminer le jeu. Une nouvelle partie+ vous sera alors proposée, conservant toute votre progression précédente, et en ajoutant un mode de vue à la 1ère personne, pour réellement voir les choses en 3D cette fois, et trouver de nouvelles informations utiles à l’exploration du monde, car trouver les 32 cubes, c’est loin de représenter tout ce qu’il y a à trouver dans FEZ.

En terminant une 2ème fois le jeu, cette fois avec 64 cubes (32 cubes + 32 anti-cubes), une nouvelle partie + est proposée, ajoutant cette fois une vue 3D stéréoscopique.

Commandes & Jouabilité

La prise en main est celle d’un jeu de plateforme, avec la possibilité de sauter, de se hisser sur une plateforme supérieure ou de s’agripper à des racines le long des parois.

Il est également possible d’interagir avec des coffres à ouvrir, des objets ou personnes avec qui parler.

A cela vient s’ajouter la possibilité d’effectuer une rotation à 90° vers la droite ou la gauche selon un axe vertical, de manière à basculer l’angle de vu du monde et avoir une tout autre perspective des plateformes et des accès. Bien gérer la rotation de l’angle de vue est la base même du jeu et des énigmes qui sont proposées, car FEZ est plus qu’un jeu de plateforme, c’est un puzzle géant demandant une réflexion particulièrement poussée pour en venir à bout totalement.

En effet, si certains accès et la plupart des cubes de base (jaunes) demandent simplement un peu de jugeote, pour accéder à certains coffres ou mieux encore à certains secrets, il ne faudra pas hésiter en revanche à sortir papier et crayon et user de matière grise.

Un peu perdu au début, car on arrive dans une zone où l’on voit par exemple 4 portes, et qu’en en prenant une, on arrive dans une autre zone avec peut-être 3 autres portes, et ainsi de suite. On a alors bien conscience d’avancer, de progresser, tout en ayant la crainte de se disperser et de ne pas emprunter le bon chemin.

Fort heureusement, le système de carte accessible d’une simple touche, donne une vision extrêmement bien précise de notre situation et progression. La carte nous montre la zone dans laquelle nous nous trouvons, ainsi que les liens avec d’autres zones à explorer ou déjà explorées.

Et mieux encore, un système de symboles et de couleurs nous indique très précisément ce qu’il y a à faire/trouver dans une zone (cube, anti-cube, carte, coffre, secret…), et si la zone est totalement complétée.

Il ne faut pas avoir peur de lire la carte très régulièrement, au minimum à chaque entrée dans une zone, cela rend la progression beaucoup plus claire. Et même si le développement toujours plus grand et complexe du nombre de zones que propose le jeu peut faire peur, on ne se sent jamais perdu.

Un système de portails de téléportation facilite la navigation dans les différentes zones et permet d’aller rapidement dans une autre partie du monde sans devoir retraverser des zones déjà complétées.

Alors, pourquoi avoir recours à un papier et un crayon ? Parce que vous allez apprendre à découvrir le monde de FEZ bien au-delà de l’exploration des zones, en déchiffrant un langage composé de lettres et de chiffres, et de symboles.

Certains secrets iront bien plus loin encore, nécessitant de découvrir des combinaisons de touches à effectuer.

Il ne sera pas rare d’être complètement vide d’idées dans une zone qui indique un secret à trouver et pour lequel vous avez beau retourner l’écran dans tous les sens, vous ne voyez pas de solution, et puis plus loin en entrant dans une salle, en voyant un tableau ou une image, vous aurez enfin la révélation de la solution du secret précédent.

Il est conseillé de jouer régulièrement et de façon pas trop sporadique sous peine de vraiment avoir du mal à percevoir les secrets du jeu.

Certains secrets sont très tordus, poussant par exemple à sortir son smartphone équipé d’un lecteur de code barre, d’autres à devoir régler la date et l’heure un moment précis de la journée, mais tous se font en observant et en réfléchissant.

Au final, il faudra récolter 32 cubes (certains étant éparpillés en 8 petits cubes), 32 anti-cubes, des artéfacts et des cartes révélant des astuces.

Pris dans sa globalité, le monde de FEZ est extrêmement complexe et bien amené, un vrai chef d’œuvre.

Graphisme & Animation

Nous sommes en présence d’un jeu indépendant qui fait comme c’est souvent le cas dans le gros pixel qui tâche, sauf que ça ne tâche pas du tout et que c’est même plutôt mignon.

Sur une base de formes très cubiques mais aux textures sensiblement plus fines qu’un Minecraft, FEZ va à l’essentiel et le visuel colle parfaitement au concept du jeu.

Le système de symboles récurrents dans toutes les zones est logique une fois qu’on l’a déchiffré.

Et surtout, FEZ propose un panel d’environnements variés, qui nous plongent dans des ambiances très différentes les unes des autres, avec parfois des clients d’œil à d’autres jeux.

Chaque zone a son identité propre, si bien que les distinguer sur la carte, même en zoom réduit dans de petits hexagones, est très facile.

Les animations vers le début et la fin du jeu sont également très réussies et feront peur à certains joueurs à n’en pas douter (je me garderai de vous révéler pourquoi).

Bande son

Le son est à l’image des graphismes : minimaliste mais efficace. Digne d’une console d’antan, les musiques et bruitages 8-bit collent parfaitement à l’ambiance pixelisée du jeu.

Pour renforcer la lisibilité de la carte, des alertes sonores préviennent de la position, de la présence de cubes à récolter et de l’accomplissement d’un secret.

Si cela fait bizarre sur un grand écran de télévision, c’est tout à fait en adéquation avec l’esprit du jeu et le rendu sur console portable.

Durée de vie

Il est très difficile de se prononcer à ce sujet. Tout dépend de votre façon de jouer et de votre capacité de réflexion.

Il se peut que vous y passiez plusieurs dizaines d’heures à vous arracher les cheveux, ou que vous vous épargniez cette torture en consultant un guide sur internet, ou plus étrangement que tout vous paraisse simple et limpide. Ou encore, mais plus tristement, que le jeu et ses énigmes vous gavent et que vous abandonniez l’aventure en cours de route.

Quoiqu’il en soit sachez qu’il est préférable de ne pas s’acharner sur sa première partie, étant donné que la nouvelle partie+ n’apporte que du supplément (vue à la première personne + un cheat code pour sauter plus haut) et ne supprime rien de votre progression. Sitôt récupérés les 32 Cubes, terminez le jeu et poursuivez en nouvelle partie+ pour plus de confort.

Trophées

Comme pour beaucoup de jeux de réflexion, la difficulté de progression et des trophées qui vont généralement de pair peut être considérée comme très élevée si vous cherchez à tout faire tout seul, ou quasiment inexistante si vous suivez un guide, même si cette pratique retire tout l’intérêt de jouer à un jeu de réflexion.

Dans tous les cas, vous devrez trouver tous les cubes et tous les artéfacts et terminer le jeu pour obtenir les 100% (le jeu lui, sera complété à 209,4%).

Ah, et précision qui a son importance pour les chasseurs de trophées qui ne voient que par la quantité, FEZ est cross-save et cross-play, et c’est donc tout logiquement que la liste de trophées est commune aux 3 consoles (PSVita, PS3, PS4), n’espérez pas tripler les trophées en ne jouant qu’une seule fois.

Trailer Officiel

Verdict

En alliant habilement plateforme et réflexion, FEZ propose une aventure amusante et bien plus riche qu’elle n’y parait de prime abord.

Résoudre le jeu à 209.4% sans aucune aide relève du défi intellectuel haut de gamme, mais il est toujours possible de se débloquer d’une situation en jetant un œil çà et là sur un guide.

Le système de visuel minimaliste et pixelisé, bien que de plus en plus (ré)utilisé fait toujours son effet, la dimension poétique et ludique est bien là, le plaisir d’exploration également.

Une belle pépite indépendante.

Les :

  • Le concept
  • La gestion de la carte
  • Un level design parfait
  • Les effets en début et fin du jeu, le côté rétro
  • Le cross-buy, cross-save, cross-play

Les :

  • Les énigmes sont en anglais
  • La difficulté est élevée et pourra en rebuter plus d’un
  • La rotation avec le pavé tactile arrière de la PSVita qui s’enclenche sans vraiment qu’on le veuille

Mots-clés : , , , , ,

4 Réponses

  1. J’avais joué à la démo du jeu, j’avais bien aimé. Mais vu que j’ai qu’un petit téléviseur SD, le jeu ne rend pas bien dessus. En tout cas, plus tard je pense que je me le prendrais, vu ton test qui fait des éloges à son sujet.

    PS : J’aime énormément ton nouveau système de « notation » que tu as mis en place depuis peu de temps, il est super cool 😀

    • Merci, je pense qu’une appréciation porte moins à discussion plutôt que des notes, on m’a déjà fait des remarques parce que j’avais mis 1 point de plus sur tel jeu par rapport à tel autre. Des gens pensent que 13 ou 14 ce sont des mauvaises notes alors qu’ils avaient peut-être 11 de moyenne à l’école, enfin bref ça n’était pas l’idéal pour la compréhension et pas facile pour moi de trancher parfois.
      Là cela correspond à mon ressentit en terminant le jeu, c’est beaucoup plus simple.

      • Je suis d’accord sur le fait la notation est délicate, d’autant plus qu’il est parfois difficile de donner une note à un jeu. Ce qui est bien avec ton système, c’est qu’il y a 7 niveaux différents, donc ça reste précis, même sans note, contrairement à un système à 5 étoiles sur certains sites.

  2. Je viens de l’acheter, l’univers me plait bien, je vais voir ça 😉

Laisser un commentaire