Posté le 12 mai 2013 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] Hitman Absolution

Vous pouviez déjà consulter le test du jeu réalisé par mon ami jblaster, mais à présent que j’y ai joué et que j’ai obtenu le platine, voici mon test.

Je précise qu’Hitman Absolution est le premier jeu de la licence auquel je joue.

Crédits

  • Plateforme : PS3 (support du test), XBOBX360, PC
  • Date de sortie : 20/11/2012
  • Développeur : IO Interactive
  • Editeur : Square Enix
  • Type de jeu : Action infiltration
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Oui
  • PEGI : 18
  • Périphériques : aucun

Menus & Modes de jeu

L’Agent 47 est missionné pour éliminer son amie et responsable de l’Agence, Diana Burnwood, pour cause de trahison.

Cette mission est la première du jeu et fait office de tutoriel, mais les choses ne sont pas ce qu’elles ont l’air d’être et l’Agent 47 sera amené par la suite à éliminer d’autres cibles pour y voir plus clair dans toute cette affaire.

L’histoire principale se découpe en 20 chapitres hétérogènes. Certains, étalés sur plusieurs zones prendront du temps à être terminés tandis que d’autres font plus office de transition.

Durant l’histoire, vous devez soit éliminer des cibles, soit fuir une zone. Pour ce qui est des meurtres, les possibilités sont multiples, quant à la fuite, vous avez la possibilité de vous déguiser.

5 niveaux de difficultés sont proposés, dont 3 en professionnel et qui corsent grandement la tâche. Les ennemis sont plus nombreux et plus réactifs. Cela réduit considérablement les possibilités si on veut rester dans l’esprit du jeu : rester dans l’ombre, ne pas se faire repérer et ne tuer que la cible.

Un autre mode de jeu « en ligne », Contrats, permet de créer ses propres contrats ou de participer à ceux de ses amis ou de n’importe quel autre joueur.

Ce mode reprend les décors et les personnages du mode histoire, et c’est en vous déplaçant et en tuant des cibles de telle ou telle façon que vous créez un contrat que vous pouvez proposer aux autres sous forme de compétition entre ami ou comme un simple contrat.

Commandes & Jouabilité

Le gameplay est riche en possibilités mais très simple et intuitif de prise en main, les touches étant assez classiques et naturelles.

Vous pouvez marcher ou vous accroupir, tuer de manière discrète ou tirer dans le tas, vous mettre à couvert ou vous cacher dans des container ou des placards. Vous pouvez également y cacher les corps de vos victimes.

Les victimes justement, vous avez un choix assez impressionnant pour mettre fin à leurs jours. Entre les armes blanches (couteau, hachoir, hache, ciseaux, katana) que vous pouvez utiliser ou lancer, les armes contondantes (barre de fer, batte de baseball), les armes à feu (pistolet, revolver, fusil, fusil à pompe, fusil mitrailleur, fusil sniper), les objets divers (statuette, livre, seringue…) ou même les faux accident (fuite d’une pompe à essence, gazinière ouverte etc), les seuls limites sont celles de votre imagination.

Enfin sur le papier, car il faut tout de même que votre plan coïncide avec les comportements et déplacements de vos cibles, et que vous ne vous fassiez pas repérer (ou qu’un corps qui traine ne soit repéré).

Pour vous aider dans les situation délicates, le jeu propose une barre d’instinct. Il vous est possible de l’utiliser pour plusieurs choses :

  • repérer des éléments du décor, des objets, les ennemis et leur trajectoire.
  • détourner l’attention et dissimuler son visage lorsque vous croisez un ennemi en étant déguisé, afin qu’il n’ait pas de soupçons sur votre identité.
  • avoir le temps suspendu le temps de viser des cibles pour enchainer des kills, utile si vous êtes démasqué et que les ennemis face à vous sont nombreux et armés.

Cette barre d’instinct descend assez rapidement (surtout si vous jouez en difficile), mais peut se régénérer si vous accomplissez des actions de tueur (tuer, dissimuler des corps etc).

On pourrait reprocher certains mécanismes du jeu peu réalistes, comme le fait que l’on peut passer à 10 cm d’un ennemi si l’on est pas dans son champ de vision, il ne nous repère pas. Alors qu’à l’inverse si vous passez devant des ennemis à 10 mètres avec un déguisement dont un masque, il est très possible qu’ils vous détectent comme étant l’Agent 47.

En professionnel il est très facile de se faire repérer et les choix menant droit à l’échec sont assez nombreux, laissant moins de liberté si on veut réussir des zones en beauté.

Mais finalement on finit par comprendre les mécanismes du jeu et en jouer.

Pour vous motiver à performer et rejouer, chaque chapitre propose un certain nombre de défis. Outre les classiques et récurrents : trouver tous les costumes, finir sans se déguiser, sans se faire repérer, d’autres, spécifiques au chapitre, vous demanderont de tuer dans des conditions bien particulières.

Graphisme & Animation

Hitman Absolution est un très beau jeu, avec une patte graphique particulière et des personnages qui sont des vraies gueules. L’ambiance est vraiment bonne, aussi bien dans les cinématiques que dans le jeu.

Certaines animations manquent peut-être un peu de fluidité, mais on est bien dans l’ambiance, il y a un peu d’humour mais surtout une ambiance adulte qui justifie le PEGI 18.

Le gros point fort de ce jeu, c’est l’affichage et la gestion de la foule qui est juste hallucinante. Dans certains niveaux, il y a beaucoup de monde, chacun vit sa vie et on a vraiment l’impression d’être au milieu d’autres personnes, les réactions sont assez naturelles et immersives.

Bande son

L’ambiance sonore va de paire avec l’ambiance visuelle. Les voix des personnages, que ce soit les personnages principaux ou les ennemis que l’on croise dans les niveaux, sont bonnes, même en vf.

La musique n’est pas ce que l’on retient le plus en jouant tant il faut se concentrer sur ce que l’on fait, mais ce sont surtout les dialogues et les bruits des ennemis et des armes qui comptent.

Durée de vie

La durée de vie dépendra fortement d’une part de votre capacité à trouver les bonnes solutions pour mener à bien vos missions, mais aussi de la difficulté dans laquelle vous allez commencer le jeu.

Et puis cela dépendra aussi de vos objectifs. Si vous ne visez que de finir le jeu une fois ou les trophées, vous en viendrez à bout en une bonne vingtaine d’heures ou plus.

Mais si vous poussez le plaisir plus loin en cherchant à accomplir tous les défis, chercher de nouvelles façons de réussir un niveau, ou même que vous apprécier le mode contrat, alors ce sont des dizaines voir des centaines d’heures qui vous attendent.

Trophées

Les trophées sont relativement logiques. Finir le jeu en professionnel (au choix parmi les 3 difficultés), il y a aussi des trophées cachés pour chaque chapitre, pour trouver toutes les preuves, accomplir tous les titres (20 titres basés sur des façons de tuer), 100 défis (parmi 278 disponibles).

Il y a également des trophées liés au mode Contrats, mais même pour ceux qui ne veulent pas s’y attarder, ils se font facilement en 1 heure ou 2.

Trailer Officiel

 

Verdict

Hitman Absolution est un très bon jeu d’infiltration, avec un gameplay facile de prise en main bien que très ouvert, offrant de nombreuses possibilités d’effectuer un niveau.

Le mode contrat est plutôt bien pensé et permet d’augmenter réellement la durée de vie, bien que les objectifs proposés dans le mode histoire permettent déjà d’y passer de nombreuses heures.

Les :

  • Un beau jeu sombre et adulte
  • Un gameplay très efficace
  • Une très bonne durée de vie
  • Un mode en ligne intéressant
  • Une foule impressionnante

Les :

  • Des bugs de son et de freezes
  • Des possibilités très réduites en professionnel pour réussir en infiltré
  • Parfois difficile de savoir quoi faire pour réussir en « infiltré » quand on commence en difficile

Suggestion

Mots-clés : , ,

3 Réponses

  1. Houla 18/20, ça me semble totalement démesuré !
    Je suis d’accord sur le fait que le jeu est très bon : fun, bonne ambiance, beaux graphismes, fluidité, bonne durée de vie …
    Mais Absolution n’est pas un excellent jeu et pas un jeu mémorable non plus, comme tu dis il est très bon, du coup ça va jusqu’à 17 non ? :p
    Enfin ça ne regarde que toi mais je trouve ça un peu contradictoire que tu considères ce jeu à un point aussi élevé alors qu’il a quand même pas mal de bugs, de problèmes de déguisement, de la casualisation à la pelle considérée comme « traîtresse » pour les fans.

    • C’est toujours assez délicat de donner une note. En général je rédige le test à chaud après avoir terminé le jeu, et bien souvent je joue à des jeux auxquels j’ai envie de jouer, donc les notes sont souvent plutôt haute.
      J’ai pas envie d’entrée dans les demis, j’ai déjà noté des jeux à 17 sur lesquels j’ai eu moins de plaisir que ce Hitman Absolution, je lui ai donc mis 18 mais j’ai pas mal hésité.

      Je pense que le texte est au moins aussi important si ce n’est beaucoup plus que la note, pour ce faire une idée du jeu.

  2. D’accord, c’est vrai que noter un jeu n’est pas toujours évident car il faut savoir prendre du recul avec objectivité et subjectivité mais après tout, si tu as vraiment adoré le jeu à ce point là, tel est ton choix.

Laisser un commentaire