Posté le 16 juillet 2014 Par Dans PlayStation 4, Tests

[Test] [PS4] InFamous: Second Son

Si vous aviez des pouvoirs, les utiliseriez-vous pour faire le bien ou le mal ? Est-ce vous qui choisiriez ou les évènements qui vous pousserons vers une voie ou vers l’autre ?

Je remercie une nouvelle fois PlayStation France pour l’envoi du jeu pour la réalisation du test. Vous pouvez également lire le test de jblaster.

A noter que je n’ai pas joué à Infamous ni Infamous 2, Second Son est donc l’épisode avec lequel je découvre la licence.

Crédits

  • Plateforme : PS4
  • Date de sortie : 21/03/2014
  • Développeur : Sucker Punch
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Action/Aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 16
  • Périphériques : application smartphone/tablette

Menus & Modes de jeu

Vous incarnez Delsin, un indien de la tribu des Akomish, un peu rebelle et délinquant sur les bords. Sans doute un peu perdu dans la société, envahi d’une rage pas forcément justifiée et tournée en partie vers votre frère, officier de police, des évènements inattendus vont venir chambouler tout votre monde.

Un jour que vous essayez une fois de plus de ne pas vous faire punir pour vos bêtises, vous assistez à l’accident d’un véhicule militaire duquel s’échappent des détenus. En voulant aider l’un deux, vous allez malgré vous « aspirer » ses pouvoir de fumée.

De toutes évidences il s’agit d’un porteur, ou plutôt d’un bioterroriste comme les appelle l’unité de défense DUP qui est en charge de les capturer. Ces derniers chercherons à en savoir plus sur votre rencontre avec le bioterroriste, vous serez alors face à votre premier choix crucial : leur parler ou vous taire.

La chef du DUP, dotée du pouvoir du béton, fera payer toute votre tribu en les blessant. Vous allez ainsi devoir partir en quête d’une solution pour les soigner.

Que vous optiez pour des choix bénéfiques ou maléfiques, votre aventure va vous conduire à Seattle pour faire face au DUP et à d’autres porteurs. Votre pouvoir d’absorber les autres pouvoirs va vous aider dans votre quête.

Il est possible de jouer dans différents niveaux de difficulté. Attention toutefois si vous souhaitez jouer en Extrême et que ce soit pris en compte pour les trophées, vous devrez changer la difficulté en arrivant à Seattle (depuis le menu pause), puis relancer une nouvelle partie, ou bien choisir cette difficulté à la fin de votre première partie avant d’en lancer une nouvelle.

Dans le jeu, composé d’une histoire principale et de nombre de missions secondaires visant à augmenter votre karma bénéfique ou maléfique, le menu pause donne accès à une carte avec les emplacements des missions et collectibles, à un arbre de compétences pour les pouvoirs et à des bonus comme des tenues à débloquer.

Le jeu propose évidemment d’explorer 2 voies, celle du karma bénéfique en faisant le bien (sauver les gens, ne pas tuer etc) ou celle du karma maléfique (tuer, détruire etc). Malheureusement, ces choix n’ont que très peu d’impact sur le déroulement de l’aventure, uniquement sur les cinématiques.

Ne pas connaitre les 2 premiers jeux sortis sur PS3 n’est en aucun cas un frein à la compréhension de Second Son.

Commandes & Jouabilité

La difficulté avec les superpouvoirs dans les jeux vidéo, c’est que l’on doit contrôler des choses surhumaines. Transcrire cela par des commandes et offrir un sentiment de contrôle et de puissance n’est pas chose aisée, mais Infamous y parvient parfaitement.

Déjà grâce à un système d’apprentissage. Au début, doté du pouvoir de la fumée, vous pourrez simplement vous dématérialiser pour traverser des obstacles (murs fins, arbres etc). Par la suite en absorbant de l’énergie, vous apprendrez d’autres pouvoirs : se déplacer rapidement/grimper facilement, tirer des boules d’énergie, des missiles, faire des attaques chargées vers le sol, planer etc.

Par la suite vous pourrez apprendre des pouvoirs avec d’autres énergies comme le néon, mais toujours sur le même type de schéma.

Des attaques différentes mais semblables en quelque sorte.

Pour recharger la jauge de fumée, il suffira d’absorber la fumé qui s’échappe d’une cheminée ou d’une voiture endommagée, pour le néon les enseignes de magasin etc.

La prise en main est assez bonne et intuitive, et ce sentiment de puissance est très bien perçu manette en main.

Côté santé, comme Delsin peut se régénérer, il suffit de se planquer en cas de santé critique pour qu’elle revienne après quelques instants à son maximum. Certaines techniques permettent également d’améliorer la santé.

Si une partie des techniques seront acquises dans le cadre de l’histoire principale, pour les autres il faudra récupérer de l’énergie sur des drones disséminés un peu partout. Ils émettent un bruit caractéristique lorsque l’on est proche, et apparaissent sur la carte lorsque l’on détruit un point relai du DUP.

Côté activité, il y a de quoi faire : taguer par exemple. Étrangement, on peut taguer pour le karma bénéfique. Il faut alors tenir la manette à la verticale, la secouer puis simuler le fait de peindre sur des pochoirs. Original.

Les autres activités sont plus classiques, et consisteront à éliminer ou sauver des individus (dealeurs, activistes, porteurs…).

Le jeu propose des commandes utilisant le pavé tactile de la manette, comme glisser le doigt vers la gauche pour ouvrir une porte. Dans l’ensemble c’est assez sympa et rafraichissant.

Graphisme & Animation

Il s’agit du premier vrai jeu next gen auquel je joue sur PS4, et j’ai enfin ce sentiment que oui, on est bien sur une machine plus puissante que la génération précédente : effets de lumière, effets des pouvoirs, profondeur de champs, finesse des graphismes et détails des décors, tout est là pour qu’on trouve le jeu très beau.

Malgré tout, cela reste pour moi de légères améliorations. C’est plus beau, plus fin etc, mais les défauts sont toujours là. On marche dans des flaques d’eau sans aucun effet (dès le tutoriel), les arbres et buissons restes des plaques de textures sans vraiment de volume etc.

On ne va pas cracher dans la soupe, le jeu est très agréable à regarder, mais on est je pense encore loin de ce que la PS4 a à offrir.

De plus la lecture de l’action n’est pas toujours évidente avec des ennemis aux couleurs sombres (gris-noir avec un soupçon de jaune), et ces derniers manquent cruellement de variété.

Les pouvoirs comme le néon sont de toute beauté, surtout la nuit.

Bande son

Un personnage doté de pouvoirs qui apprend à les utiliser, avec la voix de Donald Reignoux qui interprète également Peter Parker dans The Amazing Spider-Man au cinéma, ça colle plutôt bien.

Les dialogues sont parfois crus ce qui donne un côté réaliste à la situation, les interventions du frère de Delsin sont bonnes également avec une pointe d’humour.

La bande son n’est pas en reste avec des effets sonores sur les pouvoirs qui collent bien aux visuels, et des musiques de fond, vraiment de fond, mais bien amenées notamment lorsque l’action s’agite pas mal tout comme les agents du DUP autour de vous.

Remote Play

Disponible en remote play, il faudra certainement modifier les paramètres de sensibilité des joytsicks si vous ne voulez pas galérer avec la visée.

L’écran tactile pour remplacer les touches R2 et L2 demande une adaptation pour ne pas envoyer à tort des missiles, le reste des commandes du pavé tactile de la Dualshock 4 ont été retranscris à l’identique sur l’écran tactile de la PSVita.

Les graffitis se font automatiquement, il vous est juste demandé de secouer la console.

Le jeu est beau et à peu près jouable (hormis la visée trop sensible), cette fonction remote play est donc tout à fait utilisable pour notamment finir de nettoyer la ville en fin de partie si la télé n’est pas disponible.

Durée de vie

Comptez 8-10 heures pour venir à bout de l’histoire une première fois, quelques heures de plus pour finir de nettoyer la ville de toutes les missions secondaires qu’elle contient et d’une seconde partie pour explorer l’autre karma, et vous obtenez une durée de vie assez standard sur ce genre de titre.

Trophées

La ligne de conduite pour les trophées reprend ce qui a été dit pour la durée de vie : une première partie, un nettoyage des missions secondaires, et une autre partie centrée sur l’histoire avec l’autre karma seront nécessaires.

Il y a également quelques trophées d’actions spécifiques. Si aucun trophée n’est manquable, il est toutefois préférable de faire toutes les actions spécifiques avant de nettoyer à 100% les zones de la présence du DUP, notamment pour faire exploser les générateurs sur les agents.

A vous de choisir si vous préférez commencer en normal bénéfique puis en extrême maléfique ou l’inverse, tout est possible. Il est toutefois sans doute plus facile de jouer en maléfique en extrême puisque l’on n’a pas besoin de faire attention aux dégâts collatéraux.

A noter que si vous voulez commencer directement en extrême, vous devrez en arrivant à Seattle (après le tutoriel donc) changer la difficulté puis relancer une nouvelle partie pour que ce soit pris en compte. Le plus simple est donc de choisir cette difficulté à la fin de votre première partie lorsque vous n’avez plus rien à y faire, et de lancer une nouvelle partie.

Trailer Officiel

Verdict

Infamous Second Son est un vrai jeu next gen, très plaisant à prendre en main, à jouer et regarder, même si les améliorations sont essentiellement visuelles, avec un soupçon d’originalité dans le gameplay et l’utilisation habile du pavé tactile.

Les karmas bénéfique et maléfique sont malheureusement mal exploités et n’ont d’influence que sur les cinématiques et quelques effets d’attaques, c’est surtout un prétexte pour faire 2 parties et rallonger la durée de vie qui n’est pas extraordinaire mais correcte.

Incarner un personnage doté de pouvoirs est assez jouissif, et l’on se prend facilement au jeu.

Un jeu à faire en attendant de vrais grosses claques « next gen ».

Les :

  • Pleins de pouvoirs puissants faciles à manier
  • L’utilisation des caractéristiques de la Dualshock 4
  • Des graphismes et des effets visuels qui confortent notre achat d’une PS4

Les :

  • Trop peu de variations des ennemis
  • Des faux choix sans réelle incidence
  • Une lecture de l’action parfois brouillonne
  • Encore des défauts « old gen »
  • Le choix de la difficulté après le tutoriel dans le menu de pause

SUGGESTION

Mots-clés : ,

Laisser un commentaire