Posté le 29 février 2012 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] Saints Row: The Third

Comme j’ai eu la chance de le gagner, j’ai pu m’y essayer ces derniers jours. Voici mes impressions sur ce jeu classé PEGI18.

Avant-propos

Précisions qui ont leur importance sur mon avis sur ce jeu. La version à laquelle j’ai pu jouer est la version UK (anglaise). Les voix sont en anglais, sous-titrées en français, mais après vérification, c’est également le cas dans la version française du jeu. Je reviendrai sur ce détail par la suite.

Le test qui suit ne concerne que la partie solo du jeu. Je n’ai pas testé pour l’instant le mode coopération ni le mode multijoueur.

Enfin, je tiens à préciser également que ce n’est pas le type de jeu auquel je joue habituellement. La dernière fois que j’ai joué à un GTA-Like, c’était à Grand Theft Auto premier du nom sur PC, en 1997.

Les habitués de la série me pardonneront si je commets quelques erreurs, c’est mon baptême de Saints Row. Je ne connaissais tellement pas que je ne suis pas allé dans le stand au PGW (Paris Games Week). Quand j’ai su par la suite comment il était, je l’ai regretté, voyez plutôt :

Histoire

Vous faites partie des Saints, un gang notoire. Enfin, plus si notoire que ça. Votre cote est en baisse, d’autres mafieux veulent leur part du gâteau.

Après un braquage qui tourne mal, vous allez devoir vous refaire un nom dans la ville de Steelport (qui ressemble très vaguement à New York). Pour ce faire, vous allez devoir affronter les autres gangs ainsi que la police locale et les militaires, plutôt très bien équipés.

Les dialogues sont sympas, parfois crus (c’est un jeu 18+, on peut se permettre certaines choses), et plongent bien dans l’ambiance. Le seul bémol, c’est que dans le feu de l’action, il est parfois difficile de suivre les dialogues, et encore plus les sous-titres, qui eux sont par contre souvent moins osés que la v.o.

A côté de la trame principale accessible sous forme de missions, laissant un minimum de liberté dans l’ordre d’exécutions, vous pouvez accroître votre notoriété et le contenu de votre compte en banque en réalisant des méfaits, en refaisant des missions etc. Les possibilités sont variées : vol de voiture, mission de tueur à gage, dégâts au tank, survie, destruction de gangs, j’en passe et des meilleurs.

Saints Row: The Third est ce qu’on appelle un GTA-Like, un jeu dans un monde ouvert, dans lequel vous jouez un méchant, commettez des vols et crimes, pour le fun.

Commandes & Jouabilité

Et du fun, on en a. Certes, sur le papier, les actes cités plus haut n’ont rien de glorieux ni de louables (ne le faites pas dans la vraie vie hein 😉 ! ).

Mais la façon dont sont amenées les choses, l’ambiance, les graphismes, etc, donne un ton humoristique et « pas sérieux », ce qui fait que même un joueur comme moi qui est plutôt rebuté par ce type de jeu au départ y prend du plaisir.

En effet, aller dans un bordel avec un énorme godemichet en guise d’arme pour dézinguer de la péripatéticienne, c’est mal. Mais dans Saints Row: The Third, c’est fun. L’humour est bien amené, les situations sont exagérées, il est impossible de prendre les choses au sérieux au point d’en être choqué.

Tout est fait dans le jeu pour vous donner une impression de liberté et de puissance. Les commandes sont simples et accessibles, hormis dans mon cas cette fréquente envie d’appuyer sur que je n’explique pas, mais qui a pour effet de lancer une grenade. Pour le reste, se mouvoir, tirer, conduire ou piloter est un jeu d’enfant.

La progression dans le jeu vous donne accès rapidement à des améliorations de santé, de dégâts, d’armes, etc. Au final (après de nombreuses heures de jeu tout de même), vous serez quasiment invincible, avec un arsenal à faire pâlir Rambo. Mais pour en arriver là, vous allez devoir vous investir.

Durée de vie

Ce type de jeu donne forcément droit à une durée de vie élevée. En effet, la liberté qu’il vous est donnée de vous mouvoir comme bon vous semble, de refaire à volonté des missions ou juste de vous balader, sont autant d’éléments qui vont vous faire passer des heures dans Steelport.

Comptez déjà 15-20 heures pour l’histoire principale. Ensuite, pour les missions secondaires et les défis, on peut facilement doubler le temps de jeu.

C’est une très bonne chose me direz-vous. Oui, et non. Si c’est effectivement plutôt une bonne chose que d’avoir de quoi s’occuper dans un jeu des heures durant, ça l’est déjà moins lorsque les choses à faire sont pénibles.

Par pénible, je n’entends pas difficile, il n’y a rien de vraiment difficile dans ce jeu. Non, mais en revanche certains défis sont plutôt barbant sur le long terme, les objectifs à atteindre sont parfois trop élevés. Par exemple, détruire un modèle de voiture ressemblant à la Smart, c’est amusant. Mais quand il faut en détruire 50, même si une mission permet d’en trouver plus facilement, c’est un peu lourd. Et des défis pénibles à achever, il y en a quelques uns. Après, c’est au goût de chacun, et ces défis ne sont pas obligatoires, sauf pour les amateurs de trophées.

Trophées

Les trophées sont assez évidents : la moitié représentent l’avancée dans l’histoire principale, l’autre moitié la réalisation des défis.

Dans l’ensemble ils sont assez simples, juste parfois longs comme expliqué précédemment. Patience et rigueur seront de mise.

Autre point à noter également : si vous ne souhaitez pas devoir refaire plusieurs parties, je vous conseille de lire un guide des trophées avant même de commencer à jouer. Ça n’est vraiment pas dans mes habitudes de faire ça, mais dans le cas présent, certains trophées sont manquables, d’autres seront très longs et difficiles si vous ne les faits pas au bon moment.

Du coup, cela gâche un peu l’effet de surprise et la découverte du jeu, mais avoir connaissance des trophées et du moyen de les obtenir avant de jouer est un atout indéniable pour obtenir le platine.

Sachez également qu’il y a déjà plusieurs DLC disponibles proposant chacun leur lot de trophées supplémentaires. Non obligatoires pour l’obtention du platine, ils le seront pour le 100%. Ils feront sans doute l’objet d’un test plus tard.

Divers

Revenons un peu sur le jeu. Comme je le disais en préambule, mon expérience en terme de GTA-Like est plus que limitée, mon avis sur Saints Row: The Third est donc un avis de joueur au sens général, je n’ai pas de point de comparaison avec les derniers GTA édités.

Graphiquement, le jeu est correct, mais vraiment pas transcendant. La ville de Steelport est assez vaste, les temps de chargement sont très courts, ceci explique sans doute cela. Le jeu n’est pas moche pour autant, et le style graphique joue beaucoup sur le côté fun et pas sérieux dont je parlais tout à l’heure, qui fait qu’on voit les actes de violence avec un œil amusé.

Attention, je ne dis pas que la violence c’est amusant, je dis juste que le fait que l’on ne prenne pas les choses au sérieux en jouant est pour moi un bon point. Cela permet de se défouler tout en faisant la part des choses entre le jeu et la réalité.

Côté possibilités, que ce soit au niveau de la personnalisation du personnage, des véhicules, des missions, le choix est vaste et intéressant.

La création du personnage est comme le jeu très libre, vous pouvez créer un personnage « normal » aussi bien qu’un Simpson ou Hulk. Des centres de chirurgie esthétique vous permettent de changer d’apparence comme bon vous semble, vous pouvez même changer de sexe !

Les boutiques de vêtements proposent des tenues variées, il y en a pour tous les goûts.

Pour les véhicules, sans trop spoiler non plus, disons que vous avez un vaste choix de véhicules roulant, flottant et volant, allant du civil au militaire voire futuriste. Il en est de même pour les armes.

D’autres éléments, qui doivent être je suppose des classiques dans ce type de jeu, comme la possibilité de changer la station de radio dans un véhicule, m’ont bien amusés. Pouvoir écouter du métal bien pêchu ou du classique dans un jeu à l’univers plutôt gangsta rap, c’est chouette. En fait, il y en a pour tous les goûts niveau musical.

Trailer Officiel

Verdict

A condition de prendre le jeu pour ce qu’il est : un jeu, et pas en voulant jouer les caïds et faire feu sur tout ce qui bouge avec un esprit malsain.

Saints Row: The Third n’est sans doute pas le jeu parfait, ni le meilleur du genre, mais il rempli parfaitement sont rôle de jeu vidéo : apporter du fun, du plaisir à jouer. J’en ai eu et j’en aurai encore, car il me reste pas mal de choses à accomplir, sans compter que les DLC me font de l’œil, j’ai en effet bien envie de prolonger le plaisir.

Les :

  • Une sensation de puissance et de liberté
  • Des armes et des véhicules variés et originaux
  • De la violence et du sexe au second degré
  • La personnalisation des personnages
  • Trophées en solo uniquement (possibilité de ne pas utiliser son pass online)

Les :

  • La vostfr parfois difficile à suivre dans l’action
  • Certains défis gavant sur la longueur

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , ,

Laisser un commentaire