Posté le 16 mai 2014 Par Dans PlayStation 4, Tests

[Test] [PS4] The Amazing Spider-Man 2

Après un premier épisode plutôt réussi, bien que comprenant quelques défauts, voici que l’homme-araignée revient pour un second volet, en parallèle du second film au cinéma. Un retour réussi?

Je remercie Activision pour l’envoi du jeu qui m’a permis de réaliser ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS3, PS4 (support du test), Xbox 360, Xbox One PC, Wii U, 3DS, Android, IOS
  • Date de sortie : 02/05/2014
  • Développeur : Beenox Studios
  • Editeur : Activision
  • Type de jeu : Action aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 16
  • Périphériques : PlayStation Move (optionnel)

Menus & Modes de jeu

Contrairement au premier jeu qui était plus ou moins la suite du premier film, The Amazing Spider-Man 2 prend une voie différente, en proposant une histoire parallèle au second film. En effet, la trame est différente, mais pourtant certains passages et répliques sont similaires.

Il est donc conseillé d’avoir vu le film en premier, les spoils de certaines scènes seront moins gênantes dans le jeu que dans le film.

Le déroulement du jeu est quant à lui semblable au premier jeu : une trame principale, découpée en chapitres rejouables à loisir, entrecoupés de passages en « totale » liberté dans Manhattan, vous laissant soit enchainer les chapitres, soit vous balader dans la ville en quête de collectibles ou de missions secondaires.

L’histoire, originale, alterne les phases d’infiltration et d’action, et l’affrontement de Boss dans des combats variés. Tout commence par le remord et le besoin de réponse. Peter Parker a besoin de retrouver le meurtrier de son oncle. Sa quête le conduira à des projets bien plus grands et mauvais de plusieurs vilains.

La progression est assez inégale. Le démarrage en douceur en guise de tutoriel fera place vers la moitié du jeu à un quasi enchainement de Boss avec des ellipse scénaristiques.

Rien de bien méchant mais pour le joueur qui se contentera de suivre l’histoire sans se soucier des à côté, servant de « pause », pourront être surpris.

Le jeu est proposé dans 3 niveaux difficultés. Il est possible de changer à tout moment (baisser la difficulté annule la possibilité de débloquer le trophée correspondant).

Une fois l’histoire terminée, vous avez la possibilité de vous balader comme bon vous semble dans la ville pour compléter les quêtes et trophées, et de recommencer les chapitres à loisir.

En comparaison avec le premier épisode, ce The Amazing Spider-Man 2 est meilleur, dans le sens où des défauts ont été corrigés : plus besoin de prendre des photos des ennemis en plein combat, même si les missions photo sont toujours de la partie. Les collectibles sont moins nombreux, les différents costumes ont une réelle utilité, et un système de défis combat a été ajouté.

Commandes & Jouabilité

Le gameplay est semblable et confortable comme le premier épisode. Se balancer de toile en toile entre les buildings de New York, grimper aux murs, se déplacer furtivement et se battre sont un véritable jeu d’enfant.

Les commandes sont simples et fluides.

Les combats utilisent une recette désormais bien éprouvée, avec des coups avec une touche, des contres avec une autre, avertis par le sixième sens de l’araignée : une aura rouge apparait autour du ou des ennemis qui s’apprêtent à frapper, ainsi que des exclamations au-dessus de la tête de Spider-Man.

Une troisième touche permet de lancer des toiles pour immobiliser les ennemis ou les éliminer lorsqu’ils sont étourdis.

Il est également possible de faire des attaques à distance pour désarmer ou foncer sur les ennemis.

Au cours du jeu, il est possible de gagner des pièces qui pourront être dépensées dans des améliorations : force, vitesse, techniques etc.

En parallèle, les costumes de l’araignée possèdent des particularités : meilleures furtivité, meilleure résistances aux balles, plus de force etc, et un système de points d’expérience permet de les améliorer jusqu’à 8 niveaux.

Il y a beaucoup de costumes différents, à débloquer au cours de l’histoire ou en réussissant des missions secondaires, comme des repères à faire en infiltration.

Pour faire le parallèle avec Batman Arkham, les combats et les infiltrations sont beaucoup plus simples dans The Amazing Spider-Man 2. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en combos ni en discrétion pour s’en sortir. C’est même presque trop facile en comparaison, même au niveau le plus difficile.

Comme toujours dans les Spider-Man, les Boss requiert des techniques de combats variées et originales, il faut toujours trouver une faille et une technique pour en venir à bout. Ceci dit, cela reste dans cette épisode assez simple à trouver.

Le pouvoir de ralentir le temps, le temps de trouver un endroit où se projeter ou de repérer un danger imminent, ou le sens de l’araignée qui fait apparaitre les silhouettes des ennemis et les collectibles faciliteront grandement la progression.

Côté missions secondaires, le jeu propose de sauver des victimes coincées sous des décombres, à emmener à l’hôpital, des fusillades et des agressions à stopper, des victimes d’incendie à sauver, des alertes à la bombe à sécuriser etc. Pour les 2 derniers objectifs cités, il y a un timing à gérer qui est très inégal dans la difficulté. Parfois il sera facile de remplir l’objectif avant la moitié du temps, d’autres fois même en se dépêchant au maximum, il sera très difficile de terminer dans les temps.

La réussite ou l’échec de ces missions influe sur la popularité de l’homme-araignée. En positif, tout va bien, les journaux parlent de vous en bien. Mais en négatif, c’est-à-dire si vous ratez ou laissez trop de crimes impunis, les gens auront une mauvaise image de vous. Cela se traduira par une traque d’une unité spéciale qui sera à vos trousses, des barrages de sécurité etc.

A vous de gérer les missions secondaires habilement entre les missions principales pour garder une bonne popularité. Ça ne sera pas toujours possible, mais rassurez-vous il reste tout à fait possible de se balader relativement librement dans la ville avec la popularité au plus mal.

Côté objectifs, il est possible de participer à 12 défis combats. dans une arène ouverte, 4 vagues d’ennemis viennent. Le but sera bien évidemment d’en venir à bout, parfois avec des objectifs plus strict, comme ne pas se faire toucher plus de 5 fois, ne pas laisser s’approcher certains ennemis d’une zone etc.

Cela permet de se faire la main sur les différents ennemis. Il est en revanche vraiment dommage que cela n’attribue pas de points d’expérience pour les costumes, car il sera long et répétitif de les améliorer tous sur des missions secondaires. Il n’est en plus pas possible de choisir le défi, mais juste de les faire les uns après les autres, sans pouvoir les recommencer une fois réussis.

Graphisme & Animation

Testé sur PlayStation 4, le jeu est beau, mais loin d’être époustouflant. On a beaucoup plus l’impression d’avoir un jeu d’ancienne génération aux graphismes améliorés telle une version HD, qu’un véritable jeu next gen.

Certains contours de personnages comme le Caïd paraitront même assez grossiers.

On pourrait avoir quelque chose de beaucoup plus beau, mais cela pourrait être également bien pire.

Les versions PS3/Xbox 360 devraient être au moins aussi bien que le premier jeu.

La modélisation de la ville reste très correcte et se balader en liberté entre les immeubles reste un vrai plaisir.

La modélisation des personnages est à mi-chemin entre les personnages du comics et les acteurs du film.

Les apparences des ennemis manquent un peu de variation.

Bande son

Le point fort de Spider-Man, c’est l’humour des répliques de Peter Parker. Et pour le coup, nous sommes servis. Le combat contre le Caïd est un hymne aux « t’es si gros que ».

Que ce soit au cours de l’histoire, durant les combats contre les sbires ou en se baladant dans la ville, Peter a toujours le mot pour rire.

Plusieurs voix sont désormais connus des joueurs (Cyrille Monge alias Joel – The Last Of Us, Patrick Borg, voix française officielle de David Boraneaz alias Angel et agent Booth…) et toujours sympathique à entendre même si on a malheureusement l’impression d’entendre un peu toujours les mêmes dans les jeux.

La musique n’est vraiment pas très présente, et mériterait une place plus importante.

Durée de vie

Le jeu n’est pas très long, si l’on se cantonne à l’histoire principale. chercher les collectibles et à améliorer les différents costumes en réalisant des missions secondaires allongera plutôt bien l’ensemble.

Comptez 15-20 heures pour viser le platine.

Trophées

Les trophées sont similaires à ceux du premier jeu, en moins pénibles. Il faudra prendre soin de lancer le jeu en Super-héros (très difficile) pour ne pas avoir à le faire 2 fois. Ce n’est vraiment pas insurmontable, et comme tout le reste est faisable dans la même partie (aucun trophée n’est manquable), il serait vraiment dommage de devoir refaire une partie en speed uniquement pour ce trophée.

Pour le reste, on est dans le classique : progresser dans l’histoire, trouver les collectibles, réussir x fois les missions secondaires etc.

Pensez à bien changer de costume dès qu’un est au niveau max, pour de pas gâcher de l’expérience, car améliorer tous les costumes au maximum sera l’objectif le plus long et pénible du jeu.

Pour les prise de photo, il n’y a plus besoin de photographier les ennemis en plein combat (ouf), et côté collectibles il n’y a plus 700 mais seulement 300 comics qui se trouvent assez facilement.

Un trophée a été mal traduit : Acrobaties aériennes Détruis tous les ennemis équipés d’un blindage avec une frappe de toile , en anglais Aerial Break Destroy any armored enemy using Web-Strike. Il faut lire « any » comme « n’importe lequel » et non « chacun ». En effet, il suffit de réaliser l’action sur un ennemi et non pas tous.

Bref, le platine est relativement simple.

Trailer Officiel

Verdict

The Amazing Spider-Man 2 suit les traces de son ainé, en corrigeant certains petits défauts, mais le suit de tellement près dans le déroulement qu’on a du mal à savoir s’il s’agit d’un 2 ou d’un 1.5. Certes, l’histoire est totalement nouvelle et est curieusement en parallèle de celle du film, sans la copier ni sans trop s’en éloigner, mais le déroulement global du jeu reste vraiment proche du premier jeu.

Du coup, il est difficile de savoir si le joueur va être content de retrouver les mécaniques, ou déçu d’avoir un jeu trop proche du premier.

The Amazing Spider-Man 2 n’est pas mauvais, il est même plutôt plaisant à faire, il manque juste un je ne sais quoi pour en faire un très bon jeu.

Les :

  • Incarner Spider-Man est enfantin et jouissif
  • Une histoire différente de celle du film
  • Des objectifs secondaires améliorés
  • Une vraie utilité des différents costumes
  • Des combats et de la furtivité

Les :

  • Visuellement pas sensationnel
  • Mauvais dosage exp/objectifs : trop de missions secondaires à faire
  • Accès et gestion des défis combat
  • Manque un poil de challenge

Suggestion

Mots-clés : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire