Posté le 4 juin 2013 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Maj] [Test] [PS3] The Amazing Spider-Man

En général, les jeux vidéo inspirés de films ou de séries sont des bouses infâmes qui surfent sur le succès dudit film ou de ladite série, pariant sur les fans qui se jetterons sur le jeu et donc sans s’efforcer de faire un bon jeu.

Mais The Amazing Spider-Man pourrait bien être l’exception qui confirme la règle.

[Mise à jour du 04/06/2013] : ajout du gameplay au PlayStation Move.

Crédits

  • Plateforme : PS3 (support du test), XBOBX360, PC, Wii, Wii U, DS, 3DS, Android, IOS
  • Date de sortie : 29/06/2012
  • Développeur : Beenox Studios
  • Editeur : Activision
  • Type de jeu : Action aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 16
  • Périphériques : PlayStation Move (optionnel)

Menus & Modes de jeu

The Amazing Spider-Man est la suite directe du dernier film sortit au cinéma. Il n’est pas indispensable de l’avoir vu pour comprendre l’histoire du jeu, mais c’est un plus indéniable pour bien cerner les personnages et le contexte (en plus le film n’est pas mauvais).

Le lézard/Pr Connors est à l’asile, mais la société Oscorps poursuit les expériences de croisement génétique entre humains et animaux. Lors d’une visite de Peter Parker avec son amie Gwen Stacy dans le labo, la situation dégénère, des mutants s’énervent en la présence de l’homme-araignée et parviennent à s’échapper et à contaminer la population.

Spider-Man met donc ses pouvoirs au service de la ville afin de rétablir l’ordre et sauver la population. Cela passera par une enquête à mener, des civils à sauver et des monstres plus ou moins impressionnants à affronter (certains sont très imposants).

L’histoire est assez simple mais bien ficelée, il y a de nombreuses cinématiques et l’on sent qu’il y a eu un gros effort de ce côté-là.

Le jeu se déroule sur l’île de Manhattan et à l’instar d’un Batman Arkham City, il s’agit d’un monde ouvert qui contient des ennemis, des missions principales ainsi que des missions annexes, mais il y a également une grosse partie de l’histoire qui se déroule dans des zones « intérieures » (bâtiments, sous-terrains).

Le cheminement reste assez linéaire, mais des missions secondaires (épreuves de rapidité, combats, rapatriement de personnes, prises de photo) et des collectibles (preuves, pages de comics etc) viennent s’ajouter à la trame principale, permettant ainsi de varier les objectifs.

Les collectibles sont très nombreux, notamment les pages de comics (700), mais comme ces dernières apparaissent au fur et à mesure qu’on les ramasse et qu’on avance dans le jeu, la collecte est assez simple.

Les missions secondaires sont sympathiques mais un peu répétitives sur la longueur du jeu, et surtout elles manquent un peu de challenge (il faut le faire exprès pour les rater, même les courses).

Le point intéressant est que l’on peut tout faire au fur et à mesure, il n’est pas nécessaire d’avancer dans le jeu pour débloquer des gadgets. Il est de toutes façons possible de recommencer à loisir les missions grâce à une sélection depuis l’appartement de Peter Parker.

Commandes & Jouabilité

Comme pour le déroulement du jeu, on fait vite le rapprochement avec Batman Arkham City pour parler du gameplay, notamment en ce qui concerne les combats qui sont sur le même principe.

pour frapper, pour contrer (on a droit aux exclamations au-dessus de la tête de Spider-Man pour nous prévenir qu’un ennemi va nous frapper, justifiés par le 6ème sens de l’homme-araignée). Il faut donc se battre en rythme et non en matraquant les touches si on veut s’en sortir vivant, d’autant que notre résistance est moindre que l’homme-chauve-souris en armure.

On retrouve même des soldats avec des boucliers par-dessus lesquels il faut sauter pour les frapper dans le dos.

On peut également éliminer des ennemis de manière furtive.

Bref, si vous avez joué à Batman Arkham Asylum/City, vous serez en terrain connu, bien qu’il n’y ait pas tous les gadgets et que les améliorations que vous débloquez au cours de votre progression soient différentes.

The Amazing Spider-Man propose tout de même des originalités, comme une option qui permet de ralentir le temps, nous donnant ainsi plus de temps pour se repositionner, attaquer un ennemi ou cibler un collectible à ramasser (très pratique pour les pages de comics en pleine ville). On usera de cette technique durant tout le jeu, indispensable pour venir à bout de certains boss bien coriaces.

Les commandes sont assez simples, la prise en main se fait rapidement et l’on prend un réel plaisir à se balancer entre les buildings ou à grimper aux murs pour surprendre ses ennemis.

The Amazing Spider-Man offre une vraie sensation de pouvoir et de liberté.

[Mise à jour du 04/06/2013] : The Amazing Spider-Man peut également se jouer avec un PlayStation Move. Il vous faudra dans la main gauche une manette ou un controller afin de vous déplacer à l’aide du stick. Côté PSMOve, le viseur qui est normalement au centre de l’écran et permet de viser les ennemis ou les points d’accroche est désormais mobile, et c’est avec le PlayStation Move que vous le dirigez.

Le problème est que c’est un peu trop souple et tremblant, et qu’il est du coup parfois difficile de viser correctement.

Résultat, on perd beaucoup de temps pour un résultat moins bon qu’à la manette, le ralenti est rapidement utilisé et les sensations ne sont pas franchement très bonnes.

C’est intéressant d’avoir un gameplay alternatif, mais on sent bien qu’il a été ajouté sans vraiment avoir été optimisé. On imagine alors quelques agacements en jouant sur Wii ou Wii U.

Graphisme & Animation

Le jeu n’est pas aussi sublime que Batman Arkham City pour rester dans la comparaison, mais il est tout de même plutôt bien fichu. Les décors manquent peut-être un peu de détails et de finition pour en faire un très beau jeu mais l’ensemble reste agréable à l’œil, et l’immersion se fait sans aucun soucis.

L’animation est fluide et les mouvements dans la ville sont bien gérés, notamment lorsque l’on termine un balancement de toile en plein sur le flan d’un immeuble, Spider-Man se met instantanément à courir sur la paroi en direction du toit, et ne laisse jamais de sensation de collision douteuse.

Le costume qui se déchire au fur et à mesure que l’on prend des coups n’est certes plus original mais fait son effet, on apprécie le fait que Spider-Man se change à chaque passage dans son appartement pour revêtir un nouveau costume tout beau tout neuf.

Bande son

L’ambiance musicale est bonne, le thème du film participe à cette sensation agréable lors de nos balades entre les immeubles, et les voix des personnages sont bonnes, on reconnait d’ailleurs de jeu en jeu certaines voix.

L’humour typique de Spider-Man est présent, sans pour autant être aussi lourdingue qu’il ne pouvait l’être dans Spider-Man Shattered Dimensions.

Si on apprécie le fait qu’un son soit émis à l’approche d’un collectible, aidant grandement à leur récolte, le fait que ce soit un sifflement aigu peut devenir gênant sur la durée (il m’est arrivé d’entendre siffler en permanence après un bon moment de jeu).

Durée de vie

Certes les missions secondaires et les collectibles sont là pour augmenter artificiellement la durée de vie, mais ils n’imposent pas de refaire une seconde fois le jeu (seules les missions durant lesquelles vous avez raté des collectibles ou des photos devront être refaites), et l’histoire principale propose son lot de chapitres.

Il faut compter une bonne vingtaine d’heures de jeu pour en faire le tour.

Trophées

Il faudra jouer en difficile (ce qui n’est pas impossible mais assez délicat si vous ne maitrisez pas les combats, favorisez les améliorations d’attaques au début), débloquer toutes les améliorations, faire toutes les missions secondaires et trouver l’ensemble des collectibles pour obtenir les trophées autre que ceux liés à l’histoire.

Il en restera quelques-uns liés à des conditions particulières d’élimination de certains boss ou à l’utilisation de certaines attaques, plus le fait de tuer 1000 ennemis et 100 de manière furtive, mais tout cela se fait relativement bien durant l’histoire, il n’y a pas à y repasser des heures une fois le jeu terminé.

N’oubliez de pas photographier chaque type d’ennemi.

Trailer Officiel

Verdict

On pouvait craindre un jeu médiocre du fait qu’il soit lié à un film comme c’est trop souvent (pour ne pas dire toujours) le cas, mais The Amazing Spider-Man se révèle être un très bon jeu qui a su emprunter de bons éléments de gameplay à d’autres jeux (il ne faut pas se mentir, Batman Arkham City apparait clairement comme un modèle) tout en proposant son univers et son ambiance propre.

Il frôle de peu le 17/20 à mes yeux, la faute à un bestiaire qui manque de variété et des missions secondaires qui manquent de challenge et qui finissent par être rébarbatives sur la fin (sans être pénibles à faire pour autant).

Les :

  • le plaisir d’incarner un Spider-Man libre, agile et puissant
  • un gameplay très agréable
  • un jeu globalement très sympa à faire
  • des vraies planches des comics en bonus

Les :

  • trop de chacun des types de missions secondaires à faire au total
  • pas de challenge durant ces missions secondaires
  • pas assez d’ennemis différents

Suggestion

Mots-clés : , , , , , , ,

1 Réponse

  1. Très bon test, j’ai beaucoup accroché à Spidy depuis le Edge Of Time, en espérant qu’on continue d’avoir des jeux de ce style avec quelques améliorations pourquoi pas

Laisser un commentaire