Bandai Namco

Posté le 31 août 2016 Par Dans Evènements

[Évènement] Gamescom 2016 : Bandai Namco – Little Nightmares, Dragon Ball Xenoverse 2

La Gamescom c’est aussi l’occasion parfois de confirmer ce qui s’annonce comme une jolie pépite. C’est le cas de Little Nightmares. J’en profite pour vous parler d’un autre jeu de Bandai Namco présenté au salon, Dragon Ball Xenoverse 2.

Nous vous donnions nos réactions à chaud pendant le salon dans cette vidéo :

Dragon Ball Xernoverse 2

Je n’ai pas pu obtenir de rendez-vous avec Bandai mais j’ai pu approcher une borne au stand presse avec la démo de Dragon Ball Xernoverse 2. Malgré de gros défauts dans le gameplay et le système de récompense de quête du premier épisode, j’avais bien aimé la possibilité de créer son propre combattant et la base des patrouilleurs du temps qui permettait de relancer l’intérêt du mode histoire maintes fois abordé. Malheureusement la démo ne montrait pas grand chose de ce second volet. Seule une poignée de personnages était jouables, sur une seule carte, et sans rien montrer de tout ce qui sera proposé dans la version finale.

J’étais en plus un peu rouillé sur les commandes. Du coup, difficile de se faire une idée de ce qui nous attend, si ce n’est que le jeu est plus joli, tournons-nous donc du côté des infos des communiqués de presse.

On sait que plusieurs modes de combats seront proposés, et outre les matchs en ligne classés ou non, il sera possible de faire combattre des personnages créés de toute pièce sans tenir compte des statistiques et progression de chacun, pour un meilleur équilibre. Il y aura également un mode 6 contre 1 en mission expert, offrant la possibilité à 6 joueurs d’affronter un puissant boss dans un combat épique !

Dragon Ball Xenoverse 2

Le jeu sera globalement plus grand et plus riche en contenu. L’espace social sera 7 fois plus grand, et il y aura 2 fois plus de quêtes dans Dragon Ball Xenoverse 2 que dans le premier (j’ai peur pour les trophées), et même des quêtes du premier jeu. Le système de butins d’objets rare a été revu et j’espère vraiment qu’il ne sera pas totalement basé sur la chance.

La liste de personnage s’étoffera et accueillera des nouveaux issus de Dragon Ball Super.

Une beta ouverte devrait nous permettre d’en découvrir plus, en attendant la sortie du jeu le 28 octobre sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Little Nightmares

J’avais vu passer quelques communiqués de presse vite fait avant de partir au salon mais sans vraiment prendre le temps de les regarder en détail. Je sentais bien pourtant que ce Little Nightmares avait un petit quelque chose et qu’il fallait que j’y jette un œil, et je commençais à en entendre parler de plus en plus. Faute de rendez-vous, nous avons joué l’option d’aller sur le stand tôt le matin le dernier jour (dernier pour nous), il n’y avait pas beaucoup de queue, mais nous avions un rendez-vous peu après.

Le stand public était vraiment très réussi et posait l’ambiance malsaine du jeu. On se sentait tout à fait à la place de la petite fille que l’on incarne et qui se retrouve dans cette maison où tout est trop grand pour elle. Apparemment il y avait même des animations de temps en temps avec les méchants et dégueux cuistots, mais ils n’étaient pas là quand nous sommes passé. La démo nous fait démarrer ce jeu d’aventure dans une chambre. Nous sommes donc dans la peau d’une petite fille en imper jaune et sans le moindre doute elle n’est pas chez elle. Les graphismes et l’ambiance se suffisent à eux même et il n’y a pas besoin d’explications pour vouloir sortir de là. Le jeu repose beaucoup sur la physique des objets que vous pouvez agripper et déplacer. Vous pouvez également grimper (aux étagères par exemple) et allumer un briquet pour éclairer les endroits sombres (et il y en a).

Little Nightmares

Dès le début il faut faire preuve de réflexion et trouver soit même une solution pour sortir. J’aime bien le principe, mais cela peu vite amener les joueurs moins chevronnés à se retrouver coincés ou passer des minutes voire des heures à ne rien faire d’utile, au risque de s’agacer. Si en revanche on adhère au concept, le déroulement est plaisant, et la situation intense. La satisfaction de trouver la solution et réussir n’en est que plus forte. Contrairement à mes habitudes de jeu, compte tenu du peu de temps dont nous disposions, j’ai décidé de ne pas perdre de temps à fouiller partout mais d’aller à l’essentiel. J’ai rapidement compris comment ouvrir la porte pour sortir, puis j’ai tracé dans le couloir sans trop allumer le briquet de peur de voir des choses effrayantes. Au bout du couloir, un mécanisme à actionner, et déjà je pestais un peu contre les commandes qui ne sont pas habituelles ni intuitives. En effet il faut maintenir L2 enfoncé avant d’effectuer une touche d’action pour activer un levier, s’accrocher à une corde etc. Une touche de trop à laquelle on ne pense pas toujours et qui m’a fait recommencer plusieurs fois certaines actions plus loin dans la démo. Avec une tension pesante et des vilains pas beaux à nos trousses, certes cela accentue la peur, mais l’agacement aussi. Malheureusement je doute que les commandes soient modifiées d’ici la sortie du jeu.

Little Nightmares

Revenons-en à ma progression. La pièce suivante était une grande cuisine (dont est inspiré le stand), dans laquelle un cuistot aussi peu ragoûtant que les abats qu’il prépare allait et venait entre les marmites, les épices, la planche à découper etc. Le seul moyen d’avancer est de se faufiler sous les meubles ou les tables sans se faire repérer mais ses réactions et déplacements sont assez imprévisibles. Si j’ai réussi sans trop de difficulté, mais avec une très grande prudence, je ne vous cache pas que j’étais en stress du début à la fin. J’ai même été repéré sous la table à un moment alors que je pensais être à l’abri, heureusement j’ai pu m’échapper de l’autre côté et trouver une nouvelle cachette.

Little Nightmares

La pièce suivante nous plonge dans la même situation que dans la chambre : sans explication sur ce qu’il faut faire, si on comprend vite tout va bien, sinon on peut tourner en rond un moment.

La démo se terminait un peu plus loin mais laissait entrevoir d’autres situations et d’autres sources d’angoisse, de quoi attiser ma curiosité sur ce titre assez particulier.

C’est sale, ça fait peur, mais il y a tout de même une certaine poésie dans le jeu et ça ne laisse pas indifférent.

Little Nightmares est prévu pour le printemps 2017 (mon dieu que c’est loin) sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

SUGGESTION

Mots-clés : , , , ,

Laisser un commentaire