PaRappa The Rapper Remastered

Posté le 10 avril 2017 Par Dans PlayStation 4

[Test] PaRappa The Rapper Remastered PS4

Que celui qui a connu les premières heures de la PlayStation (One) mais n’a jamais entendu parler de PaRappa The Rapper me jette la première pierre. Heureusement, Sony nous propose de nous replonger dans le titre de l’époque dans une version PS4, 20 ans après. Voici mon test.

PaRappa The Rapper Remastered

Merci à PlayStation  France pour l’envoi du code du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test), PlayStation One
  • Date de sortie : 04/04/2017
  • Développeur : NanaOn-Sha
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Rythme (musical)
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 3
  • Périphériques : PlayStation Vita ou autre support pour Remote Play.

Histoire & Mode de jeu

Vous incarnez PaRappa, un chien « ado » et rapeur dans l’âme qui vit des moments classiques de la vie d’un ado : être amoureux d’une fille sans oser lui dire, vouloir impressionner les copains mais ne pas avoir d’argent ni de voiture etc. Mais à chaque problème sa solution, et PaRappa la trouve dans la musique, plus particulièrement le rap, grâce auquel il va défier des maîtres et gagner en confiance en soit et en potentiel.

PaRappa The Rapper Remastered

Le scénario est basique et un peu décousu, pas toujours très « logique », mais c’est un bon prétexte pour mettre en scène les 6 différents niveaux et « boss » à défier en musique.

Une fois qu’un niveau est terminé, il est rejouable avec son mode « cool » débloqué et différentes options pour la musique que je détaillerais ci-après.

Commandes & Jouabilité

PaRappa The Rapper est un jeu de rythme musical. Le principe est d’appuyer une séquence de touche dans le bon ordre et avec le bon rythme. Pour vous aider, une barre sur laquelle défile les touches et un curseur sensé vous donner le bon timing pour appuyer. Comme il s’agit de « Battle », vous avez toujours le droit à une démonstration du maître à chaque couplet, pour vous aider à mémoriser la séquence à jouer.

Assez simple dans le principe sur le papier, ça l’est beaucoup moins dans la pratique. Le départ de votre curseur après la démo du Maître ne se fait pas toujours dans le même laps de temps, ce qui peut facilement nous faire rater le début de la séquence à jouer. Il y a également un léger décalage entre le passage du curseur sur la touche et le vrai bon moment à appuyer, qui est plus calqué sur le rythme de la musique que sur la vitesse d’avancement du curseur. Il y a donc un petit temps d’adaptation, mais heureusement la difficulté des morceaux et des séquences de touches est progressive et les premiers niveaux s’appréhendent finalement plutôt bien.

PaRappa The Rapper Remastered

Si vous êtes dans le rythme, vous êtes noté « Good » (= bon). Si vous manquez des touches ou le rythme, vous pouvez tomber à « Bad » (= mauvais) voire « Awful » (= affreux). Si vous continuez de mal jouer, le Maître arrête la chanson et le niveau est perdu. Si vous vous reprenez et retrouvez le rythme vous avez une chance de remonter à Good. Pour un niveau déjà terminé, vous avez accès en plus à un niveau « Cool » si vous réussissez à placer plein de touches autour de celles qui sont demandés sans louper pour autant la séquence. Si vous réussissez à passer en Cool, la chanson passe alors en mode freestyle et vous devez improviser tout en gardant le rythme pour tenir le Cool et faire un max de points.

PaRappa The Rapper Remastered

J’évoquais des soucis de décalage entre le visuel et ce qu’il faut jouer, mais le problème va plus loin avec le niveau 4 qui est bugué. En effet, même en jouant en rythme et à priori sans erreur, le jeu considère que vous jouez mal et vous serez peut-être comme beaucoup de joueurs bloqué sur ce niveau jusqu’à trouver le bon décalage à adopter pour réussir. Un bug dont on se serait bien passé sur une version remastérisée d’un jeu qui a 20 ans.

Lorsque vous avez terminé un niveau, vous avez la possibilité de le rejouer et tenter de débloquer le mode Cool dont, mais vous avez également dans les options la possibilité d’appliquer d’autres musiques sur cette chanson, histoire de varier les plaisirs voire augmenter la difficulté car les mélodies sont moins faciles à prendre dans le monde rythme.

PaRappa The Rapper Remastered

PaRappa The Rapper Remastered

Graphisme & Animation

Il s’agit d’un jeu de 1996 (1997 chez nous) ne l’oublions pas. Il était assez sympa et original à l’époque avec ces personnages plats comme s’ils étaient en papier, dans un environnement en 2D tout en dessin animé. Dans cette version remastérisée (jusqu’à 4K sur PS4 Pro avec la télé qui va bien), les séquences de jeu à proprement parler on été entièrement retravaillées et sont agréables sans être folles. Les graphismes sont rendus plus fins pour qu’ils passent bien sur nos écrans plats et larges, mais il n’y a pas particulièrement plus de détails dans les décors ou les animations.

PaRappa The Rapper Remastered

Pour tout le reste, c’est à dire les cinématiques et les menus, aucun travail de remastérisation n’a été réalisé, on a juste droit aux graphismes d’origines, baveux et dégueulasses (selon nos critères d’aujourd’hui), dans un cadre coloré puisque d’une résolution bien inférieure. Et autant vous dire que ça fait mal aux yeux et aux souvenirs qui en prennent un coup. Pour des jeux en versions « classique » mis à disposition sur les nouvelles consoles, c’est tout à fait compréhensible d’avoir ce genre de rendu, mais pour un jeu remastérisé d’un jeu PSOne vers PS4, ça passe déjà beaucoup moins.

PaRappa The Rapper Remastered

L’interface des menus n’est pas franchement ergonomique et aurait mérité elle aussi un rafraichissement.

Bande son

C’est un plaisir d’entendre à nouveau l’Oignon judoka et les autres nous faire leur « Battle » de rap, en tous cas pour celui qui joue (les chansons et le bruit des touches appuyées frénétiquement à tendance à agacer l’entourage, en tous cas le mien). C’est rythmé, drôle et entrainant.

PaRappa The Rapper Remastered

Durée de vie

Avec seulement 6 niveaux (= chansons), nous sommes face à un jeu relativement cours. Le niveau 4 bugué risque d’allonger artificiellement et pas de la manière la plus agréable qui soit la durée de vie. La rejouabilité est toutefois pas trop mauvaise si vous voulez tester le mode Cool et les autres musiques pour chaque niveau, et si vous tombez dans le scoring.

Trophées

Qui dit petit jeu ne dit pas forcément petits trophées. PaRappa The Rapper a même droit à son platine et un peu de challenge, surtout avec le bug du niveau 4. Pour décrocher le Sésame vous devrez assurer sur les 6 niveaux en mode Cool et réussir une chanson parfaitement. Faisable, mais il faudra tout de même s’investir dans le jeu.

Trailer

 

Verdict

Le jeu et son concept La réalisation sur PS4

« Kick Kick Punch ! ». Même si vous n’aviez pas joué au jeu complet à l’époque, je suis certain que pour ceux qui ont eu la première console PlayStation, vous avez au moins joué à la démo (= le premier niveau) et vous y avez même probablement passé pas mal de temps. Le principe du jeu de rythme musical, combiné à des musiques entrainantes et une ambiance dessin animé originale, faisait de PaRappa The Rapper un jeu amusant, fun et vite addictif. La recette fonctionne toujours, avec une bonne dose de nostalgie, mais il est très probable que les plus jeunes joueurs se prennent au jeu également en découvrant le jeu en 2017.

Carton rouge en revanche sur la remastérisation qui se contente du strict minimum, à savoir rendre les niveaux propres, mais qui nous laisse tout le reste comme à l’époque. Sauf que sur nos écrans HD voire Ultra HD, ça ne passe pas du tout. Et le pompon reste ce niveau 4 bugué qu’il est très difficile de terminer en ayant le bon rythme. OK c’est un jeu à 14,99€ (11,99€ pour les abonnés PSPlus), qui rappelle de bons souvenirs, mais il aurait mérité un lifting de qualité.

Les :

  • La magie de nous entrainer avec ses chansons rigolotes prend toujours
  • Un trophée de platine sur un classique de la PlayStation

Les :

  • Remastérisation uniquement sur les niveaux
  • Un niveau bugué

Mots-clés : , , , , , ,

Laisser un commentaire