Posté le 26 mai 2013 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] [PS3] Preview The Last Of Us

Comme vous avez pu le lire dans cet article, j’ai eu la chance de tester la preview de The Last Of Us dont la démo sera disponible le 31 mai et qui sortira le 14 juin prochain.

Voici mes impressions.

Avant toute-chose je tiens à vous avertir que je vais fatalement parler du jeu, on peut donc considérer une certaine forme de spoil dans l’article. Je ne vais pas trop spoiler l’histoire puisque je n’en sais pas plus que vous et que ça n’aurait rien d’intéressant, mais je vais parler du gameplay, et certain y verront du spoil à leur façon.

Vous êtes donc prévenu si vous lisez l’article.

Je précise aussi qu’en entrant à la soirée, nous avons signé un contrat, autorisant ainsi à être photographié et filmé. Sur ce même contrat il était stipulé que nous avions le droit de parler librement de la soirée et du jeu, mais qu’en revanche nous n’étions pas autorisé à diffuser des photos des écrans de jeu. Si vous en voyez dans d’autres articles sur d’autres sites, c’est tout simplement que l’auteur ne respecte pas son contrat.

Petit rappel des faits. En 2013 alors que je vous parle, un champignon, le cordyceps, qui s’attaquait jusqu’à lors uniquement aux insectes, a commencer à toucher l’être humain. Ce virus s’est répandu assez rapidement et la pandémie à touché toute la planète en quelques jours seulement.

20 ans plus tard (en 2033 donc), la planète a bien changée. Les survivants vivent pour la plupart en zone de quarantaine, barricadées et gardées. Des rebelles eux préfèrent vivre plus librement en dehors de ces zones, mais doivent faire face à des infectés.

C’est ainsi que l’on débute le jeu en incarnant Joël, un homme ayant connu la Terre avant la pandémie, et qui a du s’adapter et apprendre à survivre. Sur sa route, il fera la rencontre d’Ellie, une jeune adolescente qui n’a connue que cette situation de crise. Il va devoir la conduire à l’autre bout du pays, en traversant des zones hostiles.

C’est sur cette relation naissante que va reposer tout le côté émotionnel du jeu, et c’est à cause des situations qui vont nous êtres proposées que le jeu n’a pas été développé pour être joué en coopération, tous les effets liés à l’autonomie d’Ellie auraient disparu.

Voila ce que propose The Last Of Us, diriger Joël et protéger Ellie au travers de chapitres représentant des villes des Etats-Unis qu’ils vont devoir traverser.

Le jeu proposera 4 modes de difficulté : facile, normal, difficile et survivant (ce dernier étant bloqué au début, il faudra certainement finir une première fois le jeu pour le débloquer).

Le jeu est beau, vraiment très beau, même si cette version non finale présente quelques légers bugs. L’ambiance avec la nature ayant repris ses droits sur une civilisation moderne en déclin, avec la faune repoussant sur le béton donne vraiment une ambiance superbe.

L’absence d’électricité (et donc de lumière artificielle) combinée à cela permet des jeux de lumière époustouflants, un énorme travail a été fait par le studio Naughty Dog là-dessus.

Dans les détails qui m’ont surpris également, ce sont les animations des décors. J’ai été surpris en m’approchant d’un bureau pour y ramasser des objets, et en bousculant la chaise de bureau, de la voir reculer et tourner légèrement, exactement comme elle aurait fait dans la vraie vie. J’étais encore habitué à des décors figés ou des interactions basiques, mais là c’était juste bluffant. Ce sont tous ces petits détails qui vont en faire un grand jeu.

A noter aussi une sensation d’espace, de grandeur des décors. On oublie l’effet couloir rencontré la plupart du temps dans les jeux vidéo. Ici, les chemins sont diverses, certains passages peuvent s’aborder de différentes façons, il sera sans doute fréquent de passer à côté de certaines choses en en faisant d’autres. De fait, la rejouabilité du titre devrait être très intéressante.

Côté gameplay, comme on aura naturellement tendance à comparer le titre à Uncharted, on relèvera le fait que les personnages ont des mouvements plus réalistes. Joël est incapable de faire des sauts démesurés entre 2 plate-forme. Il sautera à une distance modérée et tombera lourdement. Joël et Ellie restent tout de même agiles, et pourront grimper et utiliser des objets du décor pour se frayer un passage.

Des objets peuvent être ramassés mais en quantité limitée, il faudra parfois se résigner à reposer une brique pour pouvoir prendre une bouteille. Il sera possible de combiner certains objets (on parle de crafting) pour confectionner des armes par exemple. Les objets pourront avoir une durée de vie courte. En effet, à forcer d’utiliser une batte pour frapper des ennemis, celle-ci finira par se casser.

La rareté des munitions des armes à feu vient ajouter un côté gestion des ressources extrêmement important, il faudra bien fouiller tous les recoins du jeu pour optimiser ses chances de survie.

Il y aura aussi des collectibles à ramasser sous forme de documents.

Il faudra également oublier de rentrer dans le tas et de tirer à vue, les chances de s’en sortir en agissant de la sorte sont extrêmement faibles.

Côté ennemis, on notera des humains qui comme nous tentent de survivre, et des infectés sous des formes et des comportements diverses, dont certains seront à éviter le plus possible : on parle de hunters, de runners et de clickers.

Le jeu est assez violent, tant visuellement que dans certaines actions (dans une telle situation où c’est chacun pour soi, l’homme peut faire preuve d’une certaine cruauté pour survivre), le PEGI 18 est amplement justifié et on appréciera le côté mature et sérieux de la situation, les émotions n’en seront que plus intenses.

La liste de trophées n’était pas disponible, mais étant donné le jeu et la réponse de Christophe Balestra sur le sujet lors de la Master Class, on peut s’attendre à des : terminer le jeu en survivant, tuer x ennemis avec l’arme y.

Je n’ai pas joué beaucoup pour ne pas trop me gâcher la surprise, mais j’ai réussi à être émerveillé et à avoir peur (j’ai sursauté). J’ai beaucoup regardé les autres jouer, mes camarades BattleBenny et jblaster n’ont pas réussi à décrocher des bornes pendant une bonne partie de la soirée, autant vous dire que The Last Of Us promet d’être un excellent jeu.

Il aura fallut 3 ans et demi à Naughty Dog pour développer The Last Of Us, mais leurs efforts devraient être récompensés, le jeu semble très attendu et pour ce que j’en ai vu j’ai hâte de mettre la main sur la version finale !

SUGGESTION

Mots-clés : ,

4 Réponses

  1. p*tain mais moi aussi j’ai hâte !!!! J’espère que la version US arrivera jusqu’à chez moi…

  2. Des « collectifs »…encore je dirais !!! Et le mode « survivant » déblocable uniquement en ayant déjà fini le jeu …voilà ce qui me plait le moins.
    Mais c’est uniquement ça ^^
    J’ai une grosse envie de tester le jeu, l’ambiance risque d’y faire beaucoup (à l’intar du Walking Dead).
    Mais le personnage d’Ellie n’a jamais été évoqué comme jouable ???

    • Vu la difficulté du jeu rien qu’en normal, faire sa première partie en survivant n’aurait sans doute rien de fun, donc je ne vois pas le problème de le débloquer en terminant une première fois le jeu.

      Et non Ellie n’a jamais été évoquée ni même envisagée comme jouable, cela annihilerait toutes les émotions et les effets qui sont en place justement parce que nous ne la contrôlons pas.

      • Ce qui me gave c’est d’avoir un trophée par niveau de difficulté, ce qui t’oblige à refaire au moins une seconde fois le récit (pour le mode survivant, qui aura forcement sont trophée associé) …mais à part ça si le jeu est bon, pourquoi se priver de le refaire ??? ^^ Dans le cas contraire c’est une vrai épine dans le pied.

Laisser un commentaire