Posté le 16 décembre 2013 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] [PS3] Wonderbook – Book Of Potions : Le Livre des Potions

Un an après avoir appris à jeter des sorts en tant qu’apprenti sorcier à l’école de Poudlard avec Book Of Spells, c’est cette fois au tour des potions d’être manipulées pour vos sortilèges.

Merci à PlayStation France pour l’envoi du jeu. A noter qu’il n’existe pas de version jeu seul dans le commerce, vous devrez obligatoirement acheter le jeu avec le livre Wonderbook même si vous le possédez déjà.

A noter également qu’il est important de jouer dans un espace éclairé, avec la caméra PlayStation Eye bien orientée en vue plongeante sur le livre et avec un PlayStation Move fraichement chargé, sous peine de subir des dysfonctionnement pouvant gâcher l’expérience du jeu.

Dernière précision, il s’agit d’un jeu destiné aux jeunes enfants et c’est dans ce sens qu’il a été testé. Si vous êtes un adulte avide de trophées de platine, votre ressenti du jeu sera bien évidemment différent.

Crédits

  • Plateforme : PS3 (support du test)
  • Date de sortie : 15/11/2013
  • Développeur : Sony
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Oui (Score)
  • PEGI : 7
  • Périphériques : Wonderbook, PlayStation Eye, PlayStation Move (tous 3 obligatoires)

Menus & Modes de jeu

Vous êtes toujours élève à l’école de magie de Poudlard, et vous venez de mettre la main sur un curieux livre de sorts écrit par Zygmunt Budge, grand maître des potions.

Grâce à ce livre et aux conseils de l’esprit de Zygmunt toujours présent, vous allez participer à un tournoi international inter écoles de magie.

Voici donc le prétexte pour apprendre à concocter toutes sortes de potions magiques, et l’ensemble tient plutôt la route.

Découpé en 8 chapitres, sur un schéma similaire à l’exception du premier qui sert de tutoriel, le jeu fini par être répétitif si on cherche à le faire d’une seule traite, mais un enfant va-t-il jouer plusieurs heures d’affilée?

On récolte des ingrédients, on les prépare en les découpant, broyant etc, puis on mélange la mixture et on la fait chauffer. Pendant qu’elle mijote, nous avons droit à une histoire sur l’origine de la potion, narrée par Zygmunt Budge lui-même. Une fois terminée, cette potion servira comme par hasard tout à fait à la situation à laquelle nous sommes confronté durant le tournoi.

L’histoire est teintée d’humour, et même à un peu de culture générale lorsque l’on observe des végétaux ou des animaux. Même lorsque cela tient de la créature surnaturelle ou imaginaire, les propos sont cohérents et crédibles.

Une fois l’aventure terminée, il est possible de rejouer les chapitres et même d’accéder directement à certaines étapes d’un chapitre en tournant le livre à la bonne page.

Vous débloquez même un menu « concoctions » dans lequel vous pourrez à loisir combiner les ingrédients que vous aurez récupéré comme bon vous semble afin de créer des potions inédites.

Commandes & Jouabilité

Le principe du jeu repose sur la réalité augmentée. Pour cela, vous aurez besoin d’une caméra PlayStation Eye, d’un livre Wonderbook qui apparaitra dans le jeu comme un livre de magie, et d’un PlayStation Move qui sera matérialisé telle une baguette magique de sorcier.

Ça, c’est pour la base. Mais le gameplay est plus complet et diversifié que pour le Livre des Sorts. En effet, afin de concocter vos potions, vous aurez besoin d’ingrédients. Bien souvent vous devrez observez des végétaux ou des animaux à l’aide d’une loupe (toujours le PlayStation Move représenté comme une loupe à l’écran, comme le reste des outils qui vont être évoqués dans ce test). Vous devrez ensuite les découper finement à l’aide d’un couteau ou les broyer avec un pilon.

Même le micro sera parfois sollicité pour des incantations.

Une fois les ingrédients placés dans un chaudron, vous aurez besoin de mélanger la mixture à l’aide d’une cuillère et de chauffer la potion en soufflant sur les flammes à l’aide d’un soufflet.

Vous aurez même parfois besoin de tourner ou incliner le livre pour voir la scène sous un autre angle.

Dans certaines situation vous serez même amené à réaliser des sorts à l’aide de votre baguette magique (Stupefix, Incendio…), rappelant ainsi certaines leçons apprises avec Le Livre des Sorts.

Book Of Potions est donc beaucoup plus dynamique et varié que Book Of Spells.

Les manipulations sont relativement bien faites et faciles à appréhender.

Cette fois, on a un semblant de challenge sur certaines épreuves que l’on peut retrouver à la fin du jeu dans un mode défi, il est même possible de comparer ces performances avec ses amis.

Il n’y a toujours pas pour autant de notion d’échec, si ce n’est en ne gagnant pas certains ingrédients si on a trop chauffé la potion ou ajouté trop d’ingrédient par exemple, mais il est toujours possible de revenir sur ces échecs en sélectionnant à nouveu le chapitre et la page en question.

Graphisme & Animation

Le rendu du jeu est au moins aussi beau et agréable que Book Of Spells. On est bien dans l’ambiance Harry Potter, les animations sont plutôt bien faites.

On note en revanche des bugs d’affichage comme la disparition visuelle de morceaux d’ingrédients lorsqu’on les coupe trop finement et qui réapparaissent au fur et à mesure qu’on en jette dans le chaudron, ou un manque de réalisme dans l’écoulement des liquides des flacons, aussi bien à la sortie du goulot qu’à l’intérieur.

Il n’y a rien de dramatique, et ça ne perturbera sans doute pas les jeunes apprentis sorciers, mais il est tout de même regrettable de noter ces défauts qu’il n’y avait pas dans le premier opus, et surtout sur un jeu qui ne semble pourtant pas très gourmand en ressources.

Mais le vrai point noir, qui n’est finalement pas imputable au jeu en lui-même, c’est la qualité SD de la caméra. Se voir dans cette résolution casse un peu l’immersion.

Bande son

Comme pour l’ensemble de la série des jeux Wonderbook, les voix narratrices sont vraiment agréables et bien dans le ton.

L’humour est omniprésent, on prend plaisir à écouter les conseils et les histoires et les informations sur les plantes ou les animaux.

Les bruits de découpage, broyage, et « mélangeage » de potions sont tout à fait appropriés.

Durée de vie

Terminer l’ensemble des 8 chapitres devrait bien occuper le jeune joueur 5 à 7 heures de jeu, selon sa capacité à gérer le maniement de la baguette magique et des différents accessoires, et son rythme pour jouer, écouter etc.

A cela, il faut ajouter le fait de rejouer pour récupérer les ingrédients manqués, et surtout le chapitre concoctions qui offre la possibilité de réaliser des potions avec l’ensemble des ingrédients, soit un nombre de possibilité quasi infini puisque l’on peut choisir de 2 à 4 ingrédients, avec pour chaque de 1 à 5 doses.

Et comme souvent, un enfant aura plus de facilité à recommencer un chapitre sans se lasser contrairement à un adulte.

La durée de vie de Book Of Potions est donc plutôt bonne.

Trophées

N’espérez pas cette fois obtenir le platine sans lever le petit doigt. La plupart des trophées ne tomberont pas si vous ne faites pas ce qu’il faut : préparer correctement les potions, observer attentivement les ingrédients, trouver toutes les interactions lors des histoires…

Heureusement, il est possible de recommencer un chapitre à loisir et même directement une page d’un chapitre, et de quitter une fois l’objectif souhaité obtenu.

Il est possible de voir dans le chapitre concoction les ingrédients manquant et surtout où et comment les obtenir.

Le platine n’est pas difficile, mais il demandera tout de même de faire un minimum attention et de ne pas zapper certaines séquences.

Trailer Officiel

Verdict

Book Of Potions reprend les bases posées par Book Of Spells avec un schéma narratif assez similaire, mais propose un gameplay plus étoffé et un concept qui lui garanti un relent d’intérêt et une durée de vie plus importante.

Ce second livre de magie est à posséder si vous avez aimé le premier, et à faire de préférence si vous ne deviez en choisir qu’un.

Les :

  • un gameplay enrichi
  • un mode concoction libre
  • un peu plus de challenge pour les trophées
  • l’humour (y compris dans les noms et descriptions des trophées) et la culture générale

Les :

  • des bugs d’affichage des découpages et des liquides
  • des chapitres répétitifs dans le déroulement
  • pas d’édition du jeu seul

Suggestion

Mots-clés : , ,

Laisser un commentaire