Need For Speed

Posté le 3 septembre 2015 Par Dans Evènements

[Évènement] Gamescom 2015 – Need For Speed

Compte-rendu de mes impressions sur Need For Speed présenté à la Gamescom 2015. Avec la participation de jblaster, testé sur le stand publique Electronic Arts.

Need For Speed est une licence que j’affectionne depuis les premiers épisodes, je me souviens encore de soirées à se tirer la bourre entre potes ou à jouer les flics et les voyous. J’avais un peu abandonné lorsque ça tournait trop vers le tuning et la musique hip hop et boum boum, pour finalement y revenir sur PlayStation 3 et attendre chaque année le nouvel opus. L’idée qu’Electronic Arts fasse un break en n’éditant pas de NFS en 2014, afin de repenser la licence et repartir sur de bonnes bases ne me dérangeait pas bien au contraire, les derniers épisodes commençant à tourner en rond.

Gamescom 2015 Need For Speed

Le Need For Speed nouveau est annoncé comme un reboot qui retourne aux sources, mais visiblement il fait abstraction de toute la période avant les Need For Speed Underground étant donné que les mots d’ordre sont : rouler de nuit, épater la galerie, customiser ses caisses. Déjà à l’annonce, je suis septique. A la Gamescom 2015, il y avait un grand stand dans la zone Electronic Arts, 2 belles voitures de part et d’autre et un longue file d’attente de plus d’1 heure, dans l’après-midi de la première journée réservée à la presse. Comme je n’ai pas pu obtenir de rendez-vous avec EA ni de fast-pass, et que cela risquait d’être pire les jours suivants, nous avons fait la queue jblaster et moi. Cela nous a donné le temps de comprendre que le stand était réparti en plusieurs ilots de 8 pilotes, en compétition pendant une dizaine de minutes, et que seuls les gagnants de chaque ilot repartaient avec l’un des 5 t-shirts estampillés NFS avec l’une des 5 silhouettes correspondant aux pilotes de légendes à qui il faudra faire ses preuves dans le jeu, et qui avaient été fraichement annoncé le matin même dans un communiqué de presse :

  • Icône de la Vitesse – Magnus Walker collectionne et restaure des Porsche 911 classiques. Connu pour la qualité de son pilotage à haute vitesse, vous ne le convaincrez qu’en améliorant votre réputation au terme de séances de conduite palpitantes.
  • Icône du Style – Ken Block est célèbre pour son style et son pilotage agressif qu’il met régulièrement en scène dans sa série-phénomène GYMKHANA sur YouTube. Vous gagnerez sa reconnaissance en maîtrisant l’art de la glissade de précision et en multipliant les sauts et les virages au cordeau.
  • Icône de la Customisation – Nakai-san est le fondateur de RAUH-Welt BEGRIFF (RWB), une société mondialement connue spécialisée dans la préparation et la customisation. Pour l’impressionner, attelez-vous à la création d’une voiture customisée à la perfection.
  • Icône du Crew – Risky Devil est un célèbre crew spécialisé dans le drift.  Ses membres sont les rois du contrôle total et de la conduite à bout touchant. Apprenez à rouler en meute à quelques centimètres les uns des autres pour gagner en précision et former des « trains » qui driftent.
  • Icône des Hors-la-loi – Morohoshi-san se moque de ce qu’on pense de lui et se contente de faire ce qui lui plaît. C’est en soirée qu’on le voit souvent sillonner la ville à bord de sa voiture personnalisée. Pour lui taper dans l’œil, il faudra prendre des risques, en allant provoquer la police puis en échappant à celle-ci.

Pour maximiser nos chances de gagner un t-shirt, nous nous sommes donc placés dans des ilots différents. La démo débute par le choix puis la customisation de la voiture. Premier point appréciable, les voitures proposées ne sont pas tous les derniers modèles de sportives que l’on retrouve dans tous les jeux, mais des voitures plus originales voire inattendues. Mon choix se porte naturellement vers une Ford Mustang. On a ensuite 4 longues minutes pour personnaliser la couleur, les accessoires (qui n’influencent pas les caractéristiques de la voiture, pas même les gros spoilers et autres éléments normalement destinés à modifier l’aérodynamisme) et le style de conduite (glisse, rigidité du volant, pression des pneus etc). On peut également consulter d’autres menus sur les modifications du moteur, des caractéristiques de la voiture, mais tout est verrouillé pour maintenir l’équilibre entre les participants.

Gamescom 2015 Need For Speed

Gamescom 2015 Need For Speed

La session débute ensuite par une course de nuit en ville. J’ai un peu de mal à me mettre dedans et à voir le tracé, je fini même par sortir du circuit en suivant bêtement un autre concurrent visiblement perdu lui aussi, me coûtant quelques précieuses places au classement. La maniabilité est particulière, arcade, je ne négocie pas toujours très bien mes virages mais je parviens tout de même à remonter et finir 3ème. Nous nous retrouvons ensuite en mode libre dans la ville. Je dois faire des points pour terminer 1er, je cherche donc des épreuves sur la carte, et j’essaie de m’y arrêter et de les lancer comme dans les précédents NFS mais ça ne fonctionne pas. Trop de temps perdu, j’essaie de faire du point en obtenant des récompenses pour vitesse maxi et dérapage en faisant bêtement le tour de la ville (la zone n’est pas très grande). Je suis tellement sous pression que je ne fais pas vraiment attention aux graphismes, mais je ne suis ni choqué ni ébahis. C’est assez sombre et les décors de la ville ne semblent pas exceptionnels.

Fin du temps de la session, verdict, je termine second à peu de points. En discutant juste après avec jblaster qui n’a pas réussi à bien se classer, il est parvenu à lancer des épreuves, mais visiblement il faut être placé exactement à un endroit précis. Si j’avais su, j’aurai certainement pu faire plus de points et gagner le t-shirt, que nous ne sommes pas parvenu à négocier.

Gamescom 2015 Need For Speed

Gamescom 2015 Need For Speed

Je me retrouve donc assez embarrassé. J’aime la licence Need For Speed, et quoiqu’il arrive je vais vouloir y jouer. Malgré tout, la réalisation ne me semble pas exceptionnelle (il ne s’agissait pas de la version finale), la conduite non plus, et je ne suis pas spécialement fan de cette accent mis sur la personnalisation des voitures. C’est très bien, mais ça n’est pas ce qui fait un bon jeu, je n’ai pas envie de passer des heures à changer la déco de mon bolide, je veux rouler avec, et le peu que j’ai vu des courses et du mode libre n’est pas extraordinaire, ni franchement innovant. A voir avec l’aspect des 5 styles de pilotages, mais pour le coup jblaster et moi avions mis l’accent dans les réglages sur une conduite plutôt en drift, et nos caisses ne dérapaient pas des masses. J’ai besoin d’en voir plus pour me prononcer vraiment.

Je vous propose à présent de voir mes impressions à chaud sur Need For Speed avec cette vidéo tournée au salon de la Gamescom 2015 le jour même, accompagné de mon ami jblaster qui nous fait également part de ses impressions :

 

Need For Speed sortira le 5 novembre sur Xbox One, PlayStation 4 et PC.

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire