Posté le 18 août 2014 Par Dans Evènements

[Évènement] Gamescom 2014 : PlayStation

De la conférence aux jeux présents sur le salon, PlayStation à la Gamescom 2014 vu par jblaster et moi.

La conférence

Mardi 12 août à 19h, soit la veille de l’ouverture de la Gamescom à la presse, se déroulait une conférence PlayStation.

Fidèles au poste jblaster et moi, nous étions devant l’ordinateur, prêts à en prendre plein les yeux. Les annonces n’ont finalement pas été fofolles mais certaines ont tout de même attiré notre attention.

Si vous l’avez manqué, vous pouvez la visionner ici :

Retrouvez les trailers et nos impressions pour chaque jeu :

Le stand

Le stand PlayStation à cette Gamescom 2014 était vraiment énorme, découpé en plusieurs ilots :

  • Un premier consacré à #Driveclub avec des bornes manette/volant et des vraies voitures pour mettre dans l’ambiance. Dans un coin de l’ilot, un écran géant qui diffusait des trailers, des tweets du public et accueillait des animations.

  • Un second ilot regroupait tout un tas de jeux, dont Singstar, LittleBigPlanet 3 pour les plus imposants, et plus modestement Disney Infinity 2.0, Journey etc.

  • Un troisième ilot était destiné à lui seul à Destiny, avec une zone fermée pour tester le jeu, de quoi accueillir une longue file d’attente et un espace photo pour se faire photographier sur un passereau (voir mon article sur Activision).

  • Un quatrième et dernier ilot comprenait un espacé 18+ contenant The Order 1886, Until Dawn, KillZone Shadow Fall, Bloodborne, Diablo III – Reaper Of Souls… et à côté un camion PlayStation avec des bornes pour essayer FIFA 15, InFamous First Light, Bloodborne, L’Ombre du Mordor, Surgeon Simulator…

Contrairement à un autre salon que je ne citerai pas, l’âge conseillé des jeux étaient respecté à la Gamescom, et en plus du bracelet donné à l’entrée avec une couleur en fonction de notre âge, la carte d’identité était demandé à l’entrée de la zone 18+ et du camion.

Nous avons eu le plaisir, non sans mal pour se trouver, de rencontrer Mad Lily qui anime avec son équipe le PlayStation Forum. Un petit bout de femme qui déborde d’énergie et de passion pour les jeux vidéo. Nous l’avons recroisé le lendemain qui partageait cette même énergie avec des camarades blogueurs de Jeux vu de haut et IamBigMax.

InFamous First Light

La conférence a débuté avec le trailer de First Light, un « stand alone » (comprenez une histoire jouable sans le jeu d’origine, Second Son). Avec un peu d’avance, heureusement pour nous qui préférons ne pas nous spoiler à 2 semaines de la sortie. Convaincu que ce sera un bon DLC, je préfère ne pas me gâcher la surprise.

Au salon, une démo était jouable dans le camion PlayStation, mais rien que d’apercevoir en coin quelques images du début de cette aventure nous a spoilé et nous avons préféré ne pas essayer. Comme ce DLC reprend les bases de Second Son, nous ne sommes pas inquiet sur les graphismes et l’ambiance, seuls l’histoire et le gameplay nous intriguent mais nous voulons découvrir cela en jouant.

Le jeu sortira sur le PlayStation Store le 27 août et une semaine plus tard en version boite. Il disposera d’un trophée platine.

The Order 1886

L’avis de Vavache

Pas intéressé personnellement, jblaster se laisse intriguer par l’ambiance et l’a testé dans la zone 18+ du salon, voici ses impressions :

L’avis de Jblaster

Premier jeu que j’ai eu la chance de tester sur ce salon, The Order 1886 était à son annonce un des titres les plus impressionnants à sortir sur PS4. Techniquement incroyable, on pouvait voir un fossé graphique entre la génération précédente et actuelle. C’est donc avec beaucoup d’excitation que je suis allé mettre les mains sur une manette pour l’appréhender un peu.

Dans The Order 1886, le joueur remonte le temps dans une interprétation du Londres d’une époque victorienne parallèle où le progrès technologique est au cœur d’un combat contre un puissant ennemi pluriséculaire. L’action du jeu se situe environ 40 ans après la Révolution industrielle. Mais dans cette histoire-là, la Révolution industrielle s’explique par une course à l’armement indispensable pour survivre à une guerre qui dure depuis des siècles. Les inventions majeures des esprits les plus brillants de l’époque ont permis à l’homme d’entrevoir la victoire et ce, pour la toute première fois. Dans le jeu, vous incarnez un chevalier, membre d’un ordre ancestral, et vous enchaînez les rencontres et les complots avec des personnages historiques réels qui vous aident à accomplir votre mission. Vous n’êtes pas seulement témoin de cette histoire : vous faites partie de ceux qui la réécrivent à travers des événements cette fois bien réels.

Les premières images du jeu apparaissent, une courte cinématique nous en met déjà plein la vue et ensuite on plonge tout de suite dans l’action et le premier choc vient du faite qu’il n’y a aucune coupure entre la cinématique et le gameplay, la transition est naturelle et la qualité graphique en jeu est la même que lors de la cinématique. Incroyable!!!

La jouabilité est assez classique pour un TPS, peut-être un peu trop. Une des particularités est l’utilisation de la vision noire qui permet de lancer une action au ralenti et la visée se fait alors de façon automatique sur un ennemi et le tuer est beaucoup plus évident. Les déplacements sont assez lourds, l’IA adverse plutôt limitée (c’est souvent le cas dans un version non finie d’un jeu) et les affrontements sont beaucoup plus costauds que je ne l’avais imaginé. Dans cette démo j’avais en ma possession une arme qui tirait des nuages de termites que l’on pouvait embraser par la suite pour tuer les ennemis. Les effets pyrotechniques sont donc très présents et la partie jeu se veut donc moins sérieuse que son histoire. La démo fut très courte, tout juste 5 minutes, et le sentiment de frustration très présent à la fin. Ce sentiment était également dû au fait que durant cette partie, le joueur est vraiment dirigé avec un méchant effet couloir. Très peu de possibilités, et un chemin tout tracé.

Il serait bien mal de juger le jeu entier sur cette démo aussi courte. Mais en tout cas j’attends vraiment d’en savoir plus et de pouvoir le tester plus longtemps pour me donner une réelle opinion. J’ai pris du plaisir à y jouer, j’ai été bluffé par son coté technique. Mais ce jeu ne devra pas se reposer uniquement sur cela. Car autant à son annonce il était le seul à pouvoir prétendre à une telle qualité mais maintenant il n’est plus le seul. Je pense notamment à Batman Arkham Knight qui était également sur ce salon, et dont la qualité graphique est aussi bonne et dont le gameplay déjà largement plébiscité a été encore étoffé!

LittleBigPlanet 3

LBP3 est annoncé sur PS3 et PS4 et introduit 3 nouveaux personnages ayant leur caractéristiques propres.

L’avis de Vavache

Hormis l’escapade karting dont j’avais fait l’impasse, je dévore tous les épisodes de LittleBigPlanet, DLC compris. Ce LBP3 est donc une bonne nouvelle pour moi, d’autant qu’il semble apporter son lot de nouveautés, même si certaines sentent le réchauffé.

Sur le stand, plusieurs bornes étaient à disposition avec 2 niveaux à essayer, l’un avec le chien OddSock, l’autre avec Toggle, le personnage qui peut grandir ou rapetisser.

Dans le premier cas, le chien court, glisse et a la capacité de marcher sur les murs et sauter. Il s’agit en fait du même principe que pour le dernier DLC DC Comic. La vraie nouveauté, c’est que les différents plans du jeu sont plus espacés qu’auparavant, et qu’un plan en profondeur est séparé du premier plan par une distance importante qui nécessite de marcher le long d’un mur.

L’autre personnage apporte vraiment de la fraicheur au gameplay de la licence. Lorsqu’il est Grand et gros, il peut pousser des objets lourds, en faire basculer, marcher au fond de l’eau etc. Lorsqu’il est petit, il passe dans des endroits exigu et marcher sur l’eau !

Rien que dans la démo, cela donne de bonnes énigmes et des passages très dynamiques où il faut alterner les 2 formes assez rapidement.

LBP 3 promet d’être fun et innovant tout en gardant ses bases. La dualshock 4 avec son pavé tactile pourra facilité la création de niveau.

L’avis de Jblaster

La démo présente permettait d’accéder à 2 niveaux différents. Le 1er m’a permis d’utiliser OddSock. Ce personnage a la faculté de se déplacer rapidement à 4 pattes, de faire des glissades et à l’instar de ce que l’on a pu voir dans un DLC de pouvoir effectuer des sauts en s’appuyant sur les murs. Ces particularités même assez simplistes donnent quand même un peu de renouveau et la quête de toutes les bulles du niveau vous font exploiter pleinement ces capacités. Le niveau essayé était particulièrement bien construit et l’on enchaine agréablement le parcours en alternant l’utilisation de ces facultés.

Le second niveau accessible permettait d’utiliser Toggle. Personnage pouvant passé de l’état petit, léger et rapide à l’état grand et lourd. L’utilisation de ce personnage est très intuitive et un véritable plaisir. Les différents obstacles demandent de passer d’un état à l’autre et apportent un petit coté énigme très intéressant. Il en va à se réduire de taille pour passer dans des petits conduits, ou rester au niveau de l’eau à grandir pour couler et marcher au fond de l’eau ou par exemple à être grand pour se faire enfoncer un tremplin puis aussi tôt devenir petit pour être éjecté. J’avoue avoir été agréablement surpris par ce personnage et il m’a vraiment donné envie de posséder ce jeu dès sa sortie.

Parlons maintenant un peu de l’aspect visuel. Le jeu est très très beau, de belles couleurs chatoyantes, des effets visuels très jolis, une modélisation très fine et le tout respectant l’univers LittleBigPlanet bien connu de tous et tant apprécié. Les passages dans l’eau sont aussi réussis, bien retranscrit avec des reflets, l’eau qui se déplacent. En bref on a tout ce que l’on aimait dans les précédents opus mais en beaucoup mieux. On est bien sur très loin d’un rendu photoréaliste mais ce n’est pas ce que l’on recherche avec ce type de jeu…

Pour conclure cette preview, les fans de la licence peuvent être rassurés et pourront se jeter sur ce nouvel opus sans craintes. Surtout que pour les fans de la création les outils encore plus développer leur donneront la possibilité de s’exprimer encore mieux. Prévu pour novembre il devrait être une des valeurs sûres des fêtes de fin d’années!

Bloodborne

Je ne vais pas m’étaler sur cette licence, elle ne me parle pas. Je ne suis pas un grand spécialiste des Beat’em all et celui-ci m’a tout l’air d’être assez élitiste comme un Devil May Cry, et l’ambiance sombre et gore ne m’attire pas.

Il y avait pas mal de queue au stand 18+ et même s’il était plus accessible dans le camion je ne me suis pas arrêté dessus.

The Tomorrow Children

Même si d’une manière générale dans la vie j’essaie d’être objectif, il y a des choses avec lesquelles je ne peux pas. Et The Tomorrow Children, je ne peut pas. Rien que le visuel des personnages au look Pinocchio, c’est pas possible. Et l’environnement, la musique, sans compter qu’avec ce trailer on a du mal à se rendre de ce qu’est vraiment le jeu, je ne suis pas emballé mais pire que ça je n’aime vraiment pas ce qu’on a vu.

The Vanishing Of Ethan Carter

Pas super emballé à première vue, il faudrait que j’en voit plus sur ce jeu pour me forger une opinion plus solide, mais ce trailer ne m’a pas enthousiasmé.

Volume

Par le créateur de Thomas was alone, ce jeu à des faux airs de niveaux d’entrainement de Metal Gear Solid et joue beaucoup sur le principe de ne pas se faire voir par des gardes à la vision limitée. Visuellement assez minimaliste, le concept pourrait être intéressant, à voir si il y a suffisamment de contenu et d’idée pour en faire un bon jeu.

Hollow Point

Un jeu de shoot qui se joue de 1 à 4 joueurs en coopération, sur un plan en 2D mais avec une profondeur de champ et des ennemis aussi bien sur les côtés qu’au fond. Pas du tout ma tasse de thé, c’est peut-être sympa à faire à plusieurs.

Day Z

Alors que j’attends d’en voir plus sur H1Z1, jeu de zombie dans un monde ouvert, on apprend via cette conférence que son homologue PC, Day Z, sortira également sur PlayStation 4.

Le concept m’intrigue et j’espère que le fait d’avoir 2 jeux au concept assez similaire se profiler permettra d’en tirer le meilleur, car pour le moment ce que l’on peut voir de ces 2 titres restent à la fois intéressant et peu impressionnant pour ce qui est de la réalisation.

J’espère être surpris au final.

Hellblade

Par les créateur d’Heavenly Sword, ce trailer n’em montre pas beaucoup sur le jeu en lui-même, difficile de se prononcer pour le moment, même si je pense que ce serait un « petit » jeu, qui trouvera sans doute son public, mais sans pour autant défrayer la chronique.

Rime

Rime est beau et transpire la poésie et la mélancolie, aussi bien visuellement que dans sa musique. Ce trailer donne juste envie de prendre la manette en main et de découvrir cet univers.

Ça sent déjà le bon jeu un poil court mais tellement frais !

Destiny

Je donne mes impression sur le jeu dans cet article. Par contre je rêverai de savoir jouer comme dans ce trailer multijoueur !

Far Cry 4

Jblaster nous donne ses impressions dans l’article consacré au stand Ubisoft.

L’Ombre du Mordor

Nous donnons nos impressions dans l’article consacré au stand Warner.

Metal Gear Solid V: The Phantom Pain

Un trailer qui nous montre l’usage du carton à outrance avec des dessins de soldat ou bien de playmate pour faire diversion, c’est amusant 2 seconde mais j’ai du mal à comprendre ce délire dans un jeu comme MGS. Même si on a toujours eu droit à des éléments loufoque dans cette licence, je trouve que cela va trop loin et nous éloigne beaucoup trop de cette volonté de faire un jeu beau et criant de réalisme visuellement.

Certains crieront au génie, et à ceux-là je leur laisse volontiers découvrir le jeu à sa sortie, pour ma part, déjà de moins en moins emballé par la licence, j’avoue que cette séquence m’a clairement refroidit.

Project P.T.

Annoncé lors de la conférence comme un teaser interactif (P.T. signifie d’ailleurs Playable Teaser) et disponible gratuitement sur le PlayStation Store, jblaster (nous étions chez lui) a aussitôt lancé le téléchargement.

Après manger, nous avons voulu reproduire les conditions du trailer : faire jouer une fille dans le noir et filmer sa réaction. Cela tombait bien, il y avait 3 demoiselles avec nous. Malheureusement, si elles ont accepté de « jouer », j’ai dû ranger la caméra.

Tout commence dans un couloir étroit et crade, l’ambiance est lourde et déjà le stress s’installe.

Dès le premier virage on sent que la maitrise de la manette n’est pas au rendez-vous, je décide donc de prendre les commandes, même si j’avoue avoir un peu les pétoches.

Au fond du couloir, une porte ouverte. En prenant cette dernière, nous arrivons au début du couloir, celui-là même que nous venons de quitter.

S’en suivra une expérience intense, emplie de stress, de peur, de sursauts, de cris de ma part et de mes amis et amies présents dans la pièce.

Sans vous spoiler, sachez que les commandes sont rudimentaires et qu’il y a à chaque « niveau » un truc à faire pour passer au couloir suivant. Malheureusement, il est parfois très compliqué, en tous cas pas évident du tout, de savoir quoi faire. A tel point que nous sommes resté plusieurs heures sur cette démo et que nous avons fini par abandonné pour aller nous couché, malgré l’envie d’en voir le bout.

Ces moments à tourner en rond, chercher en vain le truc qui débloquera la suite, fait malheureusement retomber la tension car l’on sait que tant que l’on a pas franchi cette étape, rien ne va finalement arriver.

Durant l’expérience, j’avoue avoir été soulagé à un moment où j’ai confié la manette à jblaster, mais cette sensation de peur aussi forte soit-elle était assez jouissive au finale.

Mais jamais avant P.T. je n’avais eu cette envie de ne pas avancer dans un jeu, de peur de ce que la suite nous réservait.

Nous apprenions le lendemain qu’il s’agissait finalement d’un trailer pour annoncer le prochain Silent Hills (avec un s pour souligner le fait qu’il y ait plusieurs peurs), orchestré par Hidéo Kojima et Guillermo Del Toro.

Autant dire que le jeu s’annonce vraiment flippant et malsain. Même s’il n’aura pas de lien direct avec cette démo, les idées et l’envie de nous faire mouiller le pantalon de peur est bien là et semble bien engagée.

Si vous n’avez pas encore franchi le pas, téléchargez P.T., mettez vous dans le noir avec un bon casque ou mieux encore un bon home cinéma, et lancez-vous. L’indication « déconseillé aux personnes cardiaques » dans le descriptif n’est pas à prendre à la légère.

PlayStation TV

Après une présentation rapide de la prochaine mise à jour 2.0 de la PS4, qui introduira le SharePlay permettant à un ami de prendre les commandes de son jeu sans le posséder lui-même pendant une durée limitée, la PlayStation TV est annoncée pour l’Europe le 14 novembre au prix de 99€.

C’est un peu dommage de voir arriver un tel produit alors que la PSVit se meure et n’a plus guère de gros titres à proposer. Elle permettra surtout de pouvoir jouer à la PS4 sur un second écran de télévision si le premier est occupé, via le remote play et donc sans devoir déplacer sa console.

Until Dawn

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai une réelle attente pour ce jeu depuis son annonce il y a 2 ans déjà. Depuis nous avions peu d’info et pensions même que le projet avait été abandonné.

Aujourd’hui on apprend que le projet est toujours d’actualité. Le jeu a été repensé et repris de sa base. Désormais il est prévu pour la PS4 et le PSMove semble avoir été mis au placard.

Le concept reste le même : un groupe de jeune part en vacances dans une cabane au fond des bois. Le truc qui sent les ennuis à des kilomètres mais qu’on regarde avec plaisir dans un teenage movie. Et Until Dawn n’y coupe pas, un tueur viendra perturber le séjour de la bande que vous incarnez.

Selon vos actes, vous pourrez finir le jeu sans encombre ou bien au contraire voir tous les personnages mourir.

L’ambiance film pour ado, le tueur qui à un air de plein de tueurs qu’on a aimé détesté au cinéma, tout cela me met l’eau à la bouche. Alors qu’habituellement je commente à voix haute les films d’horreur pour critiquer les actions des personnages, je suis curieux de voir comment je vais réagir à leur place.

C’est en tous cas l’idée que je me fais du jeu.

A la Gamescom, pour essayer Until Dawn, il fallait faire la queue pour accéder à la zone 18+. Même le matin de la journée presse, il y avait pas mal de monde, et surtout il y avait plusieurs jeux à tester pour les plus curieux, aussi j’ai du poireauter 2 heures avant d’accéder enfin à une borne d’Until Dawn. Les autres jeux du stand ne m’intéressaient pas vraiment.

Jblaster avait fini de tester The Order 1886 au moment d’entrer dans l’ilot fermé, et 2 bornes l’une à côté de l’autre étaient disponibles. La minute qui suivait un animateur demandait à jblaster de céder sa place à une autre personne. Le fait de porter tous 2 un t-shirt orange estampillé Vavache.fr ne nous a pas aidé pour le coup. Il a donc dû se contenter de me regarder jouer.

Ce que j’avais l’impression de n’être que quelques minutes plus tard, on nous demandait de quitter la salle pour laisser jouer les suivants. « Quoi? Mais je n’ai pas fini la démo ! ».

Jblaster m’assure que j’ai passé plus de 20minutes dessus, mais j’ai encore cette frustration de ne pas avoir pu tester la séquence en entier.

Avant de jouer à proprement parler, il faut répondre à une série de questions sur la peur et notre ressentie dans les films et les jeux : « Quand un jeu vous fait trop peur, vous arrêtez ou vous continuez? » etc. Il est très probable que les réponses influent sur le déroulement mais il est difficile de savoir jusqu’à quel point. Ou alors c’est simplement pour nous préparer et commencer à nous donner les chocottes.

Visuellement, Until Dawn n’est pas moche, son ambiance malsaine avec des décors à la Saw sont sympa, j’ai en revanche plus de mal avec le visage des acteurs, notamment le personnage féminin que l’on incarne dans la démo. Elle a la peau brillante et le nez bizarrement fait ça manque de réalisme.

Perdu dans un sous sol, accompagné d’un garçon de la bande, je cherche une issue. Le gameplay montre rapidement un point qui j’espère sera corrigé : l’action s’interrompt jusqu’à ce que l’on appuie sur R2. Cette sensation de regarder un film qui se met en pause et que l’on doit relancer, je l’avais ressenti pour Beyond Two Souls et à la longue ça m’avait gonflé. Durant la démo c’est arrivé assez souvent.

Pour le reste, on a un sentiment de liberté dans les mouvements qui se révèle rapidement n’être qu’une illusion. J’étais finalement obligé de faire une certaine action pour débloquer un passage ou une séquence et avancer. Quelques éléments avec lesquels on peut interagir sont optionnels, mais comme un indicateur apparait à l’écran dès que l’on passe à proximité, on est presque obligé de s’en approcher.

Je n’ai donc pas eu de réelle possibilité de choisir mes actions durant les phases de jeu. En revanche, pendant un dialogue, j’ai du faire un choix de réponse. Pas sûr que ce choix ait eu une influence sur l’action du moment, mais très certainement pour la suite. Mais ça, je ne pourrai pas le dire puisque j’ai dû m’arrêter peu de temps après.

Au final, je reste enthousiaste sur cette licence et je crois encore à un jeu comme je l’imagine, mais cette démo a laissé entrevoir des faiblesses (effet couloir, gameplay un peu lourd) qui j’espère ne gâcheront pas tout le potentiel du titre.

En tous cas, sans avoir les mêmes sensations intenses que le P.T. de la veille, j’ai eu un petit sursaut et un début de stress (mais jouer debout avec de la lumière et du monde autour ne se prête pas à une bonne immersion).

#DRIVECLUB

Beaucoup l’attendait pour la sortie de la console, personnellement j’avais moyennement été emballé par la démo à l’Appartement 4.

Finalement repoussé d’un an, même si ça a fait critiquer des joueurs, à en juger par le jeu à l’heure actuelle, ça valait franchement le coup d’attendre.

L’interface est plus light, les animations et les effets météo sont de toute beauté, l’inertie des voitures place le jeu un poil plus du côté de l’arcade mais c’est tout aussi bien.

Par soucis d’un planning chargé je n’ai pas pris les commandes, aussi je vous laisse découvrir l’avis de jblaster.

L’avis de Jblaster

J’avais déjà pu tester ce jeu lors de l’événement Appartement 4 proposé par PlayStation France peu avant la sortie initialement prévue, il s’annonçait plutôt bien. Mais qu’en est-il aujourd’hui après une refonte totale et plusieurs mois passés?

Dans #DRIVECLUB, il s’agit de vous et de vos amis. Il s’agit de travail d’équipe. Il s’agit de se battre pour les autres et de gagner des récompenses tous ensemble ; et plus important encore, de partager le frisson absolu de chaque course.

Le jeu vous connecte avec vos amis de façon permanente, vous permettant de partager constamment vos expériences, d’envoyer et de recevoir des défis et de rester informé des résultats de votre équipe.

Bien ancré dans un siège baquet j’ai donc pris en main ce nouveau #DRIVECLUB. Graphiquement on remarque tout de suite la différence. Les décors sont beaucoup plus détaillés, il y a de beaux effets de particules, les textures sont fines. Bref ces quelques mois passés n’ont pas servis à rien et justifient au final sa réelle entrée dans la next-gen. Mais le plus impressionnant reste la gestion de la météo et des changements diurnes/nocturnes qui sont rendus de façon très convaincante. Lorsqu’il pleut, on peut même apercevoir les auréoles formées lorsque les gouttes de pluie touchent le sol…

Niveau conduite, là aussi cela a légèrement changé. Si les bases sont toujours le même avec un mix entre arcade et simulation, je dirais que dans cette démo la balance c’est un peu plus rapprochée du côté arcade sans pour autant être un jeu où il faut avoir le pied sur l’accélérateur sans jamais utiliser le frein. Cela devrait permettre de pouvoir rapidement se mettre dans le bain et s’amuser entre amis.

Je terminerais cette preview en vous expliquant ce qui pour moi à le plus évolué dans le bon sens, l’interface. Une des choses que je n’avais pas trop apprécié dans la version précédente, c’était sa lourdeur. Beaucoup de choses s’affichait à l’écran concernant les défis en course, avec des couleurs, des images et cela devenait parfois gênant pour la visibilité. Aujourd’hui cela a été vraiment allégé, le strict minimum est affiché, on arrive tout de même à bien lire ce qu’il faut effectuer, le tout est très agréable.

Pour conclure, je pense sincèrement que le fait d’avoir repoussé la date du jeu a vraiment été bénéfique, le jeu proposera une réalisation beaucoup plus soignée et correspondant à ce que l’on est en droit d’attendre d’un jeu PS4. Et je pense même pouvoir me laisser tenter par ce jeu, et créer un club avec des amis histoire de jouer un peu à un jeu de course (un vrai manque sur PS4) de temps à autres sans se prendre la tête.

Tearaway Unfolded

Ayant adoré Tearaway sur PSVita, je ne pouvais que me réjouir de l’annonce d’une version PS4. Comme s’il fallait justifier ce portage, on nous dévoile une bonne partie du gameplay et de l’utilisation de la manette Dualshock 4. Les nouveautés ont l’air plutôt originales, comme d’éclairer une zone de l’écran avec la lumière triangulaire de la manette (ceux qui ont collé un sticker vont perdre en réalisme je pense) ou bien le fait de lancer un objet dans la manette pour le relancer dans le jeu.

Le coup de l’avion en papier sur lequel planer à l’air plutôt sympa également.

Au final, ce Tearaway ne reprendra qu’une partie du jeu original, et plus de la moitié du titre sur PS4 sera inédit.

Il me tarde déjà d’y jouer.

Alienation

Prenez Deadnation, remplacez les zombies par des aliens, vous obtenez Alienation. Mouais, pourquoi pas, à voir.

Visuellement ça pète de partout, mais les mécaniques de base du jeu semblent très semblables à celles de Deadnation.

On apprenait il y a quelques temps que Michel Ancel, le papa de Rayman, se lançait dans un nouveau studio, Wild Sheep. Nous savons à présent qu’il travaille sur un nouveau jeu, Wild.

Difficile de se faire une idée précise de ce qui nous attend dans Wild avec ce trailer, en revanche je suis déjà rebuté et déçu par l’animation des personnages et notamment des animaux. Ça manque cruellement de réalisme et on a l’impression de revenir quelques années en arrière avec un titre indé à petit budget.

Peut-être que le jeu sera très bon, mais la réalisation me semble faible par rapport aux ambitions du projet.

Mots-clés : , , ,

3 Réponses

  1. Merci pour toutes vos chouettes impressions, les gars 🙂

    Même si certains crient que la conférence PS était mauvaise, je dois quand même dire comme vous que certaines annonces/trailers de jeux m’ont fait vraiment plaisir, comme : DRIVECLUB, LBP 3 ou Rime.

    • Je n’ai pas de point de comparaison avec les autres conférences que je n’ai pas vu. J’avoue que cette conférence m’a un peu laissé sur ma faim, j’attendais notamment de voir du Uncharted 4, mais il y avait tout de même quelques bonnes infos/surprises pour moi (Until Dawn, Tearaway Unfolded…) et puis l’essentiel c’était le salon.

      • J’avoue aussi qu’elle était en dessous de mes espérances, mais j’ai pas été particulièrement déçu. C’est vrai que l’absence de Uncharted 4 est étrange, mais comme tu dis : “l’essentiel c’était le salon”, et j’ai vu qu’il t’avais beaucoup plu.

Laisser un commentaire