Posté le 30 mars 2013 Par Dans PlayStation 3, Tests

[Test] [PS3] Dead Or Alive 5

Connu pour ses combattantes à fortes poitrines, Dead Or Alive est une licence de jeu de combat dont les qualités vont au-delà de cela (sans quoi Rumble Roses aurait été un très bon jeu). Ce 5ème épisode est le premier sur cette génération de console. Le retour est-il réussi ?

Crédits

  • Plateforme : PS3 (support du test), XBOX360
  • Date de sortie : 27/09/2012
  • Développeur : Tecmo
  • Editeur : Tecmo
  • Type de jeu : Combat
  • Nb de joueurs : 2
  • Online : Oui
  • PEGI : 16
  • Périphériques : Aucun

Menus & Modes de jeu

Une fois n’est pas coutume pour un jeu de baston, Dead Or Alive 5 propose une vraie histoire scénarisée et assez longue qui fera incarner les différents personnages.

On est donc très loin de la simple série d’une dizaine de combats avec une intro et une conclusion peu compréhensible et différente selon le personnage choisi comme c’est trop souvent le cas.

Sans être le scénario de l’année, ce mode histoire plus complet est très appréciable. Il est aussi l’occasion d’essayer quelques coups au travers d’objectifs.

On retrouve à côté de cela les traditionnels modes versus (solo et duo), arcade (solo et duo), contre-la-montre (solo et duo), survie, chacun dans plusieurs niveaux de difficulté allant de débutant à légende.

Un mode entrainement permet de se familiariser avec les coups et il est même possible d’essayer de les réaliser dans un ordre établi pour chacun des personnages.

Vous pouvez bien évidemment jouer également en ligne en partie classée, non classée et privée. Les options dans le salon sont variées et permettent d’organiser des sessions à plusieurs.

Il est même possible de se faire inviter à jouer en ligne lorsque vous êtes en entrainement ou en arcade.

Vous pouvez réaliser des screenshots ainsi que des enregistrements des ralentis, consulter les statistiques etc.

Hormis le mode histoire innovant, les choix offerts par Dead Or Alive 5 sont on ne peut plus classiques, mais est-ce besoin de révolutionner le genre ?

Commandes & Jouabilité

Les bases sont très simples : une touche pour les coups de poing, une pour les coups de pieds, une autre pour parer/contrer et enfin une dernière pour les chopes.

C’est ensuite au travers de mouvement du stick et de différentes combinaisons des boutons que l’on parvient à exécuter les nombreux coups des personnages (cela peut aller d’environ 80 à 150).

La variété et la difficulté d’exécution de ces coups est assez inégale d’un personnage à l’autre, ayant chacun une discipline propre (catch, boxe, karaté, jujitsu etc). Si pour certains il suffira d’enchainer les touches avec quelques diagonales, pour d’autres il faudra réussir des 360° et enchainer sur d’autres demi-tours, ou bien nécessiteront un timing très précis.

Évidemment ce sont souvent ces coups difficiles à exécuter qui seront les plus efficaces.

La parade a une place très importante dans le jeu, et contrer un coup adverse pourra retourner la situation et l’issue du combat.

Si l’ensemble demandera des compétences certaines pour être maitrisé, un néophyte pourra tout de même s’en sortir contre l’IA avec des techniques de bases ou contre un autre joueur en enchainant un peu les touches au hasard. Surtout en faisant cela, le joueur débutant parviendra à sortir des coups et à avoir des combats plutôt agréables à l’œil. C’est ce qui fait une des forces de cette licence, le jeu est sympathique à regarder et à jouer que l’on soit très bon ou mauvais.

Dans des modes avancés, il sera tout de même frustrant de ne parfois pouvoir rien faire et se faire enchainer de coups sans même toucher le sol, et à l’inverse d’en être réduit à utiliser des techniques de base limite petit joueur pour espérer s’en sortir.

Petit détail, il est possible d’agiter les poitrines des personnages féminins en secouant la manette sixaxis. Complètement inutile et prouvant le côté pervers du jeu, mais le sachant vous allez forcément essayer.

Graphisme & Animation

Ses ainés étaient plutôt jolis à leurs époques, le rendu des personnages, en particulier les féminins, était très appréciés.

Dans ce nouveau volet, les personnages sont plutôt jolis et bien modélisés, les corps des demoiselles sont toujours aussi agréables à reluquer et les poitrines toujours aussi généreuses et rebondissantes.

Là où ça fait mal, c’est au niveau des visages. Alors que le jeu est sensé se dérouler après les précédents, les personnages semblent avoir rajeunis, au point pour certaines d’avoir des têtes d’adolescentes. Ces visages figés ne sont pas très réussis et ce côté enfantin vient contrebalancer l’effet adulte et pervers des tenues et des corps sexy, à la limite de l’écœurement.

L’effet gouttes de sueur et salissure au fur et à mesure que le combat se déroule est un plus sympathique.

Les décors quant à eux sont plutôt simplistes. Pas moches, mais plutôt pauvres en détails, et les animations ne sont pas toujours réussies (le serpent qui danse en fond dans la savane est vraiment ridicule).

Globalement le jeu est joli mais l’ensemble ne convainc pas vraiment. Sans ce côté sexy de la licence qui sauve la mise on serait sans doute encore plus critique.

Bande son

Les voix sont en anglais, rien d’extraordinaire mais très correctes, difficile d’en attendre plus d’un jeu de combat.

Les musiques ne sont pas désagréables mais ne restent pas dans la tête, dans un esprit un peu électro. Les sons dans les menus vont dans ce sens mais sont un peu agressifs et austères.

On ne montrera pas du doigt le jeu pour sa bande son, mais ce ne sera certainement pas un critère d’achat.

Durée de vie

Les différents modes de jeux permettent de s’occuper un bon moment, surtout si vous visez les objectifs en finissant tous les modes et toutes les difficultés. Ajoutez à cela une mode histoire plutôt long et un mode en ligne sans fin, Dead Or Alive 5 a devant lui de longues heures de jeu.

Trophées

Comme souvent pour les jeux de combat, les trophées sont longs et difficiles. Longs car il faudra beaucoup jouer (1000 combats en ligne, finir tous les modes dans toutes les difficultés, en solo et en duo, finir tous les entrainements, 100 combats en versus etc), et difficiles car finir certains modes de jeu en difficulté légende (la survie notamment, 100 combats) seront réservés aux très bons joueurs.

Pour le reste, même les joueurs moyens mais persévérant devraient s’en sortir avec du temps et de la patience.

97% des trophées sont abordables en se donnant les moyens, c’est vraiment le trophée qui demande de terminer tous les parcours de survie qui fera la différence.

Trailer Officiel

Verdict

Dead Or Alive fait un retour mitigé avec cet opus 5. D’un côté on apprécie le retour, le style particulier qui convient aux joueurs lambda comme aux plus exigeants, la touche sexy des personnages qui n’est pas déplaisante. Mais à côté de cela leur faciès juvénile dérange, les décors creux déçoivent et la difficulté de certains challenges peut décourager.

Dead Or Alive 5 est loin d’être mauvais, mais on espérait être moins déçu.

Les :

  • des personnages/tenues sexy
  • son côté accessible au joueur débutant
  • un mode histoire, un vrai
  • le cross-save, cross-play et cross-goods (DLC) avec Dead Or Alive 5+ (PSVita)

Les :

  • les visages « jeunes » des personnages
  • la survie en « légende » extrêmement difficile
  • les décors et leur animation
  • l’ambiance des menus
  • les prix exorbitants des DLC de tenues

Suggestion

Mots-clés : , ,

Laisser un commentaire