Heavy Rain

Posté le 23 mars 2016 Par Dans PlayStation 4

[Test] Heavy Rain PS4

Heavy Rain a incontestablement été un jeu marquant pour la génération PlayStation 3. Il est a présent disponible dans une version remasterisée sur PlayStation 4, en téléchargement ou en version boite dans une édition Collection en duo avec Beyond Two Souls, un autre titre majeur du studio Quantic Dream. Voici mon test d’Heavy Rain dans cette version PS4.

Ce test ne contient pas de spoil.

Heavy Rain

Merci à PlayStation France pour l’envoi du code pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test)
  • Date de sortie : 02/03/2016
  • Développeur : Quantic Dream
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Aventure
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 18
  • Périphériques : PSVita en remote play

Histoire & Mode de jeu

Heavy Rain est clairement un jeu dont on ne doit pas vous révéler trop d’information de l’histoire si vous souhaitez vivre l’expérience de la meilleure façon possible. Disons simplement que le jeu met en scène 4 personnages aux profils et aux passés différents, mais qu’ils gravitent tous les 4 autour d’une sombre histoire de tueur en série qui s’en prend à des enfants en les laissant se noyer lors de fortes pluies (d’où le titre).

Vous allez vivre l’aventure en incarnant tour à tour les différents personnages, au travers d’une histoire forte, poignante, triste et qui vous amènera à faire des choix douloureux et difficiles. Le jeu est adulte, et je pense qu’il faut une certaine maturité pour l’apprécier comme il se doit.

Heavy Rain est découpé en une cinquantaine de chapitres qui pourront avoir des variantes selon les actions que vous entreprendrez. Pas de game over, que vous ayez des personnages qui meurent ou non vous irez jusqu’au bout de l’aventure sans retour à un checkpoint, mais pour une issue pouvant être radicalement différente d’une autre.

Heavy Rain

Il est toujours possible de relancer un chapitre pour faire d’autres choix, en décidant de sauvegarder ou non cette nouvelle session, mais je ne serai que trop vous conseiller si vous n’avez jamais joué à Heavy Rain que de faire le jeu sans jamais relancer un chapitre, en assumant vos choix et vos erreurs. Vous aurez tout le loisir de rejouer des chapitres ensuite pour explorer les différentes possibilités du jeu.

A noter au passage l’ergonomie du menu assez curieuse (il faut aller vers le haut et le bas pour se déplacer dans le menu qui affiche les sous-menu sur la gauche et la droite) et un bug qui vous remet les sous-titres en anglais à chaque fois que vous relancez le jeu, même si vous avez enregistré un autre réglage. Mais le plus embêtant, c’est surtout l’absence du DLC Taxidermiste qui avait été proposé en bonus de précommande puis à l’achat sur la version PlayStation 3. On apprécie en général sur une version remasterisée, à l’instar d’une GOTY (jeu de l’année), d’avoir tout le contenu qui était disponible précédemment. D’autant plus que ce DLC est vraiment intéressant à faire.

Commandes & Jouabilité

Heavy Rain se déroule un peu comme un film interactif. Vous déplacez un personnage, interagissez avec des objets ou engagez des dialogues à choix multiple, et tout cela vous amène à vivre l’histoire, votre histoire, d’une façon qui pourrait être bien différente avec d’autres choix.

Heavy Rain

Au lancement du jeu, vous pourrez choisir la difficulté selon 3 niveaux de connaissances de la manette. Cela ne simplifiera pas spécialement les mouvements à réaliser avec le joystick droit et la gyroscopie de la manette, en revanche pour la difficulté facile (mauvaise connaissance de la manette) il y aura peu de touches différentes qui vous seront demandées.

Les déplacements sont particuliers, il faut maintenir pour marcher et changer de direction avec le stick droit. C’est d’abord la tête qui tourne puis le corps, et parfois avec les changements de caméra vous partez dans une mauvaise direction. Cela agace et casse un peu l’immersion dans certaines situations, mais rien de dramatique.

Heavy Rain

Les interactions sont nombreuses et variées, et bien souvent les mouvements à réaliser sont cohérents avec la réalité. Par exemple pour sortir quelque chose de votre poche, vous devrez effectuer une virgule, alterner des touches pour simuler un mouvement, les maintenir pour simuler une tension etc. Je ne parle pas de QTE car ces mouvements à réaliser et ces touches à appuyer ne doivent pas toujours être faites dans la précipitation. Alors oui lors d’une poursuite, pour passer sous une barre vous devrez appuyer rapidement vers le bas, pour sauter sur une touche, mais lorsque votre personnage n’est pas dans une situation de stress et qu’il n’y a pas de raison de se précipiter, vous avez tout le temps nécessaire pour analyser les mouvements à faire et décider lesquels faire. C’est logique, c’est bien, mais cela vient parfois casser l’immersion, lorsque votre personnage se fige en attendant votre choix.

Pour les dialogues, là encore vous aurez parfois le temps, parfois non, et si vous n’arrivez pas à vous décider le jeu le fera pour vous, pas forcément de la meilleure façon. Le plus difficile parfois n’est pas de prendre sa décision, mais de parvenir à lire la touche correspondant à une réponse car les textes bougent à l’écran et la touche est parfois hors champ.

Heavy Rain

Mais dans l’ensemble, le gameplay est très immersif et original.

Toutes les erreurs n’auront pas le même impact sur la suite du jeu, mais si vous n’êtes pas à l’aise avec les QTE vous risquez fortement de rater certains passages clés.

Graphisme & Animation

Heavy Rain était visuellement plutôt impressionnant à l’époque. Cette version PS4 est une remasterisation, autrement dit une remise à niveau, avec une amélioration des textures qui sont plus fines et plus détaillées. Le squelettage des personnages et la polygonisation des décors est inchangée, ce qui met le jeu, comme la plupart des remastered, à un niveau visuel inférieur aux standards PS4 actuels. C’est joli malgré tout, les visages en gros plan lors des chargements sont toujours aussi bluffants, mais il n’y a pas de doutes sur le fait qu’il s’agisse d’un jeu PS3 ayant subit un lifting. On remarque surtout le travail réalisé sur les personnages mais les environnements manque parfois de détails.

Heavy Rain

Heavy Rain

Heavy Rain

Côté animation, comme j’ai pu l’évoquer dans le chapitre précédent, le fait que les personnages s’arrêtent parfois en plein mouvement pour vous laisser faire votre choix est plutôt bizarre, et le système de déplacement reste particulier et donne parfois l’impression que les personnages ont un balai dans le cul, même si les animations (réalisées en motion capture) sont plutôt bien faites globalement.

Heavy Rain

Un point gênant vient des capacités de la PS3 à l’origine, lors de scènes impliquant de la foule, il y a très peu de diversité dans les personnages, on a l’impression d’être à un rassemblement de jumeaux. C’est d’autant plus flagrant et dérangeant que certains ont des accoutrements très particuliers et qu’il est donc très difficile de faire abstraction du fait qu’on le voit en 5 exemplaires ou plus à l’écran au même moment.

Heavy Rain est un jeu sombre avec un univers adulte assumé, attendez vous à avoir des scènes de nudité et de violence, qui ne sont jamais gratuites et renforcent l’immersion.

Bande son

La bande son d’Heavy Rain est au moins aussi belle que le jeu est bon, autrement dit elle est sublime. Le thème musical illustre parfaitement l’ambiance et les émotions que nous fait traverser le jeu. A jouer avec un bon casque ou un bon Home Cinema.

Heavy Rain

Vous avez la possibilité de choisir la langue et les sous-titres que vous souhaitez, pour une expérience en version originale (pas toujours évident avec un gameplay qui vous impose de lire et répondre rapidement). Le doublage français est de bonne facture, les doubleurs sont impliqués, même si on regrettera des décalages avec les mouvements des lèvres et parfois même l’impression que le personnage parle mais qu’une réplique a été oubliée.

On reconnaitra même quelques voix : Ethan a la voix de Bernard Gabay qui double Robert Downey Jr alias Iron Man, Madison a la voix de Françoise Cadol qui double Angelina Jolie / Lara Croft. Tout ceci n’est pas désagréable, sauf quand une voix double plusieurs personnages comme par exemple José Luccioni (même s’il essaie de les interpréter différemment).

Remote Play (PSVita)

Le jeu sollicite régulièrement les touches / et /, à maintenir ou appuyer rapidement, l’utilisation de la PSVita n’est pas donc idéale et vous risquez de manquer quelques QTE en vous mélangeant les pinceaux, mais vous pouvez toujours tenter l’expérience.

Durée de vie

Comptez une douzaine d’heures pour votre première partie. Ensuite, ce sera selon votre désir d’explorer d’autres possibilités, à votre guise ou en suivant un guide pour éviter de vous éparpiller dans vos choix. Le souci n’est pas tant la durée de vie mais plutôt qu’une fois le jeu commencé vous aurez du mal à vous arrêter (moi je n’ai pas pu la première fois, j’ai fait le jeu d’une traite comme je l’explique dans mon article d’obtention du platine de la version PS3).

Heavy Rain

Trophées

La liste de trophées est identique à la version PS3 (même les icones qui manquent de variété). La plupart sont liés à des actions spécifiques ou des choix, et bien souvent allant par deux en opposition. Avec la sélection de chapitre, rien de bien compliqué si ce n’est de réussir les QTE quand ils sont décisifs.

Mais c’est le trophées demandant de voir les 18 séquences de fin différentes qui va conditionner votre jeu, vous aurez idéalement à faire une partie complète + rejouer des chapitres, parfois le dernier tiers du jeu.
Avec un guide le platine est très accessible.
Je recommande toutefois de faire une première partie sans vous soucier des trophées si vous ne connaissez pas le jeu, et de ne surtout pas les lire car ils spoilent méchamment.

Trailer Officiel

 

Verdict

appre_ciation_5-2
Si je ne devais juger que la remasterisation du jeu, je dirai qu’elle se contente du minimum syndical. Le jeu a été revu à la hausse graphiquement, avec des textures plus fines, une profondeur de champ améliorée, et c’est tout. Les bugs et gros défauts de la version d’origine n’ont pas du tout été traités, et aucun bonus n’est proposé : absence du DLC Taxidermiste, pas de mode photo, rien.

Heureusement, Heavy Rain est un excellent titre, et si le gameplay fait parfois un peu rigide et vieillot, l’histoire est sublime, très prenante, et le concept reste original et rafraichissant. Si vous n’aviez pas eu l’occasion de le faire sur PS3, je ne saurai que trop vous le recommander. Si vous hésitez à le refaire, n’hésitez pas trop non plus. Pour ma part, bien qu’en ayant rejoué de manière dirigiste pour optimiser les trophées, j’ai retrouvé un plaisir et des émotions assez proches de la première fois, et c’est bien là l’essentiel, bien plus que des graphismes.
Je serai tenté de mettre une meilleure appréciation, mais je ne peux pas omettre le travail de remasterisation qui manque de profondeur.

Les :

  • Une histoire captivante
  • Un gameplay immersif
  • De nombreuses possibilités de choix et de fins

Les :

  • Les sous-titres anglais qui reviennent à chaque lancement de partie
  • Une remasterisation incomplète et pas optimisée
  • Les déplacements des personnages
  • Impossible de couper le générique de fin

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , ,

Laisser un commentaire