Posté le 16 septembre 2014 Par Dans PlayStation 4, Tests

[Maj] [Test] The Last Of Us Remastered

Simple portage au profit de l’éditeur ? Réel upgrade au service des fans? Quel intérêt peut avoir cette édition Remastered pour un joueur n’ayant pas le jeu, et pour un joueur ayant déjà la version PS3 ?

En complément de cet article, je vous suggère la lecture des articles suivants :

[Mise à jour du 16/09/2014] : ajout d’une vidéo et d’informations concernant le son.

Merci à PlayStation France pour l’envoi du jeu pour la réalisation de ce test.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test)
  • Date de sortie : 30/07/2014
  • Développeur : Naughty Dog
  • Editeur : Sony
  • Type de jeu : Survival – Action
  • Nb de joueurs : 1 (jusqu’à 8 en ligne)
  • Online : Oui
  • PEGI : 18
  • Périphériques : PlayStation Vita en RemotePlay

Menus & Modes de jeu

Pour l’histoire de The Last Of Us, je vous renvoie à mon précédent test. L’interface quant à elle change un peu de la version de base de The Last Of Us puisqu’elle intègre l’ensemble des DLC et des mises à jour.

En effet, il est possible de choisir les difficultés « Survivant » ou même « Réaliste » dès sa première partie, là où il fallait terminer une première fois le jeu pour le mode Survivant et avoir le DLC pour le mode Réaliste sur PS3.

En accès direct également, le DLC Left Behind qui permet d’incarner Ellie dans des évènements antérieurs à sa rencontre avec Joël. Le mode Réaliste y est disponible.

Le mode Factions (précisé « Multijoueurs » depuis quelques mises à jour sur PS3 également pour éviter que les gens ne cherchent) est évidemment présent, et si l’interface est identique à la version PS3, le système de recherche a été simplifié : on choisit le mode parmi les 3 disponibles (Raid sur les provisions, Survivant ou Interrogation), si on joue dans des parties sans groupes, avec groupe ou en session privée, et c’est partit. Lors de la recherche, on doit voter entre 2 cartes proposées parmi l’ensemble des cartes. Fini les histoires de recherche avec le DLC 1 ou le DLC 2 etc. Tout le monde dans le même panier.

Le système de recherche de partie était censé être beaucoup plus rapide et efficace que sur la version PS3, mais pour l’instant ce n’est pas franchement le cas. La recherche prend parfois du temps, même après une partie et sans qu’un joueur ne quitte le salon. De même que la répartition des joueurs n’est pas toujours équilibrée. Il n’est en effet pas rare de se retrouver avec 3 « noobs » alors qu’en face il y a plusieurs joueurs avec de plus hauts niveaux (en partie sans groupe).

Le mode solo intègre un mode photo (voir paragraphe sur le gameplay).

Commandes & Jouabilité

Pour le principe et les mécanismes du jeu, je vous renvoie une fois encore à mon précédent test, nous nous attarderons ici sur les différences entre les 2 versions.

Par défaut, les touches / et / sont inversées par rapport à la version PS3. La forme des touches / améliore le confort pour les tirs. Il est toutefois possible d’inverser les touches dans le menu, pour ceux qui auraient dû mal à se débarrasser des anciens réflexes. Dommage que la version PS3 ne bénéficie pas d’une mise à jour pour pouvoir inverser les commandes également, car si vous jouez sur les 2 versions en parallèle mais préférez garder les nouvelles commandes sur PS4, vous risquez de vous mélanger les pinceaux.

L’accès au contenu du sac pour crafter ou regarder les collectibles se fait via un appui sur le pavé tactile, le menu pause lui est accessible avec la touche Option.

Un mode photo fait son apparition. Désactivé par défaut, il suffit d’aller dans le menu pause du jeu pour l’activer, puis d’appuyer sur la touche en cours de partie pour passer en mode photo. L’action s’arrête alors instantanément, et vous êtes ainsi libre de bouger la caméra autour des personnages, avec une foultitude d’options pour changer le focus, le flou, l’angle de la prise de vue, les effets (sépia, noir et blanc etc), ajouter un cadre etc. Une fois tous les réglages effectués, vous pouvez prendre un cliché comme habituellement avec la touche Share.

Pour les photographes en herbe, compte tenu de la qualité graphique du jeu et des options de ce mode, il y a vraiment moyen de faire de jolis clichés.

Parlons rapidement du mode Réaliste. Comme son nom l’indique, il se veut réaliste, comprenez par là au plus proche de ce qui se passerait vraiment si nous venions à vivre les faits évoqués dans le jeu. De fait, 2 balles suffiront à vous tuer, ou une seule en pleine tête, de même qu’il vous sera impossible de vous sortir d’un affrontement au corps à corps avec un claqueur ni même un runneur. A l’inverse, des ennemis encore humain mourront plus naturellement également, une flèche bien placée ou quelques balles suffiront. Et tant mieux, parce que des munitions, vous en aurez très peu, de même que vous aurez beau fouiller tous les tiroirs et recoins possibles, vous trouverez difficilement des ressources pour confectionner des armes. Vous n’aurez donc pas le choix dans certaines situations que d’esquiver les affrontements.

Le mode Réaliste pousse plus loin encore que le mode Survivant et impose vraiment de faire attention à tout et d’être très prudent. On se surprendra alors à passer inaperçu dans des zones où l’on pensait dans les autres modes le combats inévitable.

Pas facile mais pas insurmontable non plus, et ce mode est surtout très intéressant et gratifiant à jouer.

Côté multijoueur, les slots pour la personnalisation de profil ont été augmentés, et les profils par défaut sont différents (on regrette de ne plus avoir de profil avec l’arc).

On commence avec plus de points de compétence au départ, mais certains éléments à débloquer (les armes notamment) seront disponibles avec plus de rations que dans la version PS3.

L’équilibrage est plutôt bien pour ne pas commencer trop désavantagé, mais il y a du coup beaucoup d’objectifs irréalisables durant les premières semaines de la première campagne, ce qui peut compliquer la tâche pour aller jusqu’au bout des 12 semaines, même si cela reste très abordable pour un joueur averti.

Graphisme & Animation

C’est le principal atout mis en avant de cette version Remastered : plus beau, en 1080p et 60 images par secondes. Alors oui, The Last Of Us Remastered sur PS4 est plus joli que The Last Of Us sur PS3, mais concrètement, plus beau comment?

Et bien en fait, tout dépend déjà des conditions dans lesquelles vous jouez, et du matériel de visionnage. En effet, si vous jouez sur une télévision HD Ready en 720p à 50Hz, ou bien une télévision 4k à plus de 200Hz avec un système d’optimisation, la différence entre les 2 versions ne sera pas forcément flagrante. Dans le premier cas cité la version Remastered ne sera pas aussi jolie qu’elle ne le devrait, dans le second la version PS3 sera meilleure qu’elle ne l’est vraiment.

Je suis personnellement dans un cas intermédiaire, avec une télévision HD en 200Hz avec un mode spécial qui calcule et ajoute des images pour rendre l’animation plus fluide. Du coup ma vision de The Last Of Us PS3 est meilleure qu’elle ne pourrait l’être chez un autre joueur. Ceci étant, le système de calcul a ses défauts et en multijoueur lors de certaines actions il arrive que ce soit plus pénalisant qu’autre chose, avec un léger flou (contour des personnages et des textes doublé durant quelques dixièmes de seconde).

Le 60fps de la version Remastered améliore efficacement la fluidité de l’image et cela apporte un confort visuel non négligeable en multijoueur notamment. On a beaucoup moins l’impression de se faire toucher par des balles qui passent à côté de nous, de même que viser et toucher là où l’on vise est plus évident.

Pour ce qui est des graphismes, oui indéniablement, The Last Of Us Remastered est plus beau que la version d’origine, et si ça ne semble pas si différent de prime abord, dans les premières minutes de jeu, il suffit de rejouer sur PS3 pour en être convaincu : sur la version Remastered les textures sont plus fines et nettes sur toute la profondeur de champs, là où la beauté que l’on reconnaissait à TLOU est vraie à quelques mètres du personnage seulement, tout le reste du décor étant flou et mal structuré jusqu’à ce que l’on s’en approche. Les couleurs semblent moins pétantes (mais là encore les paramètres de votre télévision y sont pour beaucoup), mais ça flatte la rétine à n’en pas douter.

Bande son

Pas de changement notable sur ce plan-là, ni même sur la correction de bug malheureusement : on a toujours droit à ce fâcheux décalage des dialogues (en VF) à la fin du premier chapitre. Un bug qui date de l’origine du jeu sur PS3, et que Naughty Dog n’a jamais daigné corriger. Même si Christophe Balestra n’aime pas la version française, la moindre des choses sur une version Remastered aurait été de corriger ce bug, certes minime si l’on considère 1 minute de dialogue sur plus de 15 heures de jeu, mais qui est somme toute assez chiant, surtout lorsque l’on joue pour la première fois.

A côté de cela, la B.O. est toujours aussi envoûtante, les sons très réalistes et les dialogues bien interprétés (et quoiqu’en dise M. Balestra, la version française est très correcte).

A noter tout de même que le son de la lampe est mis en scène comme si la lampe, c’était votre manette. Le clic à l’allumage et le bruit des piles quand on secouer vient de la manette (sauf si vous jouez avec le son au casque) et l’effet est plutôt réussi et immersif.

Remote Play

L’écran tactile de la PSVita remplace le pavé tactile de la Dualshock 4, le pavé tactile arrière les touches /, et les coins bas droite et gauche de l’écran les touches et heureusement dispensables sur ce jeu.

Dans la configuration par défaut, ce n’est pas super pour viser et tirer, mais comme il est possible d’inverser les commandes pour / et /, on se retrouve avec une prise en main proche de celle de la manette. La sensibilité de la visée avec le stick gauche est pas mal.

Au final, jouer à The Last Of Us Remastered en remote play sur sa PSVita est quelque chose de tout à fait envisageable, y compris pour le mode multijoueur, même si la précision et la réaction (pour courir par exemple) est moins bonne. Le léger manque de précision sera certainement à l’origine de quelques loupés, mais contrairement à d’autres jeux où c’est clairement injouable ou très handicapant, c’est une option viable sur TLOUR.

Pour exemple voici une vidéo d’une partie multijoueur que j’ai effectué en remote play (avec profil soigneur) :

Durée de vie

Le jeu est identique, la durée de vie pour terminer sa première partie si vous ne connaissez pas le jeu sera donc la même.

La différence se fera sans doute plus pour les joueurs connaissant déjà le jeu et de la présence des DLC que le joueur PS3 n’a pas forcément.

Comptez plus de 60 heures pour obtenir 100% des trophées.

Trophées

La liste est identique à celle sur PS3, et distingue toujours les DLC. La seule différence notable vient des objectifs des trophées des DLC multi qui ont été (grandement) simplifiés.

En effet, sur PS3, il faut réussir 3 exécutions ou mises à terre et ne pas mourir de la partie, ce qui n’est pas une mince affaire si vous jouez seul. Sur PS4, ce ne sont plus 3 mais 5 exécutions ou mises à terre à réaliser, mais vous avez le droit de mourir. Sachant que si vous mettez à terre et exécutez un même joueur, cela vous compte 2 objectifs. Autant dire que ces trophées sont devenus une formalité. La difficulté tient plus de pouvoir jouer sur les bonnes cartes, certaines étant très rarement proposées.

Pour le reste, tout est question de choix et d’organisation. Pour les plus fainéants, ou les moins habiles, ou les optimisateurs (choisissez le terme qui vous correspond le mieux), sachez qu’il est possible de faire tous les trophées solo en 2 à 2,5 parties seulement en utilisant le glitch pour jouer en nouvelle partie + dans la difficulté de votre choix, et en définissant les objectifs selon vos envies :

  • Possibilité n°1 : joueur n’ayant pas joué à TLOU – 3 à 3,5 parties
    • 1ère partie dans la difficulté de votre choix en jouant comme vous avez envie.
    • 2ème partie en facile + (ou plus difficile, mais évitez réaliste à cause du manque de ressources). Récupérez tous les collectibles, faites toutes les conversations, les blagues, ouvrez toutes les portes au surin (s’aider d’un guide si besoin), et récupérez toutes les pilules et les matériaux que vous pouvez.
    • 3ème partie en réaliste + : récupérez un maximum de pilules et de matériaux, améliorez les dernières armes en priorité, ouvrez les portes au surin si vous le pouvez.
    • (optionnel s’il vous manque des matériaux) 4ème partie (normalement pas plus que la moitié) en facile + en allant rapidement jusqu’à l’arme qu’il vous faut améliorer avec les matériaux nécessaires.
  • Possibilité n°2 : joueur habitué – 2 à 2,5 parties
    • 1ère partie dans la difficulté de votre choix (évitez survivant et réaliste à cause du manque de ressources) : récupérez tous les collectibles, faites toutes les conversations, les blagues, ouvrez toutes les portes au surin (s’aider d’un guide si besoin), et récupérez toutes les pilules et les matériaux que vous pouvez. N’améliorez pas le mode écoute, et améliorez les dernières armes en priorité.
    • 2ème partie en réaliste + : récupérez un maximum de pilules et de matériaux, améliorez les dernières armes en priorité, ouvrez les portes au surin si vous le pouvez.
    • (optionnel s’il vous manque des matériaux) 3ème partie (normalement pas plus que la moitié) en facile + en allant rapidement jusqu’à l’arme qu’il vous faut améliorer avec les matériaux nécessaires.
  • Possibilité n°3 : joueur qui a des difficultés avec la difficulté réaliste – 3 parties
    • 1ère partie dans la difficulté de votre choix (évitez survivant et réaliste à cause du manque de ressources) : récupérez tous les collectibles, faites toutes les conversations, les blagues, ouvrez toutes les portes au surin (s’aider d’un guide si besoin), et récupérez toutes les pilules et les matériaux que vous pouvez. N’améliorez pas le mode écoute, et améliorez les dernières armes en priorité.
    • 2ème partie en facile +. Récupérez un maximum de pilules et de matériaux, améliorez toutes les armes, ouvrez les portes au surin. Essayez de ne pas gaspiller les munitions pour finir les chapitre en en ayant le maximum.
    • 3ème partie en réaliste + par chapitre en commençant par l’avant-dernier et en remontant jusqu’au premier, de manière à commencer chaque chapitre avec l’équipement maximum récolté lors de la partie facile +. Terminer avec le dernier chapitre.

Trailer Officiel

Verdict

The Last Of Us est et reste un excellent jeu, avec une histoire forte en émotion, bien construite et qui s’aborde de façon différente selon le mode de jeu choisi. Le mode multijoueur est riche en contenu, bénéficie d’un suivi régulier avec correctifs et ajout de contenu, mais surtout un système qui pousse au jeu en équipe et qui est abordable même pour les joueurs peu habitués au multijoueur en général. Son déroulement le rend accessible et non frustrant même lorsque l’on perd.

Tout ça, c’est valable aussi bien pour la version originale que la version Remastered.

Alors est-ce que l’achat de The Last Of Us Remastered est justifié ? Pour tout joueur qui ne possède pas le jeu sur PS3, sans aucun doute. Pour les autres, tout dépend de ce que vous attendez. L’achat peut se justifier si vous jouez de manière régulière au multijoueur, ou simplement si vous avez vraiment envie de rejouer à ce jeu.

Mais au final, ce n’est pas parce que la version Remastered est plus jolie que l’on veut y rejouer, mais simplement parce que The Last Of Us est très bon.

Les :

  • Plus beau et plus fluide
  • Tout le contenu des DLC inclus
  • Le mode photo très complet

Les :

  • Des bugs qui n’ont pas été corrigés
  • Des trophées multijoueur devenus beaucoup trop simples
  • La recherche de partie en ligne longue et mal équilibrée (un défaut présent sur tous les jeux Naughty Dog)

SUGGESTION

Mots-clés : , ,

1 Réponse

  1. Un chef d’œuvre!

Laisser un commentaire