Posté le 28 septembre 2012 Par Dans 100%

Platine n°20 : Split Second

Split Second fût pour moi une excellente découverte, un jeu qui m’a vraiment réconcilié avec les jeux de courses arcade et l’aspect multijoueur en ligne sur ce type de jeu.

Disney avait commencé à teaser sur ce jeu plus d’un an avant sa sortie avec une vidéo lâchée sur le PlayStation Store montrant des bolides se taper la bourre en pleine ville mais surtout devant faire face à des évènements plutôt inédits dans des jeux de courses de voitures : un décor interactif, des

explosions, des éboulements etc, le tout contrôlé par le joueur et les adversaires.

Autant dire que ça donnait envie et que je surveillais de près la sortie de ce jeu.

Une démo a été mise à disposition et m’avait quelque peu refroidie, avec une voiture poussive qui cassait le dynamisme vendu au départ.

Mais j’étais tout de même désireux de tester le jeu dans sa version finale et j’ai bien fait.

Présenté sous forme d’émission télévisée en épisodes et en saisons, vous devez donc participer à des courses et des survies. Pour gagner, vous devez finir en tête. Pour vous y aider, vous devez éliminer les adversaires en déclenchant des explosions, en activant des grues etc, jusqu’à changer carrément le tracé du circuit. Il faut dans le même temps éviter les actions des adversaires qui tenteront de vous gêner également.

Lors des phases de survie, vous devez éviter les missiles envoyés par un hélicoptère ou bien les bidons explosifs lâchés de l’arrière d’un camion.

De l’action pure dans un jeu de course, une animation très bien fichue, le seul truc qui peut vraiment gêner est le fait que les voitures soient des modèles fictifs. Mais c’est vraiment pour chipoter, car les modèles proposés ont de la gueule, et à bien y réfléchir, je préfère des voitures imaginaires dans un monde réaliste avec des évènements crédibles, que des voitures réelles dans un contexte totalement improbable (et là je fais référence à Blur qui est sorti en même temps, sorte de Mario-kart like avec des vraies voitures mais des armes fictives : inconcevable pour moi).

Ayant repéré dans la liste des trophées en ligne, notamment un trophée évoquant le fait d’être le n°1 en ligne, et un autre qui consistait à battre un des développeur ou un joueur ayant battu un des développeurs, j’étais assez inquiet quant à obtenir le platine, et je me suis donc attelé au mode

multijoueur dès le premier jour de la sortie, après avoir complété la saison 1 en étant 1 er partout.

Je me suis retrouvé face à des joueurs ayant des voitures plus puissantes que moi, sans doute parce qu’ils avaient eu le jeu en avance ou qu’ils avaient investi dans le DLC qui débloquait tous les éléments du jeu, mais cela n’a pas été un handicap au final puisque je maitrisais plutôt bien mon

véhicule, très maniable, tandis qu’eux semblaient moins à l’aise avec leur engin.

De plus le jeu est fait de telle sorte que les retardataires ont tendance à aller plus vite que les pilotes en tête, afin d’équilibrer le niveau.

Les parties en ligne sont bien différentes des parties en solo, les adversaires humains sont beaucoup plus offensifs, et le pilotage fait place à la stratégie et à l’adresse. Savoir quand lancer une attaque et

où s’apprêter à en esquiver était essentiel pour terminer sur le podium.

Finalement, je finissais généralement dans le trio de tête et le système de classement m’avait rassuré quant à l’objectif de devenir n°1 : tout le monde commence en tant que n°99, et c’est à l’issue de chaque course, selon sa position, que l’on gagne ou perd plus ou moins de places.

En jouant dans les premiers et en me classant bien à chaque course j’ai pu obtenir rapidement ce trophée ainsi que le trophée « viral ». Battre des joueurs classés 10 ou moins s’est fait très facilement aussi.

Par la suite j’ai donc pu aider plusieurs membres du PlayStation Forum sur ces trophées en organisant des events.

En parallèle, j’ai poursuivi ma progression dans le mode solo, avec comme à mon habitude le principe de ne passer à une course suivante que lorsque j’avais accompli les objectifs de celle en cours (on ne se refait pas).

Si c’était facile au début, ça s’est compliqué par la suite, lorsque je prenais les commandes de voitures plus puissantes.

Ce n’est que plus tard, lorsque j’ai rédigé un guide des trophées et en discutant avec un ami que j’ai réalisé qu’il était plus facile de progresser dans le jeu en gardant des voitures de première catégorie, le niveau des adversaires s’adaptant plus ou moins au nôtre.

Mais ce n’est pas bien grave, le challenge était intéressant.

Une fois le mode solo complété à 100%, je me suis attaqué aux trophées restant, en gardant les 2 meilleurs pour la fin, ou plutôt les 2 pires : 2 contre-la-montre dans un mode de jeu avec des explosions scriptées.

Pour le premier chrono que j’ai tenté, malgré un pilotage frôlant la perfection j’étais à plus de 5 secondes du temps témoin à battre. J’ai donc regardé des vidéos sur internet et j’ai découvert un passage au travers d’un immeuble dont j’ignorais l’existence. Comme quoi même en pensant en

avoir fait le tour le jeu réservait encore des surprises.

Le second chrono est sans doute le trophée sur lequel j’aurai passé le plus de temps, et ceux qui connaissent le jeu et qui ont le trophée vont certainement rigoler.

En effet, au volant du bolide le plus puissant, j’ai essayé de battre le chrono pendant plusieurs heures d’affilée. Imaginez, une course d’1min18, en une dizaine d’heures, le nombre de fois que j’ai recommencé, sachant que je n’attendais pas toujours d’arriver à la fin pour savoir que j’étais dans les choux.

Imaginez le self-control que cela m’a demandé. En fait, ce qui me fait défaut dans ce genre de situation, c’est qu’il y a toujours un moment où je craque, ou je fais une petite erreur fatale. Ce qui fait ma force en revanche, c’est ma ténacité, ma capacité à pouvoir recommencer x fois une action

jusqu’à la réussir.

Mais force fût de reconnaitre après plusieurs heures que je n’y arriverai pas de cette façon. En effet cette voiture demandait un pilotage parfait, je n’en étais pas capable. En cherchant sur internet, j’ai trouvé une vidéo du trophée réalisé avec une autre voiture. Les vidéos ne courraient pas les rues, le jeu n’était disponible que depuis quelques jours.

Avec cette autre voiture, le pilotage était beaucoup moins propre, il fallait même à certains moment taper volontairement un rebord pour passer plus efficacement.

J’ai donc essayé cette autre méthode pendant un moment, en vain. Cela ne me convenait toujours pas, j’étais pourtant à quelques dixièmes du temps maudit.

J’ai fureté une nouvelle fois sur la toile et j’ai vu une vidéo avec encore une autre voiture, et un pilotage à mi-chemin entre l’as et le bourrin.

J’ai donc tenté le coup, et au 3ème essai j’ai pété un chrono de plusieurs secondes en-dessous du temps imparti. Alléluia ! La voiture était pourtant bien moins performante sur le papier, comme quoi dans ce jeu c’était surtout une question de feeling et de technique de pilotage. Le plus dur était de trouver voiture à son pied.

Perfectionniste : Remis aux joueurs qui ont gagné tous les autres trophées. (25/05/2010)

J’ai pas mal squatté le mode multijoueur après mon platine, et j’ai prolongé encore un peu le plaisir avec un DLC proposant un circuit inédit ainsi qu’un mode de jeu inédit, et j’attendais franchement une suite à cet excellent jeu, malheureusement le projet a été abandonné.

Je ne sais pas si les serveurs sont encore fréquentés et donc si le platine est toujours réalisable, mais si vous ne l’avez pas essayé je vous recommande vivement ce jeu.

D’ailleurs le simple fait d’en reparler me donne envie d’y rejouer.

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , ,

2 Réponses

  1. Intéressant test.

    Je n’ai pas trop adhéré à ce titre, sans doute à cause du système qui empêche d’avoir une avance confortable dans le solo du titre (enfin c’est l’impression que m’a laissé le jeu). Pourtant sur le papier, la présentation du titre m’avait plutôt intéressé, j’avais notamment été intrigué par les éléments destructibles pour ralentir ses adversaires.

    • Ce principe, que l’on retrouve aussi dans les Need for Speed et bien d’autres jeux, est à double tranchant. On peut effectivement perdre en se loupant dans le dernier virage d’une course qu’on a pourtant dominé, mais inversement en cas d’erreur on a nos chances de remonter.

      Personnellement je préfère ça à un GT5 ou tu te fais chier des kilomètres devant (je sais, c’est un mauvais exemple, GT5 est une simulation blabla).

      Et je t’assure que dans le cas de Split Second cela rendait le multi très dynamique et fun.

Laisser un commentaire