Table Top Racing World Tour

Posté le 16 mai 2016 Par Dans 100%, PlayStation 4

[Test] [Complétion] Platine n°113 : Table Top Racing: World Tour

Je vais vous raconter comment j’ai obtenu le platine de Table Top Racing: World Tour, un jeu sympathique disponible gratuitement ce mois-ci aux abonnés au PlayStation Plus. Et comme il est accessible, je n’ai pas jugé utile de rédiger un test complet, mais je vais essayer de présenter cet article à la fois comme un test et un guide pour vous aider à décider de vous lancer dans le jeu et pourquoi pas le platine.

Si vous souhaitez que je vous propose un test complet comme habituellement, faites-moi la demande et j’aviserais.

Platine Table Top Racing World Tour

J’avais acheté en promotion Table Top Racing sur PSVita il y a plusieurs mois de cela car je n’avais pas touché à ma console portable depuis un moment, mais j’avais entendu parler d’un glitch bloquant certains trophées et j’avais donc mis le jeu de côté. Il a été patché depuis mais je n’ai pas ressorti pour autant la console, pourtant j’étais persuadé que ce jeu me plairait.

A l’annonce de la version PS4 offerte via l’abonnement PSPlus j’étais plutôt content. C’est extrêmement rare que je profite de cette offre de jeux gratuits, la plupart du temps les jeux proposés ne m’intéressent pas, ou bien je les ai déjà. Attention, je ne me plains pas du service, c’est juste un constat, à la base je me suis abonné uniquement pour pouvoir jouer en ligne. Bref, j’ai téléchargé TTR et je me suis lancé dessus après que Camus m’ait proposé de faire les 20 victoires en ligne en partie privée pour le trophée Invincible.

Table Top Racing: World Tour est un jeu de course de voitures, mais qui se déroule avec des voitures miniatures dans des environnements comme un atelier automobile, une chambre d’enfant, une table de pique-nique ou encore un restaurant japonais. Les circuits sont délimités par des objets en accord avec le thème : bouteilles, assiettes, pistons, livres etc. Il y a même des obstacles sur la piste, des raccourcis et des éléments à détruire pour créer d’autres raccourcis.

Il n’y a que 4 environnements différents, mais chacun voit son circuit décliné en 4 versions différentes. Cela reste peu et l’on a vite l’impression de rouler toujours sur les mêmes circuits.

Côté épreuves, cela va de la course au contre-la-montre en passant par un mode élimination (le dernier à chaque tour est éliminé jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un), poursuite et du drift. Les courses peuvent être des courses pures ou des courses avec des armes à ramasser sur la route : missile, flaque d’huile, bombe, turbo etc., et avec ou sans l’utilisation de roues spéciales (qui permettent de gagner de l’argent, de drifter, de crever les pneus des adversaires, de faire des bonds ou de neutraliser les armes).

Côté voitures, il y a 3 catégories : classique, course de rue et puissante. Dans chaque catégorie il y a 4 voitures, toutes inspirées de modèles réels. Elle ont un look kawai qui n’est pas sans rappeler nos Micromachines d’antan. Avec de l’argent gagné pendant les courses vous pouvez améliorer les caractéristiques (vitesse, accélération, maniement, solidité), changer les pneus et la déco. Si les classiques sont plutôt poussives, elles ont le mérite de mettre doucement dans le bain, le temps de comprendre les mécaniques du jeu et les subtilités du gameplay. Mais on commence à apprécier le pilotage réellement à partir des modèles course de rue.

On aura vite fait de comparer le jeu à un Mario Kart, mais je ne suis pas totalement d’accord, car la conduite et le fonctionnement des armes est tout de même bien différent. Il n’y a d’ailleurs pas possibilité de réaliser des dérapages avec turbo comme dans la plupart des Mario Kart like, et si vous partez en course avec les pneus drift vous pouvez oublier la victoire. Non, j’aurais plutôt tendance à comparer Table Top Racing à Micromachine Military, le principe des mini voitures dans notre monde réel et le système d’armes assez basiques en étant très inspirés. L’action ne se déroule en revanche pas en 3D isométrique mais en vue à la troisième personne, derrière la voiture.

Les bases étant posées, voyons comment j’ai procédé pour les trophées. J’ai lancé le premier championnat classique (il y a 2 championnats par catégorie), avec la première voiture (clone d’une Coccinelle). Jusque là de toutes façons vous n’avez pas le choix. En terminant la première course en tête, j’ai immédiatement investi dans des améliorations (vitesse et accélération en priorité), et j’ai ainsi pu gagner les épreuves suivantes et aller jusqu’à améliorer complètement ma première voiture, débloquant ainsi Rite de passage et Amateur de tuning ?. A partir de là j’ai économisé l’argent des courses et des premières pièces cachées, pour pouvoir m’acheter la dernière voiture de la catégorie et l’améliorer à fond directement. Les pièces cachées sont des collectibles. Au début, on a l’impression qu’elles sont inaccessibles, ou en tous cas qu’on ne peut pas les avoir tout en jouant l’épreuve normalement, et si elles nous aident à découvrir des raccourcis, bien souvent il n’a de raccourci que le nom, car on a plutôt tendance à y perdre du temps. J’ai rapidement réalisé que ces pièces sont communes à un environnement et pas seulement une épreuve ou un circuit, et qu’il faudrait avoir la patience d’être sur le bon tracé avec le bon équipement pour toutes les ramasser. Mais les ramasser chaque fois que cela est possible permet de bien remplir sa cagnotte.

J’ai enchainé les victoires et terminé mon premier championnat (Bien joué !). A ce stade le jeu n’est pas très compliqué si on est familier avec la conduite et que l’on arrive à se placer premier dès le début de la course. Si on est à la traine dès le départ, c’est plus compliqué.

Bien pris dans le jeu, certes répétitif mais aussi addictif, j’ai enchainé avec le second championnat et là encore j’ai accumulé les 1ère place sans trop de difficulté. J’ai commencé à acheter des roues (Jolies jantes), notamment les boing pour effectuer des sauts et tenter de récupérer des pièces cachées. J’ai aussi acheté et équipé les roues centurion et j’ai relancé la toute première course du jeu en prenant soin de frôler chaque concurrent au moment de les doubler pour crever leurs pneus et débloquer Je suis Spartacus ! Sachez si vous avez du mal à obtenir ce trophée que vous pouvez très bien le réaliser sur une épreuve de poursuite avec un seul adversaire, en prenant soin de le percuter non pas par derrière mais sur un flanc.

Dans ma lancée j’ai terminé en tête le second championnat et débloqué La puissance du classique ! J’ai poursuivi avec les épreuves spéciales que j’avais débloqué pour cette catégorie classique. Il s’agit d’épreuves comme durant le championnat, mais avec une voiture et un équipement imposés. J’ai complété mes achats en classique pour obtenir Nostalgie !, Musée automobile et Collection de roue. Rien d’insurmontable dans ces épreuves spéciales jusqu’à l’épreuve de drift en camping car. Impossible ne serait-ce que d’atteindre le score de bronze même après plusieurs tentatives. En regardant sur internet j’ai découvert l’astuce qui consiste à trouver une zone de la piste assez large pour tourner en rond et ainsi faire des scores de drift très élevés, d’autant que tant que le drift n’est pas interrompu vous pouvez continuer, même si le temps restant est à zéro. Ouf, je ne serais pas bloqué bêtement dans ma chasse aux trophées par une épreuve, mais je trouve un peu idiot de devoir utiliser une telle méthode pour réussir une épreuve du jeu (je n’ai vu personne réussir l’épreuve à la loyale).

J’avais plié 1/3 du jeu en une session et j’étais plutôt emballé. Le lendemain j’ai poursuivi avec la catégorie course de rue, en achetant directement la quatrième voiture et toutes ses améliorations, et j’ai eu au passage Rapide et… . Là encore pas de grosse difficulté à obtenir l’or dans toutes les épreuves, sauf parfois des courses si j’avais moins de chance sur les armes ou si les adversaires me mettaient dans le décor, car les collisions sont très punitives et les adversaires plutôt agressifs en général. Mais à moins d’être vraiment à la ramasse dès le premier tour je poursuivais toujours les épreuves pour emmagasiner de l’argent et si possible récupérer de nouvelles pièces cachées.

Dans la même veine que ma première session, j’ai bouclé toute la catégorie course de rue lors de ma seconde session : Furieux, Pied au plancher !, Président du club. Pour les épreuves de drift j’ai procédé comme avec le camping car en faisant des boucles, sauf pour l’épreuve dans le restaurant de sushi que j’ai pu faire à la loyale en enchainant les tours sans jamais arrêter mon drift. La piste étant étroite j’ai trouvé plus facile de faire comme ça que de tourner en boucle.

Dans le week-end j’ai attaqué les courses en ligne avec Camus, pour débloquer Ce qui compte, c’est de participer, Victoire ! et dans le but d’obtenir Invincible après 20 victoires chacun. Nous avons choisi un circuit rapide (Chop Chop A 3 tours) mais nous n’avions pas encore la catégorie la plus rapide. Nous en avons profité pour obtenir FEU ! : il faut utiliser l’arme électrique au moment où un missile nous arrive dessus pour se protéger. C’est évidemment plus facile à faire en étant juste 2 avec un micro et en se positionnant bien, mais sachez que j’ai pu réussir à le faire par la suite durant des courses solo.

A ce moment-là de ma progression je pensais encore à profiter de jouer en partie privée pour récupérer les pièces cachées restantes, mais finalement j’ai pu les obtenir par la suite lors d’épreuves dont les conditions s’y prêtaient bien. Au pire je relançais une épreuve après ma victoire pour obtenir les pièces et débloquer Âge de bronze, Cuillère en argent et Trésor doré. Si vous avez du mal pour certaines pièces, faites-les en multi en partie privée. Vous pouvez voir les emplacements sur le guide de psn profiles.

Lors de ma troisième session solo j’ai attaqué la catégorie voitures puissantes (Privilégié), mais il y a plus d’épreuves et les choses ont commencé à se compliquer, je n’ai pas pu tout faire en une fois. J’ai même complètement bloqué sur une épreuve d’élimination dans le premier championnat, où j’avais beau faire mon maximum, je finissais deuxième et le 1er avait un bon demi tour d’avance. Je me suis arrêté là. La fois suivante j’ai repris et je commençais à nouveau à bloquer sur cette épreuve. J’ai alors sorti ma manette crystal neuve et oh miracle j’ai fini 1er, et j’ai pu poursuivre les épreuves que j’ai trouvé plus faciles. Je n’ose même pas imaginer si j’avais utilisé cette manette en bon état dès le début du jeu. J’ai pu achever de récupérer les trophées liés à cette catégorie : Collectionneur, Dominateur !, Toujours croire en soi, Triomphe de puissance !, Pro du tuning !. Certains joueurs ont un glitch en terminant le dernier championnat et ne débloquent pas Roi Midas même si ils ont bien l’or à toutes les épreuves du jeu. Dans ce cas là il faut simplement rejouer une épreuve, n’importe laquelle, et le trophée doit se débloquer à l’issue de cette dernière. De mon côté je n’ai pas eu ce souci. Si vous avez du mal à obtenir l’or dans certaines épreuves des 2 premières catégories, sachez qu’une fois un championnat débloqué vous avez la possibilité d’y rejouer avec n’importe quelle voiture d’une autre catégorie. Il est alors envisageable de jouer avec une voiture puissante les toutes premières courses du jeu. Mais très franchement je n’ai pas eu besoin de cela et si vous avez du mal à gagner les premières épreuves, vous aurez du mal sur les dernières quoiqu’il arrive.

Il ne m’a resté ensuite plus qu’à poursuivre les épreuves en ligne avec Camus afin d’obtenir les 2 trophées qu’il me manquait dont le platine :

Platine Table Top Racing World Tour  Légende de TTR : Débloquez tous les trophées. (15/05/2016)

Platine Table Top Racing World Tour

Table Top Racing: World Tour est un jeu vraiment sympa. Certes il est vite répétitif, il manque cruellement de décors différents et de variation dans les circuits, le système d’armes n’est pas très élaboré et pas toujours bien ajusté (je récupérais des missiles quand j’étais en tête et des flaque d’huile quand j’étais derrière la plupart du temps), mais il est tout de même fun, et relativement accessible, et le platine est agréable, avec un minimum de challenge, sans être trop pénible non plus. Bref plutôt bien, surtout quand il est offert.

J’ai un peu peur d’avoir par la suite des DLC payant à trophées, histoire de nous inciter à sortir le porte-monnaie, mais le premier DLC, déjà disponible, ne propose pas de trophées, alors nous verrons bien.

En tous cas maintenant je suis motivé pour faire le jeu sur PSVita (il est légèrement différent et sans platine).

Mots-clés : , , , , , , , ,

2 Réponses

  1. Merci pour ton commentaire du jeu, par contre comme tu le dit qu’elle galère pour les course de drift j y arrive pas surtout les 2 derniers challenges….

    • C’est la seule difficulté du jeu, soit on parvient à faire un tour de circuit sans casser le drift et il faut le maintenir sur plusieurs tours, soit on essaie de trouver une zone assez large pour drift en cercle.
      La dernière astuce c’est de finir le championnat pour avoir accès à toutes les voitures et de prendre une de la seconde catégorie qui va bien pour le drift. Bon courage !

Laisser un commentaire