Posté le 10 septembre 2012 Par Dans PlayStation Vita, Tests

[Test] [PSVita] Reality Fighters

Disponible depuis le lancement de la PlayStation Vita, mais souvent présenté comme un petit jeu sans grand intérêt, que vaut-il vraiment ?

Menus & Modes de jeu

Reality Fighters propose comme tout bon jeu de combat qui se respecte différents mode de jeu :

  • le mode histoire, ici accessible en 2 versions : avec ou sans arme
  • un mode contre-la-montre, dans lequel vous devez détruire un maximum d’objets dans le temps imparti
  • un mode survie, qui comme son nom l’indique consiste à affronter le plus grand nombre d’ennemis à la suite avant de succomber
  • un mode entrainement qui vous permet d’essayer les différentes techniques de combat
  • un mode versus pour réaliser des combats rapidement
  • un mode en ligne, en ad-hoc ou en réseau pour affronter des joueurs du monde entier

Mais avant de vous lancer dans la baston, vous devrez passer par une phase originale et obligatoire : la création de personnage.

Cela commence par la saisie de votre visage, via la caméra. La photo ainsi prise va être analysée et vous allez découvrir votre personnage avec votre tronche. Le rendu est assez surprenant.

Vous pourrez ensuite modifier l’apparence, le sexe, la tenue et la technique de combat.

Chacun de ces éléments est modifiable à loisir par la suite, il faudra juste débloquer les costumes et les techniques pour avoir plus de possibilités de création.

Graphisme & Animation

L’incrustation de votre visage et les tenues loufoques ont clairement pour but de faire de Reality Fighters un jeu amusant, qui ne se prend pas au sérieux.

Les décors sont soit des photos à 360° soit votre propre environnement, pour un rendu de réalité augmenté bluffant et fun.

Globalement c’est assez simple mais relativement propre. Ça n’est certes pas le plus beau jeu de l’année, mais le trouver moche sera plus une question de goût qu’une question technique.

Les attaques spéciales sont bien marrantes, avec des effets de bris de l’écran ou du sol par exemple.

Bande son

Là encore l’humour se veut bien présent, mais on ne sait pas toujours ce qui est volontairement ridicule ou pas.

Par exemple, votre progression dans le jeu sera accompagnée des conseils d’un Sensei, sous les traits Pat Morita alias M. Miyagi (vous savez, le Maitre dans Karaté Kid…).

Jusque-là tout va bien, c’est un joli clin d’œil.

_Oui, sauf que la voix française (Guy Chapelier si je ne m’abuse, qui doublait Futé dans la série L’Agence tous risques, et qui a doublé dans d’autres jeux vidéo comme Batman Arkham Asylum/City) qui devrait avoir un accent japonais surjoué, tient plutôt de l’agriculteur qui roule les r. Du coup on ne sait pas si on doit en rire ou en pleurer.

Pour ma part je trouve ça affligeant, l’effet est complètement raté.

Commandes & Jouabilité

Sous ses airs de petit jeu sans prétention, Reality Fighters propose tout de même un panel de coups assez complet et plusieurs techniques de combat (que l’on affecte au personnage à la création/modification), dont une partie existent vraiment (boxe, karaté, capoeira…). Le reste est plus original

(Super-héro, disco…).

A l’aide des 4 touches principales et des habituels quarts de cercle, vous pourrez donner coups de poing, coups de pieds, coups spéciaux, chopes et autres balayages.

L’utilisation des coups spéciaux est régulée par une jauge spéciale qui augmente durant le combat.

On peut jouer au choix avec la croix directionnelle ou le stick analogique gauche, malheureusement ce dernier est un peu souple/petit pour maitriser les quarts de cercle, et la disposition de la croix directionnelle trop proche du stick ne permet pas une meilleure précision.

Étant donné le contexte, le jeu, ça n’est bien bien grave, mais des commandes d’un autre genre auraient peut-être été plus adaptées.

La seule chose qui change vraiment des jeux de combat classiques et qui est au cœur du concept du jeu, ce sont les mouvements de caméra rattachés aux mouvements de la console dans l’espace, pour

renforcer le côté réalité augmentée.

Sympa sur le papier, la sensibilité est trop élevée, et l’on se retrouve parfois sans le vouloir à ne plus trop voir les 2 combattants, ce qui n’aide pas à placer les coups comme il faut ou à se protéger.

La difficulté croissante est bonne, et si certains adversaires sont assez coriaces, les coups de pieds au sol permettront bien (trop) souvent de se sortir d’un mauvais pas.

A noter la possibilité d’utiliser des armes, toutes plus étranges les unes que les autres, mais cela ne vient pas révolutionner le gameplay pour autant. C’est surtout pour le fun.

Durée de vie

Terminer les 2 modes Histoires, les contre-la-montre et s’essayer à la survie le temps d’obtenir tous les trophées vous occupera plusieurs heures (on va dire à la louche entre 8 et 15) mine de rien, ce qui est plutôt pas mal pour un jeu sans grande prétention.

Trophées

Le platine n’a rien d’insurmontable, mais il vous faudra malgré tout arriver à bout des différents modes de jeu et débloquer tous les éléments du jeu.

Vous devrez également réussir à accomplir toutes les techniques de combats, pour chaque discipline dans un seul et même combat.

Cerise sur le gâteau, il faudra vous déguiser dans des styles bien particuliers…

La seule vraie difficulté sera de trouver des amis qui ont le jeu pour débloquer un costume de clown via la fonction Near, et pour faire des combats en ligne.

Trailer Officiel

Verdict

Loin d’être le jeu de l’année, ce Reality Fighters est tout de même plus intéressant que les impressions données çà et là peuvent le laisser penser.

C’est évidemment le côté loufoque des personnages et des techniques de combat qui captera notre intérêt, et viser le platine vous occupera un temps.

A petit prix, c’est un jeu sans prise de tête qui peut valoir le coup.

Les :

  • le design ridicule mais assumé des personnages
  • vous êtes le personnage (il a votre tête)
  • un jeu de baston assez complet
  • c’est le Sensei M. Keisuke Miyagi himself qui vous initie

Les :

  • l’accent culto du Sensei
  • les mouvements de caméra liés au gyroscope sont trop sensibles
  • les coups (quarts de cercle) parfois difficile à éxécuter
  • techniquement un peu léger pour une console telle que la PS Vita

SUGGESTION

Mots-clés :

1 Réponse

  1. Je suis à la recherche d’au moins 4 joueurs possédant le jeu et avec qui s’entraider pour le trophée en ligne et les objets Near.

Laisser un commentaire