Ghost Giant

Posté le 11 avril 2019 Par Dans PlayStation VR

[Test] [PSVR] Ghost Giant

Depuis sa sortie, le casque de réalité virtuelle de Sony nous a donné droit à quelques pépites qui sortent du lot des trop nombreux jeux faisant plus office de démo technique que de vrais jeux. Ghost Giant s’annonce comme appartenant plutôt aux exceptions qui justifient de posséder un PSVR. J’ai pu le tester pour vous avant même sa sortie officielle.

Ghost Giant

Merci à Keymailer pour l’envoi d’un code du jeu pour la réalisation de ce test.

Les captures d’écran ont été réalisées depuis le PSVR et ont donc un aspect plus écrasé et moins immersif que lorsque l’on joue avec le casque sur la tête.

Crédits

  • Plateforme : PS4 (support du test), PS4 Pro
  • Date de sortie : 16/04/2019 (18/04/2019 en version physique)
  • Développeur : Zoink!
  • Editeur : Zoink Games
  • Type de jeu : Aventure interactive
  • Nb de joueurs : 1
  • Online : Non
  • PEGI : 3 (rappel : le PSVR est déconseillé pour les moins de 12 ans)
  • Périphériques : PSVR et 2 PS Move obligatoires.

Histoire & Mode de jeu

Louis est un jeune chat qui vit seule avec sa maman, un peu à l’écart de la ville. La vie n’est pas tendre avec lui : sa mère est très malade, leur plantation de tournesols est abimée et les rats ont ravagés le stock de graine. Les factures s’accumulent, et Louis doit affronter tout cela tout seul. Pas étonnant qu’il aille se réfugier vers sa cabane dans la forêt, pour pleurer toutes les larmes de son corps… S’écoulant dans l’eau du lac, ses larmes font alors apparaitre comme par enchantement un fantôme géant (vous). D’abord effrayé, Louis va rapidement s’apercevoir qu’il peut être très utile d’avoir un fantôme comme ami pour vous aider quand tout va mal.

Ghost Giant

Ghost Giant se présente comme une histoire interactive en 14 scènes. Le menu est très clair, que ce soit pour réaliser des réglages dans le jeu, du casque en fonction de votre position (debout ou assis), ou pour sélectionner un chapitre à rejouer. Les collectibles obtenus/à obtenir sont également indiqués directement à la sélection de chapitre.

Ghost Giant

Ghost Giant

Commandes & Jouabilité

 

Vous incarnez donc un fantôme géant en vue à la première personne, mais l’action tourne autour du petit Louis, ce qui donne plutôt l’impression d’être spectateur, avec le pouvoir d’interagir avec des objets, parfois des personnages, pour aider notre nouvel ami à réaliser ses objectifs. Pour chaque scène (chapitre), vous vous retrouvez au milieu d’un décor, sans la possibilité de vous déplacer. Vous pouvez uniquement de tourner selon 3 à 4 angles différents, et déplacer vos deux mains pour interagir avec l’environnement. Vous devrez donc impérativement posséder 2 PS Move. Doté de 3 doigts à chaque main, appuyer sur la touche du dessus fera pointer un doigt, pour pouvoir appuyer sur des boutons ou pousser des objets. La touche du dessous (gâchette) vous fera fermer la main en pince, pour pouvoir saisir des manivelles et autres mécanismes, des objets etc. Je ne vais pas vous gâcher la surprise de la découverte, mais il y a dans certaines scènes des interactions assez originales avec le décor, montrant de belles possibilités d’exploiter la réalité virtuelle.

Ghost Giant

Si vous devrez réaliser des actions bien précises pour aider Louis, vous aurez tout le loisir de vous amuser avec le décor : enlever des toits de maison pour regarder à l’intérieur, prendre des caisses et essayer de les superposer, donner des frissons aux personnages en passer vos mains spectrales dedans. D’ailleurs, les développeurs ce sont amusés à cacher des collectibles originaux pour vous inciter à fouiller partout : des chenilles à chatouiller, bien souvent très bien cachées. Des paniers de basket et des ballons à lancer. Des  chapeaux loufoques à poser sur les personnages et même sur les animaux (ce qui est étrange puisque les personnages sont également des animaux).

Ghost Giant

Si vous êtes coincé, vous aurez toujours la possibilité de chatouiller Louis pour qu’il vous donne un indice, même si parfois ça n’est pas très clair et que vous devrez de toute façon vous creuser les méninges.

Le principe de la scène fixe et du personnage qui se retrouve au milieu comme dans un monde miniature fonctionne à merveille, la preuve a déjà été donnée avec l’excellent Moss. Malheureusement, d’un point de vue réalisation pure, Ghost Giant présente quelques défauts, et j’ai été contraint plusieurs fois de réajuster ma position en trichant : recentrer en me reculant/ avançant volontairement de ma position normale afin de pouvoir atteindre avec mes mains certains éléments, ou pour pouvoir regarder à certains endroit. J’ai même parfois du recalibrer en me tenant debout alors que je jouais habituellement assis. Ça n’est pas dramatique, mais c’est tout de même un léger manque de confort qui mériterait je pense un patch. C’est d’autant plus vrai quand on se met en quête des collectibles et des trophées dont je reparlerais plus bas.

Graphisme & Animation

Ghost Giant nous apparait comme un monde miniature dont les constructions, et le fait de pouvoir démonter les toits et autre n’est pas sans rappeler sensiblement Tearaway. Les personnages font très cartoon, pour un rendu global tout mignon, et fantaisiste. C’est propre, avec de très beaux effets de relief et de profondeur sur de nombreux plans. On peut interagir avec de nombreux objets et la gestion de la physique est plutôt bonne, même s’il est parfois difficile d’envoyer les ballons de basket notamment dans la direction souhaitée.

Ghost Giant

Aucun début de nausée, comme il n’y a pas de déplacement à proprement parler il n’y a pas de raison de ressentir le fameux « motion sickness » de certains jeux en VR à la première personne.

J’y reviendrais en vous parlant des voix, mais les dialogues des personnages apparaissent au-dessus de chacun d’entre eux, et c’est lisible sans difficulté du moment que l’on a le regard porté sur le personnage et le texte.

Bande son et langue

Les musiques sont douces et accompagnent parfaitement le jeu et surtout l’histoire, avec les moments joyeux et les moments tristes bien véhiculés. La musique a même un rôle directement dans l’aventure, le sujet est maitrisé.

Ghost Giant

Côté voix, le jeu est en anglais, avec la possibilité d’avoir les sous-titres en français ou dans d’autres langues. Ces derniers sont très clairs, corrects et lisibles, à la condition de les regarder. En effet, comme le jeu nous plonge dans un décor en 3D et qu’il y a pleins de choses à regarder et tester, on n’a pas toujours les yeux portés sur le personnage qui est en train de parler, surtout quand il s’agit d’un personnage qui débarque de l’autre bout de la zone alors que vous étiez probablement en train d’écouter/lire les dialogues d’un autre personnage de l’autre côté. Tout ça pour dire qu’il est fortement recommandé d’avoir un minimum de niveau en anglais sur la compréhension orale, pour parvenir à bien suivre l’histoire sans être obligé d’être rivé sur Louis en permanence et de perdre le côté interactif et « bac à sable » du jeu et des différentes scènes proposées. Une version française aurait été un plus pour une immersion plus facile pour les anglophobes, même si ils seraient passés à côté d’une très belle interprétation des voix originales. On peut comprendre cependant qu’un budget pour les doublages dans plusieurs langues n’était pas possible pour le studio.

Durée de vie

Comme trop souvent avec les jeux en VR, l’aventure est assez courte. J’ai mis à peine plus de 3 heures pour la terminer, en prenant pourtant bien le temps de fouiller pour les collectibles, et en bloquant parfois sur ce qu’il fallait faire, faute d’indice.

Ghost Giant

La rejouabilité est diront-nous moyenne. C’est agréable de rejouer une seconde fois l’ensemble des scènes pour compléter les trophées et s’imprégner d’avantage de l’ambiance du jeu, mais il n’y aura probablement pas de justification à rejouer encore et encore, du moment que vous connaitrez bien chacune des scènes du jeu. Maintenant, est-ce qu’une courte durée de vie fait qu’un jeu est mauvais ? Absolument pas, et Ghost Giant propose une histoire cohérente et sur une durée tout à fait correcte, même si on aurait forcément aimé que cela dure encore.

Trophées

Considérez 3 types de trophées : avancer dans l’histoire et terminer le jeu ; trouver les différents collectibles ; et réaliser des actions spéciales. Je déconseille fortement de lire les trophées avant de jouer sa première partie, vous vous gâcheriez le plaisir de découvrir le jeu. De plus, comme dit juste avant, le jeu n’est pas très long, et franchement pas désagréable à refaire au moins une fois, il n’y aura donc aucun problème à faire les trophées spécifiques via la sélection de chapitre.

En plus, le jeu est plutôt bien fait à ce niveau et pour les collectibles, car vous avez toujours la possibilité de les faire en prenant votre temps avant de quitter une scène, même si Louis a terminé ses objectifs et est déjà partit. Vous avez même un affichage des collectibles trouvés/à trouver, qui se met à jour directement si vous complétez dans la scène en cours. Seul le fait d’interagir avec un personnage totalement secondaire pourra vous échapper car ce dernier n’a aucun lien avec l’histoire et vos interactions, et ses passages sont brefs et assez difficilement prévisibles.

Aucun trophée n’est manquable comme vous pourrez facilement relancer les chapitres. La difficulté pourra se trouver dans l’interprétation des objectifs de trophées, mais ça reste compréhensible. Pour preuve, j’ai obtenu le platine alors que la liste n’est pas en ligne et qu’il n’y a absolument aucune aide disponible sur internet à l’heure où j’écris ce test.

J’ai trouvé la quête du platine plutôt agréable et les trophées d’actions spécifiques plutôt originaux, faisant réfléchir, sans être pour autant insurmontable.

Video

 

Verdict

Ghost Giant est une nouvelle preuve que Réalité Virtuelle n’est pas exclusivement synonyme de jeu d’horreur, de tir ou de pilotage. Ce principe d’être spectateur avec la possibilité d’interagir dans des scènes en 3D d’une autre échelle fonctionne à merveille, d’autant plus si l’univers est agréable. Et celui de Louis et ses amis l’est, assurément. Moss et Astro Bot Rescue Mission voient avec Ghost Giant un nouvel indispensable du genre, même si ce dernier souffre de quelques problèmes techniques liés au positionnement et aux libertés de mouvement un peu trop limités qui le place un cran en-dessous d’un point de vue réalisation. Ça n’en est pas moins un très bon jeu que je vous recommande chaudement.

On pourrait facilement imaginer d’autres aventures avec Louis et son géant, ou d’autres personnages dans le même univers, en tous cas je l’espère vraiment.

Les :

  • Découvrir un monde miniature en relief et des personnages mignons et attachants
  • Des interactions originales
  • Le déroulement du jeu par scènes avec le temps de chercher les collectibles

Les :

  • Quelques difficultés dans le positionnement et pour accéder/voir certains endroits/éléments du décor
  • Difficile de suivre les dialogues (écrits) tout en découvrant le jeu si on ne maitrise pas un minimum la compréhension orale de l’anglais

SUGGESTION

Mots-clés : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire